Agriculteurs (3/3) : « La terre au cœur, le cœur au Ciel »

Publié le 23 Fév 2024
agriculteurs journées paysannes

« Les Journées paysannes » participent aux Rogations pour demander à Dieu la bénédiction du labeur des paysans.

Depuis les années quatre-vingt, l’association des « Journées paysannes » regroupe et soutient des agriculteurs de tous horizons, conscients de la nécessité de se former spirituellement et techniquement, de favoriser l’entraide et la réflexion dans un contexte de crises profondes. Entretien avec Emmanuelle François, présidente des « Journées paysannes ».

 

En quoi consiste votre mouvement, « Les Journées Paysannes » ? 

Il consiste à retrouver le sens chrétien du travail de la terre. À l’origine de ce mouvement, il y a la rencontre entre un prêtre d’une paroisse rurale et un vigneron. Ils avaient tous les deux l’intuition de la spécificité du monde agricole, mais sentaient un hiatus entre leur intuition et la direction prise politiquement, et plus largement d’un point de vue civilisationnel. Le prêtre était d’origine citadine, et il posait sans cesse des questions. Le vigneron s’est finalement dit qu’il faudrait inviter des prêtres de paroisses rurales avec des paysans pour échanger, afin de mieux se comprendre mutuellement. Les paysans ont largement répondu à leur invitation, davantage que les prêtres. Ils ont tellement apprécié cette rencontre et tous leurs échanges qu’ils ont décidé de se réunir l’année suivante. « Les Journées paysannes » sont ainsi nées, et existent maintenant depuis plus de trente ans, réunissant plusieurs centaines de paysans. Chaque année, nous avons notre réunion sur deux jours avec l’objectif de se retrouver fraternellement, de prier et de réfléchir ensemble. Nous invitons nos intervenants à traiter d’un même thème selon des points de vue différents : agronomique, technique, philosophique, théologique et spirituel. Cette année, nous avons réfléchi sur le thème de la fécondité.  

Avez-vous d’autres activités en dehors de ce colloque annuel ?

Nous organisons un pèlerinage tous les deux ans, et nous avons également des journées régionales dans différents coins de France. Nous publions une revue trimestrielle destinée à nos agriculteurs, mais également à tous ceux qui s’intéressent à la question agricole. Nous réalisons des études agronomiques, ce qui était assez innovant il y a trente ans. Des groupes de prière ont vu le jour et se réunissent une fois par mois. Nous encourageons aussi les Rogations. Nous essayons d’en organiser ou bien de participer à celles autour de chez nous. Notre mouvement est aussi un grand réseau d’amitié, il permet l’entraide dans les difficultés, la possibilité de partager les souffrances et de réfléchir ensemble aux solutions. Nous avons connu un véritable…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Marie Etcheverry

Ce contenu pourrait vous intéresser

SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
SociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement
SociétéLectures

Faire durer son mariage, un état d’esprit

Entretien | Ancien officier devenu psychologue clinicien, Marc d’Anselme milite pour l’amour durable, titre de son livre. Sa perspective originale consiste à voir le mariage comme une mise à l’épreuve des conjoints pour une restauration de leur personnalité, à travers quatre processus psychiques. Un chemin qui fait écho à la vision chrétienne du mariage comme voie de sainteté.

+

mariage