A Raqqa, l’aviation française vient de briser la vitrine de l’État islamique

Publié le 16 Nov 2015
A Raqqa, l'aviation française vient de briser la vitrine de l'État islamique L'Homme Nouveau

L’aviation française a bombardé le poste de commandement de Raqqa. Cette attaque – qui présuppose l’accord de la Russie – se présente comme la première attaque sérieuse contre le cœur de l’Etat islamique. Et ce, moins en raison de l’ampleur des frappes, que de leur caractère symbolique.

Le poste de commandement de l’E.I.

Raqqa se présente comme le poste de commandement central de l’Etat islamique. Ancienne base d’entraînement et de planification des opérations, Raqqa sert de carrefour pour le trafic des armes entre les provinces d’al-Anbar et de Ninive avec la Syrie. Toute éradication de l’Etat islamique suppose la destruction de ses installations militaires. Un raid blindé y suffirait, mais cela supposerait un consensus de la communauté internationale ce qui n’est naturellement pas le cas.

Mais aussi un véritable laboratoire

Toutefois, Raqqa, est davantage qu’un poste de commandement. Il s’agit d’un véritable laboratoire de l’islamisme radical. La violence y est chaque jour réinventée et surtout mise en scène. Lors de l’annonce du califat, une grande fête y fut organisée en plein air. Y participaient des convaincus, des curieux, des jeunes et surtout des militants. Des propagandistes animaient la soirée ponctuée d’acclamations et de chants : 

Ô Abû Bakr al-Bah, tu terrifies tes ennemis, de superbes vierges ont été appelées, enrôle-moi comme martyr.

Et un centre de détention

A Raqqa sont exhibées les armes modernes de l’Etat islamique lors de défilés grandioses. Mais cette ville est également un centre de détention et d’exécution : le 1er mai 2014, sept personnes y furent crucifiées publiquement, devant des enfants et des passants qui prenaient la scène en photo. Si Raqqa représentait depuis plus d’un an la vitrine du crime impuni, celle-ci a été brisée ce soir.

Thomas Flichy de La Neuville est Professeur à l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

Pour aller plus loin :
Olivier Hanne et Thomas Flichy de La Neuville, L’Etat islamique, anatomie du nouveau Califat, Bernard Giovanangeli, 2015. 

Ce contenu pourrait vous intéresser

SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
SociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement
SociétéLectures

Faire durer son mariage, un état d’esprit

Entretien | Ancien officier devenu psychologue clinicien, Marc d’Anselme milite pour l’amour durable, titre de son livre. Sa perspective originale consiste à voir le mariage comme une mise à l’épreuve des conjoints pour une restauration de leur personnalité, à travers quatre processus psychiques. Un chemin qui fait écho à la vision chrétienne du mariage comme voie de sainteté.

+

mariage