Entrée de la Roumanie et de la Bulgarie dans l’espace Schengen : quelle leçon ?

Publié le 16 Jan 2024
Bulgarie Roumanie

© CC BY-SA 4.0 / Raymond Spekkling

La Bulgarie et la Roumanie ont rejoint l’Union européenne en 2007 et seront intégrées à l’espace Schengen en mars prochain. Pourquoi une telle attente entre les deux admissions pourtant généralement concomitantes ? Quels risques cette intégration induit-elle ?

  À partir du 31 mars, la Roumanie et la Bulgarie seront partiellement intégrées à l’espace Schengen. Néanmoins avec méfiance, cette intégration ne concernant que les frontières maritimes et aériennes mais pas les frontières terrestres. En clair, certes les contrôles seront levés pour les déplacements à partir de la Bulgarie et de la Roumanie vers les autres États de l’espace Schengen. Mais ils seront maintenus aux frontières terrestres entre ces deux pays et le reste dudit espace. La Bulgarie et la Roumanie ont rejoint l’Union européenne le 1er janvier 2007. Aussi, l’entrée d’un pays dans l’espace Schengen étant le plus souvent associée à l’admission à l’Union, on s’étonne d’une procédure qui a duré dix-sept ans dans le cas de ces deux anciens États du pacte de Varsovie. D’autant plus que, depuis 2011, la Commission européenne répétait qu’elle estimait la Bulgarie et la Roumanie aptes à rejoindre l’espace Schengen.  

Des décisions difficiles à prendre

Mais alors pourquoi ce blocage ? Il venait du Conseil de l’Union européenne (1) qui réunit les ministres de l’Union par domaines de compétences. Les décisions doivent y être prises à l’unanimité or un dernier pays bloquait : l’Autriche. Situation d’autant plus ubuesque que, dans une résolution adoptée en juillet dernier, le Parlement européen avait voté à 526 voix pour, 57 voix contre et 42 abstentions en faveur de l’admission dans l’espace Schengen de la Bulgarie et de la Roumanie. On voit dans quel imbroglio l’Europe fonctionne, chaque structure ayant son niveau d’intervention et pouvant bloquer une décision consensuelle. Néanmoins, dirons-nous, heureusement, l’Autriche était là ! Car si l’accord pour l’entrée de la Bulgarie et de la Roumanie dans l’espace Schengen était généralement accepté, il présente plusieurs dangers.  

Deux pays balkaniques

L’Autriche mais aussi les Pays-Bas en avaient pointé un, essentiel à leurs yeux : l’accès de ces deux pays balkaniques à l’espace en question risquait de provoquer une hausse du nombre de migrants forçant les frontières de l’Union européenne. On imagine la pression à laquelle ont été soumis ces deux pays « résistants ». Après avoir émis des réserves insistantes sur la corruption qui sévit en Bulgarie, les Pays-Bas ont plié les premiers.…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Alain Chevalérias

Ce contenu pourrait vous intéresser

International

Élections européennes et nationalismes européens

Décryptage | Les citoyens des pays membres de l’Union européenne vont voter le 9 juin pour élire le Parlement. C’est l’affolement à gauche et dans l’establishment politico-médiatique : partout les nationalistes montent dans les sondages. En France, le Rassemblement national arrive en tête. Devant même le parti présidentiel qui s’est arrogé le titre de « Renaissance ». Dans le débat d’idées, plus que jamais, deux camps se font face : la gauche et la droite. Les tenants de la première s’inscrivent dans la logique d’une Union européenne aux normes de plus en plus oppressantes. Ceux de la droite veulent au contraire une évolution vers une forme d’Europe des nations.

+

élections européennes
International

Iran-Israël : Des frères ennemis

Dans la nuit du 13 au 14 avril 2024, l’Iran lançait une offensive aérienne contre Israël avec une nuée de drones et plus de cent missiles de longue portée. Cette attaque visait des cibles militaires mais n'a pas fait de dégâts, alors qu'elle faisait suite à un premier raid israélien meurtrier le 1er avril.

+

iran
International

L’Autriche de « la culture dominante »

Fin mars, le Parti populaire autrichien (ÖVP) larguait une bombe au milieu du paysage politique. Il créait une commission afin de « définir la culture dominante » de l’Autriche. Cela ressemble à une manœuvre de rapprochement avec la tendance de l'extrême-droite, le FPO affichant 30 % dans les sondages.

+

Autriche