2023 : L’Occident n’est plus ce qu’il était 

Publié le 26 Déc 2023
occident chine 2023

Peu de médias ont parlé des tremblements de terre d'octobre 2023 en Afghanistan. © VOA

Pour l’Occident, l’année 2023 nous apparaît comme une année ordinaire qui se trouve pourtant à un grand virage sinon pour l’humanité, du moins pour la politique internationale. Année ordinaire parce que nos pays continuent de vivre leurs petits mélodrames électoraux comme si de ces scènes de théâtre de boulevard dépendait l’avenir du monde. Un monde dont ils ne voient que ce qui leur convient. Un exemple ? Depuis septembre, une série de cataclysmes a décimé des populations. Le tremblement de terre du Maroc a connu une médiatisation exceptionnelle. Sans doute en raison des nombreuses demeures palatiales dont les grands noms du show business ont fait, dans ce pays, leurs lieux de fredaines. En revanche la Libye, où la tempête Daniel a tué 11 000 personnes deux jours plus tard, n’a eu droit qu’à un très modeste éclairage. Quant à l’Afghanistan, avec une série de cinq tremblements de terre dans la région d’Hérat, entre les 7 et 28 octobre, près de 2 000 morts et des dizaines de milliers de sans-abri , personne n’en a entendu parler.  

La montée de la Chine…

Mais, d’un point de vue géostratégique, il y a un silence encore plus éloquent : la Chine est en train de prendre le contrôle du Moyen-Orient au détriment de l’Occident, des États-Unis plus particulièrement, sans que cela émeuve beaucoup nos médias. Nous en avons déjà parlé dans L’Homme Nouveau. Ainsi, le 10 mars, l’Iran et l’Arabie Saoudite, deux pays jugés irréconciliables, se retrouvaient à Pékin pour signer un accord scellant la reprise de leurs relations. La puissance financière chinoise n’est pas pour rien dans ce coup de maître. Mais l’empire du Milieu se donne aussi les moyens de sa politique, sans faire de l’idéologie ou du sentimentalisme. À la différence de l’Occident, qui n’a de cesse de vouloir imposer des grands principes auxquels il renonce souvent au dernier moment faute de moyens, se dévalorisant chaque fois un peu plus face au reste du monde. La Chine, elle, a un objectif : éviter la guerre au Moyen-Orient parce que c’est le passage quasi obligé des nouvelles routes de la Soie et l’accès aux plus grandes réserves mondiales de gaz et de pétrole. Parce que si les États-Unis organisaient un blocus devant ses côtes, la Chine dépendrait des nouvelles routes de la Soie pour exporter ses produits vers l’Europe. D’autre part, sans la manne des hydrocarbures, son industrie tomberait…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Alain Chevalérias

Ce contenu pourrait vous intéresser

International

Élections européennes et nationalismes européens

Décryptage | Les citoyens des pays membres de l’Union européenne vont voter le 9 juin pour élire le Parlement. C’est l’affolement à gauche et dans l’establishment politico-médiatique : partout les nationalistes montent dans les sondages. En France, le Rassemblement national arrive en tête. Devant même le parti présidentiel qui s’est arrogé le titre de « Renaissance ». Dans le débat d’idées, plus que jamais, deux camps se font face : la gauche et la droite. Les tenants de la première s’inscrivent dans la logique d’une Union européenne aux normes de plus en plus oppressantes. Ceux de la droite veulent au contraire une évolution vers une forme d’Europe des nations.

+

élections européennes
CultureLectures

Guerre, propagande et politique

Lectures | Deux livres rédigés par d'anciens militaires et s'intéressant à la propagande dans le contexte de la guerre en Ukraine viennent de paraître. Il s'agit de L’Art de la guerre russe, par Jacques Baud, ancien membre du renseignement stratégique suisse, et de La Guerre en Ukraine, par Jacques Hogard, ancien officier français reconverti dans l’intelligence stratégique.

+

propagande
International

Iran-Israël : Des frères ennemis

Dans la nuit du 13 au 14 avril 2024, l’Iran lançait une offensive aérienne contre Israël avec une nuée de drones et plus de cent missiles de longue portée. Cette attaque visait des cibles militaires mais n'a pas fait de dégâts, alors qu'elle faisait suite à un premier raid israélien meurtrier le 1er avril.

+

iran
International

L’Autriche de « la culture dominante »

Fin mars, le Parti populaire autrichien (ÖVP) larguait une bombe au milieu du paysage politique. Il créait une commission afin de « définir la culture dominante » de l’Autriche. Cela ressemble à une manœuvre de rapprochement avec la tendance de l'extrême-droite, le FPO affichant 30 % dans les sondages.

+

Autriche