Subsidiarité et bien commun

Publié le 02 Déc 2023
subsidiarité quadragesimo anno
Lettre n°30 de Reconstruire (novembre 2023) — Edito

  Ce numéro 30 de Reconstruire est une nouvelle fois et en partie consacré à la subsidiarité, à travers notre rubrique « Questions de principe ». Dans ce cadre, nous présentons depuis quelque temps l’encyclique du pape Pie XI Quadrage­simo anno qui, quarante ans après Rerum novarum, rappelait les principes chrétiens et les appliquait à la nouvelle situation sociale et politique née de la Première Guerre mondiale, de la révolution bolchevique et de la crise financière de 1929. C’est dans cette encyclique que Pie XI fut amené à définir clairement le principe de subsidiarité qui allait prendre une place déterminante dans la doctrine sociale de l’Église.  

L’idée de subsidiarité

Pourtant, le mot même ne figure pas dans l’énoncé donné par Pie XI (n. 86) mais l’idée apparaît un peu plus loin (n. 88) : « plus parfaitement sera réalisé l’ordre hiérarchique des divers groupements selon ce principe de la fonction supplétive de toute collectivité, plus grandes seront l’autorité et la puissance sociale, plus heureux et plus prospère l’état des affaires publiques » (traduction de l’Action populaire de 1932). Depuis, le texte français donné par le Centre de recherche et d’action sociale (Ceras) des Jésuites (1), héritier de l’Action populaire, a légèrement corrigé cette traduction et évoque désormais le « principe de la fonction de subsidiarité ». Sur le site du Vatican, il n’existe pas de traduction française. En revanche, on retrouve selon les langues proposées soit l’idée de suppléance soit directement le terme de subsidiarité. Le latin (« subsiarii »), l’espagnol (« de función subsidiaria ») et l’anglais (« the principle of “subsidiary function” ») renvoient directement à la subsidiarité quand l’italien (« funzione suppletiva ») et le portugais (« função “supletiva” ») expriment plutôt l’idée de suppléance. Quoi qu’il en soit des difficultés de traduction, le principe de subsidiarité a été, au fil du temps, de plus en plus isolé, comme s’il représente à lui seul la clef de l’harmonie sociale. Ce faisant, on risque en le découplant du bien commun, d’en faire une interprétation fausse.  

Responsabilité et pouvoir

Dans une entreprise, pour le chef d’atelier ou le responsable d’une équipe, la subsidiarité implique qu’on leur laisse, à eux qui ont la responsabilité d’une mission, le pouvoir de s’organiser, selon l’adage qui veut que celui qui tient le clou (la mission à réaliser) doit aussi tenir le marteau (le pouvoir). Reste que l’atelier ou l’équipe en question ne…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Stéphen Vallet

Ce contenu pourrait vous intéresser

ÉditorialCarême

Notre quinzaine : La gratuité ou l’amour à l’état pur

Edito du Père Danziec | La correspondance de dates entre la Saint-Valentin le 14 février et le mercredi des Cendres permet de lever le voile sur l’un des défis majeurs de notre époque. Disons-le sans détours : notre monde crève de dureté, de froideur, d’inclémence et d’impiété. Nos contemporains suffoquent chaque jour un peu plus de manque d’amour. Et pourquoi donc ? Parce qu’il réside au fond du cœur de l’homme un immense besoin d’amour. Parce qu’à l’image de Dieu, d’un Dieu qui est amour, l’homme est constitutivement fait pour l’amour.

+

carême amour gratuité
SociétéDoctrine socialeLettre Reconstruire

L’Église face au nazisme et au fascisme (II)

Lettre n°33 de Reconstruire - Parmi les tentations totalitaires, le fascisme vient historiquement avant le nazisme et n’a pas exactement connu les mêmes dérives odieuses. Pour autant, il s’insère bien dans une conception non chrétienne de l’homme et de l’État, qui doit tout à la modernité. Cette synthèse du professeur argentin Carlos Sacheri (1933-1974) est extraite de son livre (non publié en français) El Orden natural (1975).

+

fascisme mussolini
ÉditorialBioéthiqueDoctrine socialeLettre ReconstruireMagistère

Face à l’avortement et à l’euthanasie

Lettre Reconstruire n°33 - Edito | Le thème de la constitutionnalisation de l’avortement en France et le projet de légalisation de l’euthanasie ont réactivé de manière frappante la question de la légitimité d’un État institutionnalisant ces formes de meurtres. Dans son encyclique Evangelium Vitae (25 mars 1995), le pape Jean-Paul II avait abordé ces deux thèmes en les liant justement à la moralité des lois édictées et à leur légitimité. Comme éditorial, nous proposons plusieurs extraits de cette encyclique, hélas toujours d’actualité. 

+

avortement