A quotidien n°90 : guider le monde

Publié le 13 Nov 2020
A quotidien n°90 : guider le monde L'Homme Nouveau

Pas vraiment pro-Trump, ni même simplement à droite, Le Monde diplomatique (novembre 2020) constate malgré tout que l’ambition internationale de Joe Biden et du camp démocrate est de remettre les États-Unis d’Amérique à la tête du monde.

« Guider le monde démocratique ». Tel est le slogan qui résume le programme de politique étrangère de M. Joseph Biden. Pour préciser le contenu de cette ambition, le candidat démocrate à l’élection présidentielle américaine a signé en mars 2020 une tribune intitulée « Pourquoi l’Amérique doit diriger à nouveau ». Il y constate que « le système international que les États-Unis ont si précautionneusement bâti est en train de se fissurer ». Et oppose ce déclin aux triomphes remportés par son pays — victoire lors de la seconde guerre mondiale, chute du rideau de fer —, qui ont défini l’ordre international libéral dans ses versions bipolaire (1947-1991), puis unipolaire (1991-2008). L’ancien vice-président de M. Barack Obama admet certes que les maux américains les plus graves — de l’échec général du système éducatif à l’inégalité de l’accès aux soins, en passant par la faillite de la politique pénitentiaire — sont aujourd’hui de nature interne. Il n’en martèle pas moins que la diplomatie demeure l’une des sources premières de l’influence des États-Unis, et que leur relation au monde, abîmée par l’administration Trump, doit être restaurée en priorité, « non seulement par l’exemple de notre puissance, écrit-il, mais aussi par la puissance de notre exemple ».

Ce concept de restauration et d’exemplarité imprègne toute la plate-forme démocrate en matière de politique étrangère. Ses rédacteurs — l’immense majorité des éditorialistes américains mainstream, dont les contributions sont filtrées par les experts Ely Ratner et Daniel Benaim — jugent que le monde ne saurait « s’organiser lui-même ». (…) Cet ordre devrait donc être rebâti, et non repensé. Les États-Unis, qui détiennent les plans de l’immeuble originel, dont les fondations demeurent, reprendraient logiquement la triple casquette de promoteur, de maître d’œuvre et de syndic de copropriété. 

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneChroniquesSociété

D’où vient l’autorité que l’on invoque aujourd’hui ?

C'est logique de François-marie Portes | Réagissant à une série de violences graves caractéristiques de la société française contemporaine, Gabriel Attal tentait récemment, sous l’œil des caméras, de démontrer son autorité devant des jeunes promis à un séjour en internat. Un exercice qui n’a pas enté couronné de succès. La notion claire de ce qu’est l’autorité permet de comprendre pourquoi. 

+

autorité auctoritas
Société

Les Maisons d’Alliance, des béguinages modernes

Initiative chrétienne | Au moment où le projet de loi sur la fin de vie promet de renvoyer les personnes âgées à leur poids financier sur la société, avec la possibilité de les euthanasier, des initiatives se développent pour leur permettre d’avancer sereinement vers la mort en restant autonomes aussi longtemps que possible, reliées aux autres et soutenues spirituellement. Entretien avec Frédéric Zack, directeur général de l’association « Maisons d'Alliance ».

+

maisons d'alliance
SociétéBioéthique

« La loi sur la fin de vie ne fait qu’aggraver le sentiment de culpabilité de certains handicapés. »

Entretien | La proposition de loi sur la fin de vie ayant été adoptée par les députés jeudi 16 mai, elle sera débattue au Sénat à partir du 26. Afin d'alerter sur les enjeux et conséquences de cette loi, l'Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH) a publié lundi 13 mai, un communiqué intitulé « Fin de vie : Et les plus fragiles dans tout ça ? » et signé par une quinzaine d'associations et d'organismes du domaine de la santé engagés pour la vie des plus fragiles. Emmanuel Belluteau, président de l'OCH, nous éclaire sur les raisons de cette tribune et les enjeux de la proposition de loi.

+

old patient suffering from parkinson projet de loi fin de vie
SociétéBioéthique

L’IA générative : rivale ou alliée de l’homme ?

Entretien | Devant les progrès fulgurants de l’intelligence artificielle (IA), la question qui vient d’abord à l’esprit est celle de sa capacité à remplacer l’être humain. Mais au-delà des performances de plus en plus sidérantes des machines, la question reste celle de leur utilisation vertueuse et surtout de la puissance unique de l’intelligence humaine, seule ordonnée à la vérité. Analyse du Doyen de l’IPC, Emmanuel Brochier.

+

IA intelligence artificielle