Retour de flamme migratoire dans les pays nordiques

Publié le 13 Nov 2023
frontex migrant pays nordiques

Le 31 octobre, cinq pays nordiques, la Suède, le Danemark, la Norvège, la Finlande et l’Islande, ont convenu de coopérer pour expulser les migrants en situation irrégulière. Ce retour de flamme est lié à la panique des responsables politiques et de la population face à une immigration de plus en plus incontrôlable qui génère une élévation cataclysmique de la criminalité. Cela fait suite à une longue période de laxisme de ces pays, quand hier ils faisaient passer le reste de l’Europe pour un club de paranoïaques, voire de racistes à l’esprit borné. Trois mesures ont été décidées.

  1. La première consiste à « renforcer ensemble la coopération avec les pays tiers pour mieux réaliser les retours vers les pays concernés… »
  2. La seconde à organiser « des vols Frontex communs » de migrants en situation irrégulière, sous l’égide de l’agence européenne spécialisée dans le contrôle de l’entrée des migrants. Ces vols de retour sont du reste l’une des missions de Frontex.
  3. La troisième mesure consistera, pour les cinq pays concernés, à « aider ensemble les migrants en situation irrégulière en Afrique du Nord » afin de leur « proposer un rapatriement volontaire vers leur pays d’origine… »

Malgré de bonnes intentions face à un déferlement migratoire jamais vu en Europe, on remarque aussi des faiblesses pour ne pas dire des naïvetés. D’une part parce que les pays de départ des migrants refusent souvent de récupérer leurs ressortissants. D’autre part parce que Frontex (pour Frontière Extérieures), comme nous l’avons signalé dans L’Homme Nouveau du 21 mai 2022 (n°1760), a été détourné de sa mission de sécurité pour servir d’organisme de gestion des migrants. Enfin, certes, chercher à intercepter les nouveaux arrivants au Maghreb, avant l’assaut final, parfois mortel, à travers la Méditerranée, paraît raisonnable. Mais il est illusoire : ces desperados économiques n’ont pas fait tant de chemin depuis chez eux pour abandonner quand l’Europe leur semble à portée de main. Parions en revanche que tout cela va coûter beaucoup d’argent aux contribuables des cinq pays concernés. En outre, ces belles mesures n’auront que peu d’effet sur la criminalité générée par les milieux immigrés. Or elle est devenue la principale préoccupation des pays nordiques, et tout particulièrement de la Suède.  

Une criminalité en hausse dans les pays nordiques

Dans ce pays, rien qu’en septembre, 60 fusillades ou attaques à l’explosif commis par des bandes criminelles formées…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Alain Chevalérias 

Ce contenu pourrait vous intéresser

ChroniquesDoctrine sociale

Le fascisme : une doctrine politique antichrétienne

Détourné de son sens, le terme « fascisme » est utilisé pour ostraciser tout ce qui semblerait faire obstacles aux démocraties, visant entre autres les défenseurs de l'ordre naturel et chrétien. Un contresens complet – le fascisme étant par essence révolutionnaire, totalitaire et païen – qui sert pourtant d’arme politique depuis des décennies. Démonstration.

+

Le fascisme, une doctrine antichrétienne
International

La martingale migratoire italienne

Le 29 janvier, la Cour constitutionnelle albanaise approuvait un projet d’ouverture de centres d’accueil pour migrants, gérés sur le territoire de l’Albanie par les autorités italiennes et aux frais de celles-ci. L’accord entre les deux pays avait été bloqué le 14 décembre dernier à la suite d’un recours devant la Cour constitutionnelle de Tirana déposé par l’opposition albanaise. Cette dernière avait affirmé l’accord violant la Constitution et les conventions internationales. Elle était soutenue par les ONG spécialisées dans l’aide aux migrants.

+

italie