Sexocentré

Publié le 26 Oct 2012
Sexocentré L'Homme Nouveau

Grossesses non désirées, maladies sexuellement transmissibles, violences, pornographie, homophobie… Les enfants sont peut-être analphabètes, mais la priorité n’est pas là. Le ministère de l’Education nationale se fait ministère du bas-ventre et le ministère des Droits de femmes se fait ministère des revendications LGBT (Lesbienne, Gay, Bi et Trans).

Le 4 juillet 2001, l’avortement et la contraception étaient inscrits comme un droit dans le code de la santé publique, le délai de l’avortement était rallongé et les mineures pouvaient s’affranchir de l’autorisation parentale pour recourir à une IVG. C’est tout ? La loi en question précisait aussi que les écoles, collèges et lycées devaient dispenser un enseignement sur la sexualité à raison de trois séances par an minimum. Comment ne pas voir que l’éducation sexuelle à l’école telle qu’elle est conçue n’est qu’un vecteur de la culture de mort ? Vendredi dernier, les députés ont voté le remboursement à 100% de l’avortement pour toutes les femmes et le remboursement, intégral là encore, de la contraception pour les jeunes filles de 18 à 20 ans. Ainsi financées par la Sécurité Sociale, les lycéennes pourront se conforter dans l’idée que la grossesse est une maladie et pourront, à nos frais, mettre en pratiques leurs cours d’éducation sexuelle.

educss sexocentré

Pourtant, au moins dans les petites classes, ces cours n’avaient pas été mis en place, faute de temps peut-être mais faute aussi, pour les professeurs, de savoir comment enseigner la chose. Preuve que l’opinion publique était réticente à cette confrontation des enfants à des questions qui ne les concernent pas encore, le programme lancé par l’UNESCO en 2009 sur l’éducation sexuelle des enfants, avait été un tollé. Des préconisations telles que dire aux enfants qu’il est « naturel d’explorer et de toucher des parties de son corps » avaient fait couler de l’encre…
 

Vincent Peillon entend reprendre les choses en main, aussi se tient aujourd’hui la première réunion d’un groupe de travail chargé de repenser l’éducation sexuelle et de rendre un rapport d’ici fin janvier. Plancheront donc un inspecteur, un conseiller principal d’éducation, deux professeurs de sciences de la vie et de la terre, un professeur des écoles, un professeur d’éducation physique et sportive (!), une infirmière, un médecin scolaire et des représentants des fédérations de parents ainsi que du Planning Familial… En 2003, une circulaire avait rappelé l’importance des recommandations de la loi du 4 avril 2001, précisant que l’éducation sexuelle ne devait pas seulement prendre en compte les problèmes de santé publique mais répondre aussi aux problèmes des violences sexuelles, de la pornographie et… de l’homophobie. On n’a jamais autant parlé de sexualité à l’école et force est de constater que les problèmes de violences sexuelles, de pornographie etc… n’ont jamais été aussi développés. Les premières expériences sexuelles se font de plus en plus tôt et bien des jeunes confient en avoir été blessés, choqués. Mais les adultes continuent de les confronter dès le plus jeune âge aux thèmes de la santé reproductive et de l’orientation sexuelle. L’Education nationale est un peu une salle de shoot façon Marisol Touraine, ministre de la Santé : un lieu où l’on se fait du mal, mais encadré par l’Etat et financé par les impôts.

Najat Vallaud-Belkacem, ministre des droits des femmes, qui s’occupe surtout des femmes qui aiment les femmes, continue la lutte contre l’homophobie et veut intégrer aux programmes de Lettres de première et terminale l’étude de l’orientation sexuelle des auteurs. Plus encore, elle confie vouloir que « les enfants qui découvrent cette orientation homosexuelle » puissent « s’identifier à telle ou telle personnalité ». Les parents, premiers responsables de l’éducation de leurs enfants, auront-ils leur mot à dire dans tout ça ?

Adelaide Pouchol

Adelaide Pouchol

Ce contenu pourrait vous intéresser

SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
A la uneSociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 sexocentré
SociétéLectures

Faire durer son mariage, un état d’esprit

Entretien | Ancien officier devenu psychologue clinicien, Marc d’Anselme milite pour l’amour durable, titre de son livre. Sa perspective originale consiste à voir le mariage comme une mise à l’épreuve des conjoints pour une restauration de leur personnalité, à travers quatre processus psychiques. Un chemin qui fait écho à la vision chrétienne du mariage comme voie de sainteté.

+

mariage