Retour de flamme migratoire dans les pays nordiques

Publié le 13 Nov 2023
frontex migrant pays nordiques

Le 31 octobre, cinq pays nordiques, la Suède, le Danemark, la Norvège, la Finlande et l’Islande, ont convenu de coopérer pour expulser les migrants en situation irrégulière. Ce retour de flamme est lié à la panique des responsables politiques et de la population face à une immigration de plus en plus incontrôlable qui génère une élévation cataclysmique de la criminalité. Cela fait suite à une longue période de laxisme de ces pays, quand hier ils faisaient passer le reste de l’Europe pour un club de paranoïaques, voire de racistes à l’esprit borné. Trois mesures ont été décidées.

  1. La première consiste à « renforcer ensemble la coopération avec les pays tiers pour mieux réaliser les retours vers les pays concernés… »
  2. La seconde à organiser « des vols Frontex communs » de migrants en situation irrégulière, sous l’égide de l’agence européenne spécialisée dans le contrôle de l’entrée des migrants. Ces vols de retour sont du reste l’une des missions de Frontex.
  3. La troisième mesure consistera, pour les cinq pays concernés, à « aider ensemble les migrants en situation irrégulière en Afrique du Nord » afin de leur « proposer un rapatriement volontaire vers leur pays d’origine… »

Malgré de bonnes intentions face à un déferlement migratoire jamais vu en Europe, on remarque aussi des faiblesses pour ne pas dire des naïvetés. D’une part parce que les pays de départ des migrants refusent souvent de récupérer leurs ressortissants. D’autre part parce que Frontex (pour Frontière Extérieures), comme nous l’avons signalé dans L’Homme Nouveau du 21 mai 2022 (n°1760), a été détourné de sa mission de sécurité pour servir d’organisme de gestion des migrants. Enfin, certes, chercher à intercepter les nouveaux arrivants au Maghreb, avant l’assaut final, parfois mortel, à travers la Méditerranée, paraît raisonnable. Mais il est illusoire : ces desperados économiques n’ont pas fait tant de chemin depuis chez eux pour abandonner quand l’Europe leur semble à portée de main. Parions en revanche que tout cela va coûter beaucoup d’argent aux contribuables des cinq pays concernés. En outre, ces belles mesures n’auront que peu d’effet sur la criminalité générée par les milieux immigrés. Or elle est devenue la principale préoccupation des pays nordiques, et tout particulièrement de la Suède.  

Une criminalité en hausse dans les pays nordiques

Dans ce pays, rien qu’en septembre, 60 fusillades ou attaques à l’explosif commis par des bandes criminelles formées…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Alain Chevalérias 

Ce contenu pourrait vous intéresser

International

L’Iran : un preneur d’otages non déclaré

Le jeudi 13 juin, le Français Louis Arnaud était libéré des prisons iraniennes et rentrait en France. Son nom ne dit pas grand-chose au public. Touriste de passage en terre perse, il était pourtant détenu depuis deux ans par le régime iranien, arrêté avec des compagnons de voyage européens sous le prétexte qu’ils auraient participé à des manifestations de l’opposition locale.

+

iran otage
Société

Un avenir politique voilé de dangereuses incertitudes

Décryptage | Le résultat des élections européennes et la dissolution surprise de l’Assemblée nationale par Emmanuel Macron ouvrent la perspective de scénarios politiques inquiétants dans un contexte déjà très tendu : élection présidentielle anticipée, chaos social, graves difficultés financières, promesse d’émeutes, pays ingouvernable ? Un tableau sombre auquel ne manque pas la possibilité de retournements imprévisibles.

+

politique émeutes
International

L’Afrique du Sud entre passion et raison

Les élections générales en Afrique du Sud avaient lieu fin mai. L'African National Congress, parti historique de Nelson Mandela et au pouvoir depuis 1994, reste premier, mais avec seulement 40 % des voix. Le deuxième parti est dirigé par un Blanc, et le troisième par Jacob Zuma, ancien président du pays.

+

Afrique du Sud
International

Le nouveau pacte européen sur la migration et l’asile

Décryptage | Le 10 avril, le Parlement européen adoptait un nouveau règlement pour gérer l’immigration : « le Pacte sur la migration et l’asile » dans l’Union européenne. Le 14 mai, les chefs d’État de l’Union le validaient en grande pompe. Sans être complètement mauvais, on peut douter que le pacte suffise à gérer la pression démographique exercée sur l’Union européenne. Simplement parce qu’il ne comble pas, ou mal, les failles du dispositif législatif en vigueur. Néanmoins, la vraie nouveauté est l’installation d’un système de filtrage aux frontières extérieures de l’Europe, y compris dans les aéroports.

+

Hongrie migration
International

Élections européennes et nationalismes européens

Décryptage | Les citoyens des pays membres de l’Union européenne vont voter le 9 juin pour élire le Parlement. C’est l’affolement à gauche et dans l’establishment politico-médiatique : partout les nationalistes montent dans les sondages. En France, le Rassemblement national arrive en tête. Devant même le parti présidentiel qui s’est arrogé le titre de « Renaissance ». Dans le débat d’idées, plus que jamais, deux camps se font face : la gauche et la droite. Les tenants de la première s’inscrivent dans la logique d’une Union européenne aux normes de plus en plus oppressantes. Ceux de la droite veulent au contraire une évolution vers une forme d’Europe des nations.

+

élections européennes