Pourquoi mai a-t-il été choisi par l’Église pour la dévotion mariale ?

Publié le 01 Mai 2023
mai

Deux mois de l’année sont particulièrement offerts à la dévotion, à l’affection de Notre-Dame : le mois d’octobre, mois du Rosaire, et le mois de mai, appelé le « mois de Marie ». Le mois de Marie voit le jour à Rome. Nous devons aux Jésuites de l’avoir promu. Le père Jacolet publie le Menses Marianus  en 1724. Le père Dionisi publie le  Mese di Maggio  à Rome en 1725. Le père Lalomia publie le Mese di Maria assia il mese di maggio  à Palerme en 1785. Avec le père Muzzarelli, il s’agit de sanctifier la vie quotidienne chaque jour de mai, en pratiquant une vertu de Marie. Au XIVe siècle, le frère dominicain Henri Suso (1295-1366) avait déjà pris l’habitude d’orner les statues de Marie de couronnes de fleurs le 1er mai. Saint Philippe Néri (1515-1595) exhortera les jeunes à manifester un culte particulier à Marie pendant le mois de mai, en érigeant des petits autels et y déposant des fleurs des jardins ou des fleurs des champs. Le « mois de Marie » arrive en France la veille de la Révolution. La vénérable Louise de France, fille de Louis XV et prieure du carmel de Saint-Denis, fait traduire le livre du père Lalomia. Le mois de Marie et le mois d’octobre nous sont donnés pour hâter la venue de l’Amour miséricordieux de Dieu dans les âmes. À Cana, c’est la bienheureuse Vierge Marie qui voit que manque le vin. Les noces vont basculer dans la tristesse et les époux dans la solitude. Marie intercède alors et obtient de son Fils le miracle. Elle intercède encore aujourd’hui, et peut-être encore même davantage qu’hier, pour que la joie de Dieu vienne et revienne dans les familles, les quartiers, notre pays, l’Église et le monde. Jésus, «comme il avait aimé les siens, les aima jusqu’au bout», jusqu’à nous donner sa propre Mère. L’Évangile nous en donne le moment précis et les paroles mêmes de Jésus : « Près de la croix de Jésus se tenaient sa mère et la sœur de sa mère, Marie, femme de Clopas, et Marie-Madeleine. Jésus, voyant sa mère, et auprès d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère: «Femme, voici ton fils». Ensuite, il dit au disciple: «Voici ta mère». Et dès cette heure-là, le disciple la prit chez lui » (Jn 19, 25-27). «Dès cette heure-là». À l’heure de la Croix. À l’heure du Sacrifice suprême de sa propre vie, Jésus nous…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Abbé Hubert Lelièvre, auteur de Histoire du chapelet, Téqui

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEgliseLiturgie

Pastorale des sacrements : une expérience paroissiale (1/4)

Dossier « Faisons-nous bon usage des sacrements ? » 1/4 | L'abbé Antoine Michel a participé à l'ouvrage Les sacrements en question, en y présentant une initiative originale. Inspiré par un prêtre américain et troublé par le manque de fécondité des sacrements, il a mis en place dans sa paroisse une nouvelle manière d’offrir le baptême et le mariage, en particulier, qui favorise une vraie démarche de foi et de conversion. Entretien.

+

sacrement
A la uneEglise

Le Pape revient-il sur ses dernières décisions ?

La chaine américaine CBS News a diffusé dimanche 19 mai un entretien exclusif avec le pape François au Vatican. Plusieurs extraits ont été publiés ces dernières semaines, révélant des pans d'un entretien consacré aux sujets d'actualité du monde et de l'Église : femmes diacres, bénédictions des couples homosexuels...

+

Capture decran 2024 05 24 a 12.43.53 pape
Eglise

Communautés : oasis ou citadelles ?

L'Essentiel de Joël Hautebert | Tendance de fond ces dernières années, la société paraissant malade ou repoussante à beaucoup, le communautarisme de tout poil prospère. La parution d’un ouvrage de l’abbé Raffray, qui se veut une réponse aux inquiétudes contemporaines, est l'occasion de faire le point sur ce qui pourrait sembler bien tentant à des chrétiens dégoûtés par le monde dans lequel ils vivent et soucieux de se rassembler pour se garder des maladies de l’âme qu’il véhicule.

+

communauté oasis
EgliseLiturgie

La Pause liturgique : Gloria 6, Rex Génitor, (Mémoires des Saints)

Ce Glória est daté du Xe siècle, et il est utilisé, comme le précédent, pour les fêtes des Saints. Les sources manuscrites de ce Glória, assez peu nombreuses, sont toutes françaises, ce qui semble indiquer son lieu d’origine et de composition. Il emprunte sa mélodie au 8e mode, mais il est tout différent du précédent : tandis que le Glória 5 s’envole à chaque verset vers les hauteurs de la quinte du mode authente, celui-ci se cantonne pour l’essentiel à l’intérieur d’une tierce très modeste, Sol-Si. Bien sûr, il se déploie à l’aigu de temps en temps, mais il est beaucoup plus horizontal que son voisin.

+

gloria grégorien