Quand l’Amérique se rebiffe : NON, C’EST NON

Publié le 16 Nov 2019
Quand l’Amérique se rebiffe : NON, C’EST NON L'Homme Nouveau

Parmi toutes les tendances qui secouent l’Amérique actuellement, il en est une dont le destin apparaît d’autant plus durable qu’il concerne non pas un groupe isolé mais chaque individu. C’est l’habitude, désormais bien ancrée, de se définir par la négative. Au dîner, on sert des glaces sans graisse, de la bière sans alcool, du café sans caféine. Et au petit-déjeuner, on proclame haut et fort à l’invité qui eut droit à une nuit sur le canapé du salon, que les lieux sont sans fumée, les boissons sans sucre, les discussions sans politique et les déchets sans pollution. Les autorités se plaisent à souligner que le nombre d’alcooliques anonymes, de drogués anonymes, de joueurs anonymes et de boulimiques anonymes a doublé en dix ans. Le refus est devenu un style. Le simple « non » est passé de la fonction d’adverbe de négation à l’état de slogan existentiel. Il y a une génération, une cigarette déterminait un profil ; aujourd’hui, elle le condamne. Dans les années 1990, on se faisait plaisir ; maintenant, on se contrôle. L’époque exige que l’on chasse l’auto-indulgence comme une sorte de faiblesse dégradante. C’est la mode du « non » identificateur. Il prouve que l’on est capable de discipline personnelle, de choix idéologique, de messianisme salvateur. Il montre que l’on veut en terminer avec les nauséeux débats du passé afin d’affronter les défis du futur. Un professeur de psychologie à l’université de Boston estime que cette culture du « non » est une culture de la découverte par élimination. Dans ce cas, le « non » serait chargé, par le langage et les attitudes, de pousser une civilisation hors de l’histoire. Les individus se présentent en insistant sur ce qu’ils ne sont pas ; les produits se vendent grâce à ce qu’ils ne contiennent plus ; les politiciens cherchent l’élection en claironnant ce qu’ils ne promettent pas. Le non-isme semble perçu comme une parenthèse de réaction annonciatrice de changements. Mais à force de rejeter le « oui » qui scelle un engagement, l’adepte du « non » finira par se demander : « qui suis-je ? »

Ce contenu pourrait vous intéresser

International

L’Afrique du Sud entre passion et raison

Les élections générales en Afrique du Sud avaient lieu fin mai. L'African National Congress, parti historique de Nelson Mandela et au pouvoir depuis 1994, reste premier, mais avec seulement 40 % des voix. Le deuxième parti est dirigé par un Blanc, et le troisième par Jacob Zuma, ancien président du pays.

+

Afrique du Sud
International

Le nouveau pacte européen sur la migration et l’asile

Décryptage | Le 10 avril, le Parlement européen adoptait un nouveau règlement pour gérer l’immigration : « le Pacte sur la migration et l’asile » dans l’Union européenne. Le 14 mai, les chefs d’État de l’Union le validaient en grande pompe. Sans être complètement mauvais, on peut douter que le pacte suffise à gérer la pression démographique exercée sur l’Union européenne. Simplement parce qu’il ne comble pas, ou mal, les failles du dispositif législatif en vigueur. Néanmoins, la vraie nouveauté est l’installation d’un système de filtrage aux frontières extérieures de l’Europe, y compris dans les aéroports.

+

Hongrie migration
International

Élections européennes et nationalismes européens

Décryptage | Les citoyens des pays membres de l’Union européenne vont voter le 9 juin pour élire le Parlement. C’est l’affolement à gauche et dans l’establishment politico-médiatique : partout les nationalistes montent dans les sondages. En France, le Rassemblement national arrive en tête. Devant même le parti présidentiel qui s’est arrogé le titre de « Renaissance ». Dans le débat d’idées, plus que jamais, deux camps se font face : la gauche et la droite. Les tenants de la première s’inscrivent dans la logique d’une Union européenne aux normes de plus en plus oppressantes. Ceux de la droite veulent au contraire une évolution vers une forme d’Europe des nations.

+

élections européennes
International

Iran-Israël : Des frères ennemis

Dans la nuit du 13 au 14 avril 2024, l’Iran lançait une offensive aérienne contre Israël avec une nuée de drones et plus de cent missiles de longue portée. Cette attaque visait des cibles militaires mais n'a pas fait de dégâts, alors qu'elle faisait suite à un premier raid israélien meurtrier le 1er avril.

+

iran