Rétablir la Tradition

Publié le 09 Jan 2023
tradition

© Bistum Regensburg

Le pape Benoît XVI aura marqué le début du XXIe siècle par son œuvre théologique et spirituelle, centrée sur la conviction que foi et raison ne peuvent s’opposer mais doivent au contraire s’unir pour répondre aux impasses de la sécularisation. Il aura ainsi tenté de réconcilier culture et religion, en cherchant à redonner à la foi ses fondements rationnels. Il y a cependant une autre réconciliation qui demeurera pendant longtemps un honneur et une distinction de son pontificat : la réhabilitation (au moins partielle et, quoiqu’il en soit, prudente) de l’œuvre de Mgr Lefebvre. Il avait en effet écrit à plusieurs reprises qu’il ressentait comme l’un de ses grands échecs personnels, lorsqu’il était préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la foi, de ne pas être parvenu à éviter les sacres sans mandat pontifical de 1988. Et qu’il s’était fixé comme but, une fois élu au souverain pontificat, de trouver une solution pour répondre aux attentes légitimes de ceux, fidèles et prêtres, qui avaient suivi le mouvement traditionaliste. C’est évidemment en ce sens qu’en 2007 il a rappelé que la célébration de la messe traditionnelle n’avait jamais été interdite, et que tout prêtre catholique pouvait donc user du missel tridentin, comme tout fidèle pouvait réclamer légitimement de pouvoir y assister ; le 21 janvier 2009, il a ensuite levé les excommunications des quatre évêques sacrés par Mgr Lefebvre, marquant par là clairement, quoi qu’il lui en ait coûté, son désir de réconciliation. Mais le premier geste qu’il avait posé en ce sens, dès le 8 septembre 2006, un peu plus d’un an après son accession au trône pontifical, fut l’érection canonique de l’Institut du Bon Pasteur comme Institut de droit pontifical. À la fois inattendu et ambitieux, c’est évidemment cet événement que je souhaite retenir – à titre personnel, bien sûr – comme la décision la plus marquante du pontificat de Benoît XVI : nous lui serons éternellement reconnaissants pour ce geste plein de bienveillance et de paternité. Il voulait ainsi faire confiance à ceux qui voulaient faire confiance à l’Église, il voulait montrer que l’on pouvait être attaché de façon indéfectible à la liturgie et à la doctrine traditionnelles tout en étant de plein droit, et de plain-pied, catholique ! Benoît XVI restera ainsi, d’une certaine façon, le fondateur de notre Institut, qui compte aujourd’hui, 16 ans plus tard, plus de cinquante prêtres et quarante séminaristes… Mais j’ose…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Abbé Matthieu Raffray, IBP +

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEglise

Communautés : oasis ou citadelles ?

L'Essentiel de Joël Hautebert | Tendance de fond ces dernières années, la société paraissant malade ou repoussante à beaucoup, le communautarisme de tout poil prospère. La parution d’un ouvrage de l’abbé Raffray, qui se veut une réponse aux inquiétudes contemporaines, est l'occasion de faire le point sur ce qui pourrait sembler bien tentant à des chrétiens dégoûtés par le monde dans lequel ils vivent et soucieux de se rassembler pour se garder des maladies de l’âme qu’il véhicule.

+

communauté oasis
EgliseLiturgie

La Pause liturgique : Gloria 6, Rex Génitor, (Mémoires des Saints)

Ce Glória est daté du Xe siècle, et il est utilisé, comme le précédent, pour les fêtes des Saints. Les sources manuscrites de ce Glória, assez peu nombreuses, sont toutes françaises, ce qui semble indiquer son lieu d’origine et de composition. Il emprunte sa mélodie au 8e mode, mais il est tout différent du précédent : tandis que le Glória 5 s’envole à chaque verset vers les hauteurs de la quinte du mode authente, celui-ci se cantonne pour l’essentiel à l’intérieur d’une tierce très modeste, Sol-Si. Bien sûr, il se déploie à l’aigu de temps en temps, mais il est beaucoup plus horizontal que son voisin.

+

gloria grégorien
Eglise

La réparation comme démarche spirituelle

Commentaire du Pape | À l'occasion du 350e anniversaire des apparitions du Sacré Cœur de Paray-le-Monial, le Pape a prononcé quelques mots lors du colloque « Réparer l’irréparable », organisé le 4 mai dernier au Vatican. 

+

réparation France sacré cœur roi