A Dieu à Benjamin Guillemaind

Publié le 08 Fév 2012
A Dieu à Benjamin Guillemaind L'Homme Nouveau

Nous venons d’apprendre que notre ami et collaborateur Benjamin Guillemaind a été rappelé à Dieu le 6 février, muni des sacrements de l’Église.

Homme profondément bon et humble, doté d’un véritable sens de ce qu’était la doctrine sociale de l’Église, Benjamin Guillemaind nous avait fait l’honneur depuis quelques années de nous donner des articles dans lesquels il défendait cette vision de l’Église sur la vie sociale.

Pendant plus de quarante ans, il avait exercé le métier d’artisan carreleur tout en militant activement pour la diffusion de la doctrine sociale de l’Église. Proche de la Cité catholique de la Rue des Renaudes, auprès de laquelle il avait reçu une riche formation doctrinale, Benjamin Guillemaind avait créé en 1961 Sauvegarde et Promotion des Métiers, pour approfondir l’économie sociale, fondée sur l’entente économique et l’union des classes, et apporter un éclairage chrétien, différent des deux courants dominants conjugués. Il devait aussi animer dans le même esprit Le Journal des artisans sur Radio Courtoisie. Il fut enfin à l’initiative de l’Alliance sociale et l’un des principaux animateurs de ce groupe d’étude et de formation, s’inspirant de la doctrine sociale de l’Église, fondée sur les corps intermédiaires et le principe de compétence (dit de subsidiarité). Dans cette perspective, l’Alliance sociale réfléchit à une réforme de nos institutions et porte son effort sur le secteur professionnel, économique et social.

LS

Toujours curieux et ouvert, Benjamin Guillemaind avait particulièrement bien accueilli nos éditions des livres politiques et économiques de Chesterton comme il avait salué l’édition de Small is toujours beautiful

Il était lui-même l’auteur d’un ouvrage intitulé : Libéralisme et socialisme, Deux frères ennemis face à la doctrine sociale de l’Église, préfacé par Mgr Lagrange, alors évêque de Gap.

Proche des milieux traditionnalistes, il était oblat de l’abbaye bénédictine de Bellaigue. Il a tenu que son faire-part annonçant son retour à Dieu contienne cette phrase signée de son nom :

« Vous êtes invités à célébrer ce jour de joie et à vous joindre à ma famille afin de remercier Dieu et prier pour ma traversée du Purgatoire ».

C’est bien dans cet esprit que nous assurons sa famille et ses amis de nos prières pour celui qui reste un modèle d’abnégation, d’esprit de service et de dévouement inlassable à la cause du Christ-Roi.

Ce contenu pourrait vous intéresser

ChroniquesEgliseLiturgie

La Pause liturgique : Sanctus 5, Messe Magnæ Deus potentiæ (Mémoires des Saints)

Ce Sanctus du 4e mode a quelque chose de mystique et de majestueux, dans sa simplicité. Il alterne heureusement les formules neumatiques et les passages syllabiques, les progressions par degrés conjoints et les intervalles de tierce, de quarte ou même de quinte, les élans vers l’aigu et les détentes vers le grave. Ce Sanctus a la particularité de n’être représenté que par une seule source manuscrite, allemande, datée de la toute fin du XIIe siècle.

+

sanctus
A la uneEgliseLiturgie

Confirmation : La chrismation chez les Orientaux (3/3)

Dossier : « Quelle place faut-il donner à la confirmation ? » 3/3 | Le sacrement de confirmation est conféré d’une façon bien différente dans les rites orientaux où il est n’est pas séparé du baptême. La cérémonie, proche de ce qui se faisait en Occident aux premiers siècles, revêt donc une forme spécifique et est accompagnée de prières faisant abondamment référence au baptême du Christ.

+

chrismation confirmation
A la uneEgliseMagistère

Valeur et âge de la confirmation, des pratiques à mettre en question (1/3)

Dossier « Quelle place faut-il donner à la confirmation ? » 1/3 | Auteur de "La Confirmation à sa juste place" (Artège), l’abbé François Dedieu estime qu’il est nécessaire de revenir à la pratique ancienne de conférer ce sacrement avant la première communion. Il détaille ici les raisons et les objectifs de cette pratique, déjà mise en œuvre dans sa paroisse. Entretien avec l’abbé François Dedieu, curé de la paroisse Saint-Urbain-Sainte-Marie (La Garenne-Colombes). 

+

La confirmation à sa juste place