Pèlerinage de Chartres : succès et fécondité de la messe traditionnelle

Publié le 27 Mai 2024
chartres

© Notre-Damede Chrétienté

Cette année encore, l’association « Notre-Dame de Chrétienté » peut se réjouir du nombre, de la jeunesse et de la foi des milliers de pèlerins partis vers Chartres à la Pentecôte.

  Entre l’étonnement, la crainte ou le simple constat, la presse reste unanime sur le succès triomphant de cette 42e édition du pèlerinage de Notre-Dame de Chrétienté, dans la suite logique de la réussite des années précédentes. La première édition du pèlerinage de Chrétienté, en 1983, avait déjà pour thème « Pour le renouveau spirituel de la jeunesse de France ». Quarante ans plus tard, cette jeunesse est bien présente, avec 18 000 pèlerins dont la moyenne d’âge se situe aux alentours de 25 ans. Dès le samedi matin, les pèlerins se sont élancés en deux temps depuis le parvis de l’église de Saint-Sulpice, après une bénédiction donnée par l’abbé Jean de Massia, aumônier général du pèlerinage, pour la première colonne dès sept heures du matin, et après la messe célébrée par l’abbé Guilhem de Labarre (FSSP) pour la seconde. Mgr Tois, évêque auxiliaire de l’archidiocèse de Paris nommé en octobre dernier, est venu prononcer l’homélie de la messe d’ouverture. Au même moment, lors du direct organisé par « Notre-Dame de Chrétienté » sur le parvis même de Saint-Sulpice, en partenariat avec L’Homme Nouveau, une vingtaine d’invités sont venus évoquer leur engagement auprès du pèlerinage, en tant que simples marcheurs, aumôniers ou bien membres de l’imposante logistique dont le travail assure tout au long de l’année le bon accueil des fidèles pendant ces trois jours. La diversité des profils a démontré la vitalité de « Notre-Dame de Chrétienté » qui sait depuis sa création fédérer l’ensemble des fidèles attachés à la tradition de l’Église. Présent à la demande de l’archevêque, Mgr Tois s’est dit très heureux de rencontrer les pèlerins présents dans cette église Saint-Sulpice servant de cathédrale encore quelques mois avant la réouverture de Notre-Dame de Paris. L’espoir est maintenant pour le pèlerinage de repartir l’année prochaine de la cathédrale,  chose impossible depuis l’incendie dramatique de 2019. L’évêque auxiliaire s’est réjoui de la ferveur empreinte de simplicité des milliers de jeunes présents. À l’image de ces trois sœurs originaires d’Alsace, Blandine, 20 ans, Clémence, 17 ans et Vinciane, 15 ans. L’aînée a découvert la messe de saint Pie V en s’installant à Lyon pour ses études. Emmenée par des amis dans la paroisse Saint-Georges, elle y découvre…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Maitena Urbistondoy

Maitena Urbistondoy

Ce contenu pourrait vous intéresser

Eglise

Mobilisation à Quimper : les fidèles attendent que la porte de l’évêque s’ouvre

Ce dimanche 16 juin, 350 catholiques fidèles au rite tridentin ont manifesté dans les rues de Quimper. Arborant des drapeaux bretons, des bannières, et entonnant des cantiques traditionnels accompagnés de sonneurs, ils se sont rassemblés à 15 h sur le parvis de la cathédrale Saint-Corentin. Cette manifestation visait à protester contre les décisions de Monseigneur Dognin, évêque de Quimper et Léon, prises le 19 mai, qui affectent les fidèles du diocèse attachés à la liturgie traditionnelle, notamment l'expulsion des prêtres de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre. 

+

Capture decran 2024 06 17 153242 quimper
EglisePhilosophie

La vérité des paraboles ?

C'est logique ! de Bruno Couillaud | Nos politiques, journalistes et maîtres à penser du moment maîtrisent l’art de la communication, bien souvent pour répandre une idéologie ou travestir la vérité. Le Christ, lui, usait de courtes histoires, paraboles simples et tirées de la vie quotidienne pour que ses auditeurs se rapprochent du Royaume des Cieux. Mais pour quelles raisons ?

+

paraboles