Si on achetait des bébés ?

Publié le 22 Fév 2013
Si on achetait des bébés ? L'Homme Nouveau

 

 

Profitez des réductions de printemps, le « paquet tout compris, succès garanti » est à 9 900 € au lieu de 12 000 €. C’est vrai qu’à ce prix-là, on peut acquérir une belle Clio toute neuve, 2 000 paquets de cigarettes, ou même les lunettes à 12 000 € d’Audrey Pulvar.  C’est aussi le prix d’un bébé. D’un vrai.

Le centre médical ukrainien BioTex.com propose une gamme de services pour avoir un enfant. « Il n’existe pas de stérilité totale », lit-on sur le site de l’organisme, http://mere-porteuse.net, qui réserve bien des surprises. Que vous soyez hétérosexuel mais stérile, hétérosexuelle féconde mais refusant de prendre le risque d’avoir des vergetures après une grossesse, homosexuel assumé ou lesbienne revendiquée, vous pouvez trouver une formule adaptée à votre cas. On se croirait en rendez-vous avec son assureur, il se trouve que c’est avec un médecin. Le centre médical BioTex.com a bien compris où se trouvait le marché et des dizaines d’Ukrainiennes attendent de pouvoir louer leur ventre. Le site est en français et l’organisme donne un certain nombre de renseignements sur la législation actuelle en termes de filiation autant que sur les possibles évolutions de la loi… qu’il appelle de ses vœux. Sans complexe aucun, BioTex.com propose un service pourtant actuellement illégal et n’attend plus que la bénédiction du gouvernement français pour développer ce commerce en toute impunité.

Des centaines de donneuses sont répertoriées sur le site, photos et mensurations à l’appui. Il vous faut plutôt une rousse petite avec les yeux verts ? À moins que vous ne préfériez une grande blonde avec de petits pieds et de grandes oreilles ? Ils ont tout en rayon. Et, cerise sur le gâteau, il est indiqué pour chacune de ces loueuses d’utérus qu’elles ne boivent ni ne fument. Il faut faire les choses proprement ! Qu’on se rassure : la filiation est éclatée, des femmes sont réduites au rang d’esclaves, on achète des enfants comme on achète une paire de chaussettes… mais l’hygiène est préservée.

Les loueuses d’utérus affirment faire cela de plein gré, pour la bonne cause, pour l’égalité, et la générosité.

Évidemment, à 12 000 € le bébé, l’altruisme aide à supporter la misère…

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéLectures

L’inégalité, un outil de civilisation ?

Entretien | Juriste et historien, Jean-Louis Harouel s’attaque dans un livre récemment paru au mythe de l’égalité. Il postule que cette « passion laide » contemporaine, destructrice de la famille, entre autres, ne sert en rien les intérêts d’une population, en montrant que seule l’inégalité, créatrice de richesses, encourage la production et par là-même augmente le niveau de vie et conditionne le progrès moral et scientifique. Entretien avec Jean-Louis Harouel sur son livre Les Mensonges de l’égalité. Ce mal qui ronge la France et l’Occident.

+

égalité mythe
SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
SociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement