Suède et Danemark : le droit au blasphème à l’ordre du jour

Publié le 30 Août 2023
Suède

Le 28 juin, un réfugié irakien du nom de Salwan Momika mettait le feu aux pages d’un coran devant la grande mosquée de Stockholm (Suède). Il allait répéter son geste le 20 juillet devant l’ambassade d’Irak, puis le 31 au cours d’une manifestation en face du Parlement suédois.    Momika est soutenu par des gens issus de l’extrême droite qui se chargent de donner de la publicité à ses actes sur les réseaux sociaux. Avec eux, il demande l’interdiction du Coran en Suède. Fin juillet, un groupe danois postait à son tour une vidéo mettant en scène un homme brûlant un livre qui semble être le Coran. Le monde musulman a réagi massivement, fustigeant ce qu’il qualifie de blasphèmes. Les plus « islamistes » sont les plus virulents : l’Afghanistan suspend les activités des organisations caritatives suédoises sur son sol, en Iran, l’ayatollah Ali Khamenei appelle à la mise à mort de Momika, en Irak, l’ambassade de Suède est attaquée. Les autres pays, incluant l’Égypte, avec Al-Azhar, la référence religieuse de l’islam sunnite, dénoncent la provocation du réfugié irakien. Même le pape François et les États-Unis condamnent le comportement de ce dernier mais sans oublier le laisser-faire de la Suède. En termes diplomatiques, avec des risques de retombées économiques, l’affaire coûte cher au pays. On se demande comment on en est arrivé là. De plus, à travers les cas de la Suède et du Danemark, c’est aussi à notre pays que nous pensons, nous souvenant des caricatures de Mahomet. Il y a bien sûr l’amalgame sans nuances que font certains entre l’islam, l’islamisme et une immigration incontrôlée perçue par eux comme un danger mortel pour nos pays. On mesure là les erreurs de gestion commises par nos dirigeants politiques. Mais il ne faut pas non plus oublier les crimes terroristes, perpétrés jusque sur notre sol, au nom d’un islam dévoyé et mal compris par ses adeptes. Car il existe un autre islam que celui des terroristes. Ne pas le comprendre revient à s’enfermer dans une spirale mortifère et sans issue. Comme le fait Momika. Mais il existe une autre explication. Le Danemark a fini par le réaliser : il prépare une législation interdisant « le traitement inapproprié d’objets ayant une signification religieuse importante pour une communauté » de croyants. Il y a six ans, le Danemark avait abrogé le délit de blasphème, mettant fin à une législation vieille de trois cent trente-quatre ans.…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Alain Chevalérias

Ce contenu pourrait vous intéresser

International

Au Niger : l’humiliation de Washington

Le 16 mars dernier, le Niger a décidé d'annuler l'accord de coopération militaire passé avec les États-Unis, mettant fin à douze ans de présence américaine dans le pays, après le départ des Français fin 2023.

+

niger
International

La martingale migratoire italienne

Le 29 janvier, la Cour constitutionnelle albanaise approuvait un projet d’ouverture de centres d’accueil pour migrants, gérés sur le territoire de l’Albanie par les autorités italiennes et aux frais de celles-ci. L’accord entre les deux pays avait été bloqué le 14 décembre dernier à la suite d’un recours devant la Cour constitutionnelle de Tirana déposé par l’opposition albanaise. Cette dernière avait affirmé l’accord violant la Constitution et les conventions internationales. Elle était soutenue par les ONG spécialisées dans l’aide aux migrants.

+

italie