Peut-on définir le carlisme ? (1/4)

Publié le 23 Oct 2023
carlisme carlistes

Don Carlos par Augusto Ferrer Dalmau (v. 2013)

Qu’est-ce que le carlisme, quelle est sa doctrine, quels sont ses fondements, ses principes ? Luis Infante, directeur de l’agence d’information carliste Faro, insiste sur la qualité organique du mouvement. D’abord une défense du principe dynastique à la mort de Ferdinand VII, il fut une réaction contre le libéralisme et les ferments révolutionnaires, avant de s’organiser intellectuellement.

  Beaucoup ont essayé de définir le carlisme, avec plus ou moins de succès. Une formule de l’écrivain et journaliste Jesús Evaristo Casariego (1913-1990) était populaire à une époque : le carlisme est la véritable Espagne exilée au sein de l’Espagne officielle. Le même auteur qualifie également le carlisme de « traditionalisme espagnol militant ».  

La doctrine carliste

Bien que les précarlistes et les premiers carlistes n’aient pas considéré les définitions – leur réaction a été défensive, voire instinctive, en défense du régime traditionnel attaqué par le libéralisme et le despotisme ; comme l’avait été la réaction des Espagnols contre Napoléon, venu imposer les principes de la Révolution française –, il y avait une doctrine derrière eux. En 1833, le roi Fernando VII mourut et les libéraux et despotiques tentèrent d’empêcher la succession légitime de son frère Carlos V. Ses partisans n’improvisèrent pas : ils maintinrent la même doctrine en vigueur jusque-là en Espagne. Doctrine qui n’était pas une idéologie : elle n’a été planifiée ou improvisée par personne. Et non plus une constitution écrite de manière révolutionnaire, mais plutôt l’ensemble des lois que les royaumes, principautés, provinces et seigneuries qui composaient l’Espagne s’étaient données au fil des siècles.  Un régime naturel donné par l’histoire et réglé par l’Évangile. Les attaques contre lui, plus subtiles au début, avaient déjà été dénoncées par le dominicain Francisco Alvarado (1756-1814), « El Filósofo Rancio », entre autres. Sa mémoire suggère une autre définition classique du carlisme. Francisco Elías de Tejada (1917-1978) expliquait que la Christianitas maior, la chrétienté du Moyen Âge par excellence, brisée par le protestantisme et ses conséquences, avait subsisté en Espagne jusqu’au début du XIXe siècle à travers la monarchie catholique comme une véritable Christianitas minor. Après la séparation des territoires espagnols d’outre-mer et la victoire militaire du libéralisme dans la péninsule espagnole en 1840, à la fin de la première guerre carliste, ce reste du christianisme fut réduit à la Christianitas minima, qui est le carlisme. Miguel Ayuso (Madrid, 1961), disciple d’Elías de Tejada, a nuancé cette interprétation en soulignant l’importance du fait que la véritable philosophie ne…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Luis Infante

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneChroniquesSociété

D’où vient l’autorité que l’on invoque aujourd’hui ?

C'est logique de François-marie Portes | Réagissant à une série de violences graves caractéristiques de la société française contemporaine, Gabriel Attal tentait récemment, sous l’œil des caméras, de démontrer son autorité devant des jeunes promis à un séjour en internat. Un exercice qui n’a pas enté couronné de succès. La notion claire de ce qu’est l’autorité permet de comprendre pourquoi. 

+

autorité auctoritas
Société

Les Maisons d’Alliance, des béguinages modernes

Initiative chrétienne | Au moment où le projet de loi sur la fin de vie promet de renvoyer les personnes âgées à leur poids financier sur la société, avec la possibilité de les euthanasier, des initiatives se développent pour leur permettre d’avancer sereinement vers la mort en restant autonomes aussi longtemps que possible, reliées aux autres et soutenues spirituellement. Entretien avec Frédéric Zack, directeur général de l’association « Maisons d'Alliance ».

+

maisons d'alliance
SociétéBioéthique

« La loi sur la fin de vie ne fait qu’aggraver le sentiment de culpabilité de certains handicapés. »

Entretien | La proposition de loi sur la fin de vie ayant été adoptée par les députés jeudi 16 mai, elle sera débattue au Sénat à partir du 26. Afin d'alerter sur les enjeux et conséquences de cette loi, l'Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH) a publié lundi 13 mai, un communiqué intitulé « Fin de vie : Et les plus fragiles dans tout ça ? » et signé par une quinzaine d'associations et d'organismes du domaine de la santé engagés pour la vie des plus fragiles. Emmanuel Belluteau, président de l'OCH, nous éclaire sur les raisons de cette tribune et les enjeux de la proposition de loi.

+

old patient suffering from parkinson projet de loi fin de vie
SociétéBioéthique

L’IA générative : rivale ou alliée de l’homme ?

Entretien | Devant les progrès fulgurants de l’intelligence artificielle (IA), la question qui vient d’abord à l’esprit est celle de sa capacité à remplacer l’être humain. Mais au-delà des performances de plus en plus sidérantes des machines, la question reste celle de leur utilisation vertueuse et surtout de la puissance unique de l’intelligence humaine, seule ordonnée à la vérité. Analyse du Doyen de l’IPC, Emmanuel Brochier.

+

IA intelligence artificielle