Saint-Cloud fête les 1 500 ans de la naissance de son saint patron

Publié le 28 Oct 2022

Depuis le 7 septembre dernier jusqu’au 8 mai prochain, la ville de Saint-Cloud bénéficie d’une année jubilaire en l’honneur des 1 500 ans de la naissance de son saint fondateur, Clodoald (522-560) – appelé aussi saint Cloud. L’abbé Baumann, vicaire de la paroisse, détaille cet événement et nous raconte la vie de l’homme qui renonça à la couronne pour se consacrer à Dieu, donnant encore à la ville qui porte son nom une harmonie devenue rare.

Le diocèse de Nanterre met cette année à l’honneur un saint méconnu. Qui est saint Cloud ?

Saint Cloud est l’un des petits-fils de Clovis. À la mort de ce dernier, ses trois fils chrétiens deviennent respectivement rois d’Orléans, de Paris et de Soissons. Clodomir, le premier d’entre eux, doit succéder à son père, mais meurt au combat, laissant trois jeunes enfants, dont le dernier, Clodoald, n’a que 2 ans. Les frères de Clodomir veulent s’emparer du royaume de leur frère aîné. Clotilde est quant à elle décidée à défendre les droits de ses petits-enfants. Les deux oncles s’étant rendus au palais de Clotilde, où sont recueillis les trois enfants, exigent que ces derniers soient rasés, ce qui, dans les coutumes franques, impliquait une renonciation au pouvoir. Devant le refus de Clotilde, les deux aînés sont assassinés. Clodoald est mis en sécurité. Protégé par des hommes restés fidèles à son père, il aurait accompagné Clotilde dans sa vie de recluse à Tours avant de revenir à Paris. Ayant entretemps compris, de crainte vis-à-vis de ses oncles ou par véritable attrait pour la vie religieuse, qu’il lui fallait renoncer au trône, il se met à l’école de saint Séverin, ermite, et apprend les rudiments de la vie religieuse. Après un séjour en Provence, il revient à Paris et demande l’ordination sacerdotale, qu’il reçoit des mains de l’évêque Eusèbe de Paris. Dès lors, il ne présente plus, au plan politique, de danger pour ses oncles : l’état clérical du sacerdoce le retire totalement de la vie publique. L’un de ses oncles lui donne le domaine de Nogent, actuelle bourgade de Saint-Cloud, où Clodoald fonde une communauté monastique dont il devient abbé. Il y attire beaucoup de chrétiens par sa réputation de sainteté et ses pouvoirs thaumaturgiques. Il meurt à 38 ans mais a auparavant rendu l’évêque de Paris héritier du fief de Nogent et titulaire de son monastère. Il est canonisé deux siècles plus tard, et la ville prend alors son…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Propos recueillis par Anne Figueras

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEglise

Communautés : oasis ou citadelles ?

L'Essentiel de Joël Hautebert | Tendance de fond ces dernières années, la société paraissant malade ou repoussante à beaucoup, le communautarisme de tout poil prospère. La parution d’un ouvrage de l’abbé Raffray, qui se veut une réponse aux inquiétudes contemporaines, est l'occasion de faire le point sur ce qui pourrait sembler bien tentant à des chrétiens dégoûtés par le monde dans lequel ils vivent et soucieux de se rassembler pour se garder des maladies de l’âme qu’il véhicule.

+

communauté oasis
EgliseLiturgie

La Pause liturgique : Gloria 6, Rex Génitor, (Mémoires des Saints)

Ce Glória est daté du Xe siècle, et il est utilisé, comme le précédent, pour les fêtes des Saints. Les sources manuscrites de ce Glória, assez peu nombreuses, sont toutes françaises, ce qui semble indiquer son lieu d’origine et de composition. Il emprunte sa mélodie au 8e mode, mais il est tout différent du précédent : tandis que le Glória 5 s’envole à chaque verset vers les hauteurs de la quinte du mode authente, celui-ci se cantonne pour l’essentiel à l’intérieur d’une tierce très modeste, Sol-Si. Bien sûr, il se déploie à l’aigu de temps en temps, mais il est beaucoup plus horizontal que son voisin.

+

gloria grégorien
Eglise

La réparation comme démarche spirituelle

Commentaire du Pape | À l'occasion du 350e anniversaire des apparitions du Sacré Cœur de Paray-le-Monial, le Pape a prononcé quelques mots lors du colloque « Réparer l’irréparable », organisé le 4 mai dernier au Vatican. 

+

réparation France sacré cœur roi
A la uneEgliseMagistèreThéologie

Jean Madiran : lecteur critique de Gustave Thibon

Dossier « Jean Madiran et Gustave Thibon, un compagnonnage intellectuel ? » | Considéré par les lecteurs d’Itinéraires comme un collaborateur régulier de la revue, Gustave Thibon n’y donna en réalité qu’épisodiquement des articles, marquant toujours une certaine réserve par rapport au contenu. Directeur de la revue, Jean Madiran le sollicita à de nombreuses reprises mais s’éloigna de plus en plus du philosophe. Retour sur la rencontre de deux grandes figures qui évoluèrent différemment.

+

gustave thibon jean madiran