Ukraine : Hollande sur les traces de Choiseul

Publié le 09 Fév 2015
Ukraine : Hollande sur les traces de Choiseul L'Homme Nouveau

Vendredi 6 février, le président François Hollande et la chancelière Angela Merkel ont rencontré le président Vladimir Poutine au Kremlin pour tenter de trouver une solution au sujet de l’Ukraine. Mercredi prochain, un sommet réunissant France, Allemagne, Ukraine et Russie devrait avoir lieu à Minsk, en Biélorussie, avec pour objectif d’esquisser une solution pour l’Ukraine. Sur cette toile de fond, petit rappel historique de Thomas Flichy de La Neuville. 

Une tradition diplomatique

La volonté française de détacher l’Ukraine de la Russie n’est pas une nouveauté. L’on oublie trop souvent en effet que la France a longtemps eu une politique ukrainienne très hardie. L’une des plus constantes traditions diplomatiques françaises consiste à maintenir la mer noire ouverte afin de mettre à la disposition de la France ses richesses céréalières puis pétrolières. Bref, la volonté française d’affaiblir une Russie parfois menaçante consiste à détacher l’Ukraine de Moscou.

Mazarin déjà

Ce plan est caressé par Mazarin puis par Choiseul dont la politique est fondée sur la double opposition envers l’Angleterre et la Russie. Tour à tour, Vergennes, Hauterive, Antoine de Saint-Joseph puis Talleyrand s’intéressent à ce pays. Voltaire justifie cette politique en déclarant : « L’Ukraine a toujours aspiré à être libre ». Mais c’est Napoléon qui concrétise le plan élaboré par les bureaux de la monarchie française, le jour où l’évolution de la situation européenne rend inévitable un duel avec le tsar Alexandre. L’idée des diplomates Français consiste à reconstruire un Etat cosaque indépendant nommé la Napoléonide. Cet Etat vassal et allié de la France permettra d’ouvrir la route des Indes. Malgré le grand espoir Français de 1812, l’Ukraine est soumis massivement à la russification.

Le témoin d’une crise européenne

En réalité, la question Ukrainienne se présente comme un problème international témoin. Elle ressurgit chaque fois que l’Europe est en proie à une crise profonde, qu’un nouvel ordre apparaît ou que son équilibre profond se modifie. Il en est ainsi dans la mesure où ce pays se présente comme un centre de gravité permettant à la Russie de peser sur l’Europe où à l’inverse à l’Europe d’enfoncer un coin dans la Russie.

Thomas Flichy de La Neuville est historien du droit et des institutions. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont  L’Iran au-delà de l’islamisme (éditions de L’Aube).

Ce contenu pourrait vous intéresser

International

Élections européennes et nationalismes européens

Décryptage | Les citoyens des pays membres de l’Union européenne vont voter le 9 juin pour élire le Parlement. C’est l’affolement à gauche et dans l’establishment politico-médiatique : partout les nationalistes montent dans les sondages. En France, le Rassemblement national arrive en tête. Devant même le parti présidentiel qui s’est arrogé le titre de « Renaissance ». Dans le débat d’idées, plus que jamais, deux camps se font face : la gauche et la droite. Les tenants de la première s’inscrivent dans la logique d’une Union européenne aux normes de plus en plus oppressantes. Ceux de la droite veulent au contraire une évolution vers une forme d’Europe des nations.

+

élections européennes
International

Iran-Israël : Des frères ennemis

Dans la nuit du 13 au 14 avril 2024, l’Iran lançait une offensive aérienne contre Israël avec une nuée de drones et plus de cent missiles de longue portée. Cette attaque visait des cibles militaires mais n'a pas fait de dégâts, alors qu'elle faisait suite à un premier raid israélien meurtrier le 1er avril.

+

iran
International

L’Autriche de « la culture dominante »

Fin mars, le Parti populaire autrichien (ÖVP) larguait une bombe au milieu du paysage politique. Il créait une commission afin de « définir la culture dominante » de l’Autriche. Cela ressemble à une manœuvre de rapprochement avec la tendance de l'extrême-droite, le FPO affichant 30 % dans les sondages.

+

Autriche