Soudan : une guerre civile en gestation

Publié le 26 Avr 2023
Soudan

Le général Abdel Fattah Al-Burhane, commandant l'armée soudanaise, en lutte contre son ancien complice du coup d’État de 2019, le général Hemeti

Le 15 avril, au Soudan, les Forces de soutien rapide (FSR) lançaient une offensive contre l’armée. Les FSR sont une puissante milice commandée par le général Mohamed Hamdan Dagalo dit Hemeti. Le général Abdel Fattah Al-Burhane, avec lequel Hemeti partageait le pouvoir à la tête du pays, est lui le commandant en chef de l’armée officielle du Soudan. Dix jours plus tard, le conflit avait déjà fait au moins 420 morts et 3 500 blessés. Le pays sombrait dans le chaos et les puissances étrangères, à commencer par la France, évacuaient leurs ressortissants. Depuis 2018, un mouvement de contestation se développait. Faisant mine de soutenir ce dernier, le 11 avril 2019, les généraux Burhane et Hemeti destituaient le président Omar Al-Béchir, un militaire lui aussi, qui dirigeait l’État de manière despotique depuis trente ans. Les putschistes s’installèrent au pouvoir, promettant de préparer sa transmission aux civils. Les promesses restèrent lettre morte et, le 3 juin, démantelant des manifestations pacifiques, les FSR et l’armée tuèrent une centaine de personnes. Mais l’association dans le crime ne suffit pas pour souder une coalition. « Il n’y a pas de place pour deux crocodiles dans le même marigot », dit le dicton africain. À la rationalité expérimentale de cette réflexion allaient s’ajouter les ingérences étrangères. Il faut savoir que le Soudan est un pays effroyablement pauvre qui est néanmoins passé depuis 2010 au rang de troisième producteur d’or du continent, avec une centaine de tonnes de métal jaune par an. Il est aussi détenteur d’une énorme réserve de terres cultivables non exploitées. De plus, il dispose d’une position stratégique donnant sur la mer Rouge, avec Port-Soudan, dans une région où les grandes puissances se bousculent, en particulier à Djibouti, ne laissant pas indifférents des États cherchant eux aussi à y prendre pied. La Russie d’abord. Dans un article daté du 21 avril dernier, la publication en ligne Slate décrivait sans ménagement, mais avec exactitude, la pénétration de Moscou au Soudan. Elle remonte déjà à l’époque d’Al-Béchir, le président déchu, comme nous l’avons vu. Dans les années 90, à Khartoum, nous avions croisé des officiers russes venus vendre des armes. Par chance pour eux, les FSR contrôlent la région de l’extraction aurifère. Avec un certain sens politique, elles en ont confié l’exploitation au fameux Groupe Wagner, l’organisation de mercenaires qui sert de fer de lance à l’offensive de Moscou en Afrique. Puis le général Hemeti…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Alain Chevalérias

Ce contenu pourrait vous intéresser

International

L’Afrique du Sud entre passion et raison

Les élections générales en Afrique du Sud avaient lieu fin mai. L'African National Congress, parti historique de Nelson Mandela et au pouvoir depuis 1994, reste premier, mais avec seulement 40 % des voix. Le deuxième parti est dirigé par un Blanc, et le troisième par Jacob Zuma, ancien président du pays.

+

Afrique du Sud
International

Le nouveau pacte européen sur la migration et l’asile

Décryptage | Le 10 avril, le Parlement européen adoptait un nouveau règlement pour gérer l’immigration : « le Pacte sur la migration et l’asile » dans l’Union européenne. Le 14 mai, les chefs d’État de l’Union le validaient en grande pompe. Sans être complètement mauvais, on peut douter que le pacte suffise à gérer la pression démographique exercée sur l’Union européenne. Simplement parce qu’il ne comble pas, ou mal, les failles du dispositif législatif en vigueur. Néanmoins, la vraie nouveauté est l’installation d’un système de filtrage aux frontières extérieures de l’Europe, y compris dans les aéroports.

+

Hongrie migration
International

Élections européennes et nationalismes européens

Décryptage | Les citoyens des pays membres de l’Union européenne vont voter le 9 juin pour élire le Parlement. C’est l’affolement à gauche et dans l’establishment politico-médiatique : partout les nationalistes montent dans les sondages. En France, le Rassemblement national arrive en tête. Devant même le parti présidentiel qui s’est arrogé le titre de « Renaissance ». Dans le débat d’idées, plus que jamais, deux camps se font face : la gauche et la droite. Les tenants de la première s’inscrivent dans la logique d’une Union européenne aux normes de plus en plus oppressantes. Ceux de la droite veulent au contraire une évolution vers une forme d’Europe des nations.

+

élections européennes
International

Iran-Israël : Des frères ennemis

Dans la nuit du 13 au 14 avril 2024, l’Iran lançait une offensive aérienne contre Israël avec une nuée de drones et plus de cent missiles de longue portée. Cette attaque visait des cibles militaires mais n'a pas fait de dégâts, alors qu'elle faisait suite à un premier raid israélien meurtrier le 1er avril.

+

iran