Quelle logique pour la théologie de la libération ?

Publié le 26 Jan 2023
théologie de la libértation

Leonardo Boff : un théologien de la libération

Comme préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la foi, le cardinal Ratzinger eut, dans les années 1980, à exprimer la position officielle de l’Église sur la théologie de la libération, courant de pensée chrétien puis mouvement socio-politique venu d’Amérique Latine, alors soutenu par de nombreux ecclésiastiques et à l’époque très influent.

 » La théologie de la libération offrait en effet une réponse nouvelle plausible et en même temps pratique au problème fondamental du Christianisme : la Rédemption.(…) Nous nous trouvons face à un monde qui ne correspond pas à l’amour de Dieu. La pauvreté, l’oppression, les injustices de toutes sortes, la souffrance des justes et des innocents sont des signes de notre temps, de tout le temps… Une telle situation… ne peut être dépassée que par un changement radical des structures de notre monde, qui sont des structures du péché, les structures du mal. Si donc le péché fait sentir son poids sur les structures et si ces structures créent nécessairement une situation de misère, on peut le vaincre non par une conversion personnelle mais seulement par la lutte contre les structures d’injustice. Toutefois cette lutte – ainsi disait-on – devrait être d’ordre politique, puisque les structures se consolident et s’affermissent grâce à la politique. Par conséquent, la rédemption devenait un processus politique auquel la philosophie marxiste fournissait ses orientations fondamentales. Elle devenait une tâche que les hommes pouvaient, mieux encore, devaient assumer directement, et elle se transformait ainsi en une expérience tout à fait pratique : la foi cessait d’être théorie pour devenir praxis dans une action concrète et libératrice, à travers le processus de libération. »

Un bon jardinier ne se contente pas de couper les mauvaises herbes en surface mais il va jusqu’à arracher leurs racines en profondeur. Il en va de même pour le jardin de notre intelligence : dénoncer une erreur, déclarer qu’une pensée est fausse ne suffit pas. Il faut remonter aux principes erronés eux-mêmes, montrer leur nuisance et réfuter les positions qui en découlent.

Ainsi procédait Benoît XVI, alors qu’il n’était encore que cardinal préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la foi, devant analyser, juger et parfois condamner certains courants de pensée.…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Bruno Couillaud

Ce contenu pourrait vous intéresser

SociétéLectures

L’inégalité, un outil de civilisation ?

Entretien | Juriste et historien, Jean-Louis Harouel s’attaque dans un livre récemment paru au mythe de l’égalité. Il postule que cette « passion laide » contemporaine, destructrice de la famille, entre autres, ne sert en rien les intérêts d’une population, en montrant que seule l’inégalité, créatrice de richesses, encourage la production et par là-même augmente le niveau de vie et conditionne le progrès moral et scientifique. Entretien avec Jean-Louis Harouel sur son livre Les Mensonges de l’égalité. Ce mal qui ronge la France et l’Occident.

+

égalité mythe
SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
SociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
SociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement