« Au coeur du sacré » : un hors-série double sur la Basilique du Sacré-Coeur de Montmartre

Publié le 22 Avr 2021
"Au coeur du sacré" : un hors-série double sur la Basilique de Montmartre L'Homme Nouveau

150 ans après le Vœu national de 1871 et la naissance du projet du projet de la Basilique du Sacré-Coeur de Montmartre, alors même que ce haut lieu de foi est l’objet de nombreuses attaques aux plans politique et culturel, les Éditions de L’Homme Nouveau y consacrent un numéro spécial. Orchestré par Marie Piloquet, ce hors-série double offre une plongée historique et spirituelle dans la grande épopée du Vœu national et de la place du Sacré Cœur dans l’Église et la vie de la France.

Bien des récriminations offusquées ont, depuis quelques mois, percé l’espace médiatique. L’anniversaire des 150 ans de la Commune est déjà passablement estompé par la situation sanitaire, mais une goutte d’eau fait déborder le vase des mécontentements : en octobre dernier, a été décidée l’inscription aux monuments historiques de la basilique du Sacré-Coeur de la butte Montmartre, dont le projet naquit cette même année 1871. Pire, la Direction Régionale des Affaires Culturelles vise son classe­ment pour 2022. On fustige une proposition indécente, un camouflet insolent…

C’est faire, volontairement ou pas, une erreur de compréhension et un mauvais procès d’intention. Qu’on se le dise, le sang des Communards ne fut pas le ciment de ces pierres blanches. La formulation du Vœu national pour « l’érection à Paris d’un sanctuaire dédié au Sacré Cœur de Jésus » a précédé l’insurrection populaire. Et si ses initiateurs Alexandre Legentil et Hubert de Fleury ont chacun manifesté a posteriori leur opposition à ce mouvement de la Commune, c’était, légitimement, en raison de son anticléricalisme foncier – et meurtrier. Leur prime ambition allait surtout bien au-delà de ce moment d’histoire : elle embrassait une tradition immense, celle de la spiritualité du Cœur du Christ, et voulait concentrer dans ce nouveau temple tous les mea culpa d’un peuple de croyants.

Les plus virulents avaient d’ailleurs vilipendé, à l’époque, une dimension par trop nationaliste. Le Père Jacques Benoist, lui, dans sa thèse magistrale, parle d’un « patriotisme christianisé ». C’est la France qui vient, effectivement, demander pardon, après sa défaite contre la Prusse et toutes ses révolutions depuis 1789.

Ce ne sont donc pas seulement les catholiques que la basilique du ­Sacré-Cœur a unis sous le drapeau du Christ… ce sont les Français. Elle a concrétisé cette immense dévotion, personnelle, et l’a placée sur le terrain politique. C’est ce qui devrait constituer le véritable scandale ! En ne voyant qu’un affront historique à la Commune, les opposants au classement de la basilique sont de pâles copies des anticléricaux d’hier… Le Vœu national de 1871 réunissant dans un même amour l’Église et la patrie, reconnaît à Dieu le règne social par excellence. « Je veux régner sur les âmes, sur les nations »… disait Notre-Seigneur à sainte Marguerite-Marie. D’intime et silencieuse, la dévotion au Sacré Cœur de Jésus devient publique et éloquente. On déclare que le monde et plus particulièrement la France, fille aînée de l’Église, « de glace pour Dieu » pour reprendre l’expression de Maurice Blondel, sera sauvé par « ce Cœur qui a tant aimé les hommes ».

Et l’adoration perpétuelle qui a lieu, là-haut, sur la Butte, est à l’image de cette certitude. Jamais elle ne cessa, ni pendant la Deuxième Guerre mondiale où les vitraux furent soufflés par les bombardements, ni lorsque le confinement du 16 mars 2020 interdit tout visiteur extérieur pendant deux mois… L’ostensoir proclame la Présence réelle. Paris garde son Soleil – il faut encore qu’Il règne tout à fait.

Ce contenu pourrait vous intéresser

ÉditorialCarême

Notre quinzaine : La gratuité ou l’amour à l’état pur

Edito du Père Danziec | La correspondance de dates entre la Saint-Valentin le 14 février et le mercredi des Cendres permet de lever le voile sur l’un des défis majeurs de notre époque. Disons-le sans détours : notre monde crève de dureté, de froideur, d’inclémence et d’impiété. Nos contemporains suffoquent chaque jour un peu plus de manque d’amour. Et pourquoi donc ? Parce qu’il réside au fond du cœur de l’homme un immense besoin d’amour. Parce qu’à l’image de Dieu, d’un Dieu qui est amour, l’homme est constitutivement fait pour l’amour.

+

carême amour gratuité
ÉditorialBioéthiqueDoctrine socialeLettre ReconstruireMagistère

Face à l’avortement et à l’euthanasie

Lettre Reconstruire n°33 - Edito | Le thème de la constitutionnalisation de l’avortement en France et le projet de légalisation de l’euthanasie ont réactivé de manière frappante la question de la légitimité d’un État institutionnalisant ces formes de meurtres. Dans son encyclique Evangelium Vitae (25 mars 1995), le pape Jean-Paul II avait abordé ces deux thèmes en les liant justement à la moralité des lois édictées et à leur légitimité. Comme éditorial, nous proposons plusieurs extraits de cette encyclique, hélas toujours d’actualité. 

+

avortement
ÉditorialSociété

Notre quinzaine : La beauté sauvera nos âmes

Dans le monde actuel, il peut sembler normal de désespérer. Mais c'est justement dans ces moments d'affaiblissement, que la beauté doit pouvoir nous redonner espoir, et sauver nos âmes. Oui, offrir de la beauté autour de nous, devenir ses artisans devient de plus en plus impératif pour tenter de guérir ce monde assoiffé de transcendance.

+

beauté