Progression de la lutte contre l’avortement en Italie

Publié le 13 Mai 2024
avorte Italie

Cardinal Matteo Zuppi, président de la Conférence des évêques d’Italie. © MRECIC ARG, CC BY-SA 2.0

Le parti Fratelli d’Italia vient d’obtenir, grâce à un amendement voté au Parlement, la présence d’associations pro-vie lors des consultations médicales des femmes souhaitant avorter. Une victoire qui semble peu réjouir l’Église locale.

  Le 16 avril dernier, à la demande du député Lorenzo Malagola de Fratelli d’Italia, la Chambre des députés italienne a modifié le décret-loi qui met à jour le PNRR (Plan national de Relance et de Résilience). Il s’agit d’un plan approuvé en 2021 par l’Italie pour relancer l’économie après la pandémie de Covid-19. Cet amendement donne la possibilité aux associations pro-vie d’être présentes aux consultations médicales des femmes qui veulent avorter, en leur proposant des alternatives. Leur présence dans les centres d’avortement italiens est en effet voulue par le gouvernement de la présidente du parti Fratelli d’Italia, Giorgia Meloni. Depuis 1979, la loi autorisant l’avortement jusqu’à trois mois de grossesse exige que les femmes présentent une attestation médicale émanant d’un médecin ou d’un centre de planning familial. Cette nouvelle mesure devrait donner aux associations pro-vie la possibilité d’intervenir directement dans les centres qui délivrent les autorisations. Le porte-parole du mouvement Pro Vita e Famiglia, Jacopo Coghe, rappelle que les consultations doivent être « des endroits où les femmes peuvent bénéficier d’une assistance pour trouver des alternatives concrètes à l’avortement en éliminant ces situations de malaise socio-économique, de solitude et d’abandon qui font du libre choix un slogan politique vain ».  Sans grande surprise, le jour du vote a été marqué par des manifestations et des pancartes devant la Chambre et le Sénat. Les partis opposants, tels que le Parti démocrate et le Mouvement 5 étoiles, espéraient rapidement rétablir leur image et surtout reprendre l’avantage médiatique sur la coalition gouvernementale. Dans le quotidien La Repubblica, Marco Furfaro, député démocrate, exprime son mécontentement face à une situation « extrêmement grave », qui « constitue une attaque contre les femmes, leurs droits et leur capacité à se déterminer ». Dans ce clivage, que pense le personnel médical sur la pratique de l’avortement ? 70 % des gynécologues affirment être objecteurs de conscience, un nombre qui continue de croître chaque année. En 2021, dans la région des Abruzzes, dans l’est du pays, 80 % des médecins étaient opposés à l’avortement, selon une enquête du ministère de la Santé italien. Dans le sud de l’Italie et en Molise, 90 % des médecins refusent de le pratiquer. L’Église italienne de…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Solène Grange

Ce contenu pourrait vous intéresser

SociétéBioéthique

« La loi sur la fin de vie ne fait qu’aggraver le sentiment de culpabilité de certains handicapés. »

Entretien | La proposition de loi sur la fin de vie ayant été adoptée par les députés jeudi 16 mai, elle sera débattue au Sénat à partir du 26. Afin d'alerter sur les enjeux et conséquences de cette loi, l'Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH) a publié lundi 13 mai, un communiqué intitulé « Fin de vie : Et les plus fragiles dans tout ça ? » et signé par une quinzaine d'associations et d'organismes du domaine de la santé engagés pour la vie des plus fragiles. Emmanuel Belluteau, président de l'OCH, nous éclaire sur les raisons de cette tribune et les enjeux de la proposition de loi.

+

old patient suffering from parkinson fin de vie
International

Élections européennes et nationalismes européens

Décryptage | Les citoyens des pays membres de l’Union européenne vont voter le 9 juin pour élire le Parlement. C’est l’affolement à gauche et dans l’establishment politico-médiatique : partout les nationalistes montent dans les sondages. En France, le Rassemblement national arrive en tête. Devant même le parti présidentiel qui s’est arrogé le titre de « Renaissance ». Dans le débat d’idées, plus que jamais, deux camps se font face : la gauche et la droite. Les tenants de la première s’inscrivent dans la logique d’une Union européenne aux normes de plus en plus oppressantes. Ceux de la droite veulent au contraire une évolution vers une forme d’Europe des nations.

+

élections européennes
SociétéBioéthique

L’IA générative : rivale ou alliée de l’homme ?

Entretien | Devant les progrès fulgurants de l’intelligence artificielle (IA), la question qui vient d’abord à l’esprit est celle de sa capacité à remplacer l’être humain. Mais au-delà des performances de plus en plus sidérantes des machines, la question reste celle de leur utilisation vertueuse et surtout de la puissance unique de l’intelligence humaine, seule ordonnée à la vérité. Analyse du Doyen de l’IPC, Emmanuel Brochier.

+

IA intelligence artificielle
SociétéBioéthiqueDoctrine sociale

La dimension « politique » de la défense de la loi naturelle

L’avalanche de lois « sociétales » en France depuis plus d’un demi-siècle, toutes étant des atteintes directes à la loi naturelle, a provoqué dans une partie du monde catholique une délégitimation diffuse ou expresse des institutions politiques les ayant édictées, cela au sein du déferlement individualiste de l’après-68 et de cette sorte d’explosion en plein vol de l’Église en état de Concile. Le « mariage » homosexuel et la constitutionnalisation de l’avortement ont porté chez ces mêmes catholiques le climat à l’incandescence. D’où la question : que faire ?

+

loi naturelle
International

Iran-Israël : Des frères ennemis

Dans la nuit du 13 au 14 avril 2024, l’Iran lançait une offensive aérienne contre Israël avec une nuée de drones et plus de cent missiles de longue portée. Cette attaque visait des cibles militaires mais n'a pas fait de dégâts, alors qu'elle faisait suite à un premier raid israélien meurtrier le 1er avril.

+

iran