À Chantilly, la pharmacie ne vendra pas de préservatif

Publié le 18 Juin 2008
Au quotidien n° 247 : état de droit et refondation politique L'Homme Nouveau

Alors que l’État se prépare à distribuer lors de la « Fête de la Musique » un million de préservatifs gratis mais pas pro Deo – ce qui en des temps meilleurs eut été considéré et poursuivi comme « incitation à la débauche » – une pharmacie de Chantilly, qui va ouvrir en août, a fait savoir qu’elle ne vendrait pas de préservatifs. Il ne s’agit pas, on l’aura compris, de notre Chantilly, dans l’Oise, mais d’une ville de Virginie (comté de Fairfax), qui compte un peu plus de 40 000 habitants, et sur le territoire de laquelle est situé le Washington Dulles International Airport…
La DMC Pharmacy qui va donc prochainement s’ouvrir à Chantilly, sera située dans un grand centre commercial jouxtant un grand axe routier. Les initiales de son enseigne signalent qu’elle est une création de la Divine Mercy Care (Fairfax, Virginie), une association pro-Vie procurant des soins médicaux en conformité aux enseignements de l’Église, et destinés aux personnes sans ressources ou sans couverture maladie – ce qui ne manque pas aux États-Unis. John Bruchalski, qui préside le conseil d’administration de Divine Mercy Care estime, à juste titre, « qu’il n’est pas question que nous laissions notre foi à la porte des officines » – car il existe sept autres pharmacies de ce type en Amérique – « Nous nous efforçons de créer un environnement où foi et professionnalisme aillent de paire ».
Le groupe DMC se compose également de Tepeyrac Family Center, qui offre un soutien en gynécologie-obstétrique, promeut les techniques de contrôle naturel des naissances et se refuse à la contraception, à la stérilisation ou à l’avortement.

retrouvez aussi cet article sur : americatho.over-blog.com
 

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéPhilosophie

La tradition primordiale, de René Guénon à Julius Evola

L'Essentiel de Joël Hautebert | Les doctrines de René Guénon et Julius Evola, deux auteurs pourtant fondamentalement antichrétiens, bénéficient d’une image positive chez certains catholiques. À la faveur d’une confusion autour du mot "tradition", d’un refus commun de la modernité, de la séduction de l’ésotérisme ou d’une certaine vision de l’Histoire. 

+

tradition
A la uneSociété

Retour du loup : le défi des éleveurs français

Entretien | La réapparition du loup dans les forêts et montagnes françaises ces dernières années nécessite aujourd’hui une vigilance accrue des éleveurs, qui voient leurs troupeaux attaqués, leurs bêtes blessées, ou dévorées. À la fois éleveur de brebis et maire de sa commune, Olivier Maurin a publié un livre dans lequel il retrace l’histoire de la présence du loup en France. Il évoque aussi le décalage entre les écologistes et les ruraux qui, comme lui, en subissent aujourd’hui les conséquences. Entretien avec Olivier Maurin, auteur du Festin des loups.

+

loup
SociétéBioéthique

GPA et filiation (3/4) : La gestation pour autrui est-elle bien féministe ? 

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (3/4) | À un moment de l’histoire humaine où les frontières biologiques sont bousculées par de nouvelles technologies et où la « dignité » est instrumentalisée pour s’affranchir des barrières morales, un philosophe revient sur la GPA et sur la dégradation qu’elle représente pour la mère, l’enfant et les « parents d’intention ».

+

gpa féminisme
SociétéBioéthique

GPA et filiation (2/4) : L’humanité de la maternité

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (2/4) | On ne peut nier biologiquement le lien qui s’instaure entre la mère et le fœtus lors de la grossesse, point de départ indissociable de la maternité et de la vie d’un enfant. Dans le cadre d’un contrat de gestation pour autrui (GPA), la mère n’est plus que gestatrice, et l’enfant est brutalement soustrait à celle qu’il a appris à reconnaître durant les neuf mois.

+

gpa
SociétéFin de vie

L’euthanasie repoussée par la dissolution de l’Assemblée nationale  

Le 7 juin dernier, jour du Sacré-Cœur, l’Assemblé nationale a débattu sur le projet de loi de fin de vie. Cette proposition de loi est en arrêt temporaire dû à la dissolution de l’Assemblé nationale. Ce dimanche 9 juin, au soir du scrutin des élections européennes, Emmanuel Macron a annoncé la dissolution de l’Assemblé Nationale. Cette décision a entraîné l'arrêt immédiat de tous les travaux en cours au Palais Bourbon.  

+

euthanasie