Annecy : Héros d’abord ou politique d’abord ?

Publié le 28 Juin 2023

La question posée en titre de cet éditorial surprendra peut-être, voire choquera, après l’effervescence née de l’événement d’Annecy. Disons-le d’emblée pour dissiper d’éventuels malentendus : il n’est pas question ici de minimiser le courage d’Henri s’opposant à un homme armé d’un couteau et décidé à tuer des enfants.

Pourtant un autre constat s’impose aussi. Il ne porte plus cette fois sur Henri et sur son courage mais sur ce qu’on a voulu en faire, y compris à droite et dans les milieux catholiques.

À peine l’événement connu, les réseaux sociaux s’en sont, en effet, emparés, déversant comme il fallait s’y attendre un océan d’opinions. Les médias plus traditionnels n’ont pas été en reste et, parmi eux, la presse de droite et la presse catholique ne furent pas les dernières à commenter l’événement.

Annecy au risque de la société du spectacle

Commenter ? À vrai dire, ce fut une marée de propos et de tentatives d’explications ou d’analyses censées nous dire qui était vraiment le héros du jour et pourquoi il avait agi de cette manière. Un brillant confrère de la presse catholique a ainsi expliqué, alors qu’il n’avait probablement jamais rencontré Henri de sa vie, quelles étaient les racines de son courage. Encore une fois, l’emballement médiatique a été général comme si secrètement la France attendait un héros et qu’elle en trouvait enfin un.

Mais la presse catholique devait-elle réagir à l’événement de la même manière que la presse séculière ? Si c’est avec professionnalisme, rigueur, souci des sources et de l’information vérifiée, la réponse ne fait aucun doute. Elle est positive. Mais si c’est pour participer, nous aussi, à la « société du spectacle » ?

On doit au situationniste Guy Debord l’invention en 1967 de ce concept dont la compréhension large semble s’appliquer de manière assez pertinente à notre époque. Nous sommes, en effet, arrivés à un stade du monde libéral où le lien social, et plus largement l’unité de la société tout entière, fragmentée à l’extrême, ne reposent plus sur la réalité des choses mais sur son commentaire, sa mise en scène, sa « publicisation », sur l’entretien du bruit médiatique plus réel que le réel, un réel de substitution qui crée l’illusion de l’existence et de la liberté.

D’où l’avertissement de Debord : « Le spectacle ne veut en venir à rien d’autre qu’à lui-même. » Pour ce faire, il a besoin d’une nourriture permanente que nous lui avons copieusement fournie sans prendre garde que nous nourrissions le monstre moderne que nous ne cessons de dénoncer par ailleurs. Avons-nous oublié Bossuet : « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes » ?

Défaillance du politique et servitude morale

Il faut pourtant aller plus loin, là encore en prenant le risque d’être mal compris ou mal interprété. La tragédie d’Annecy est le fruit de politiques menées depuis des décennies dans le domaine de l’immigration non contrôlée et de (l’in)sécurité. Ces politiques elles-mêmes prennent racine dans la modernité avec ses notions subverties de liberté et d’égalité.

En nous focalisant, en partie à juste titre, sur la réaction courageuse d’Henri, nous nous sommes auto-intoxiquées nous-mêmes, croyant qu’il suffirait qu’une armée de jeunes héros se lèvent pour régler les maux (politiques) de la société. Une sorte de spontanéisme catholique et de droite a prévalu sans prise en compte de la réalité du système dans sa globalité, de l’emprise de la société du spectacle et du capitalisme de surveillance qui lui est désormais associé. Pourtant, le citoyen ordinaire n’a pas pour vocation d’être un héros, mobilisé en permanence pour régler les problèmes d’une société qui s’écroule.

Comme l’écrivait naguère avec justesse le philosophe Marcel De Corte, on ne fait pas du social avec de l’individuel. Pareillement, on ne règle pas du politique en recourant à l’héroïsme des individus. C’est à l’État d’assumer la justice, la sécurité et la paix. À défaut de pouvoir agir directement sur celui-ci, il nous appartient de discerner les causes de ses défaillances et les logiques à l’œuvre qui ont mené au chaos.

Un discernement qui doit d’ailleurs s’accompagner d’un examen de conscience global sur les défaillances et les trahisons des catholiques sur le plan politique. À ce titre, le premier pas consiste certainement à sortir de la servitude (morale) volontaire, en recouvrant notre liberté intérieure et en retrouvant le sens du réel, propédeutique à tout redressement.

 

Philippe Maxence

Philippe Maxence

Ce contenu pourrait vous intéresser

ÉditorialLiturgie

Notre quinzaine : Rester, non pas dans le coup, mais dans le cœur !

Édito du Père Danziec | Tel est le principe du cycle, une continuation, sans arrêt et circulaire, dont le centre est Dieu. En ce mois de juin, comme l’an passé, et l’année qui lui était précédente, et les autres encore qui leur étaient antérieures, et ce depuis des siècles, l’Église militante de la terre invite une nouvelle fois les fidèles à se tourner vers le Sacré Cœur de Jésus. Un cœur source de vie pour nos âmes en manque de palpitations.

+

sacré cœur
Éditorial

Notre quinzaine : « Mon vieux, je suis un homme nouveau »…

Édito de Philippe Maxence | Cette année encore, le pèlerinage de Notre-Dame de chrétienté qui s’est déroulé à la Pentecôte a rencontré un véritable succès avec plus de 18 000 pèlerins inscrits. Des jeunes, beaucoup de jeunes mais aussi des familles réunissant les parents et les enfants, voire parfois les grands-parents. À son ami Joseph Lotte, Péguy avait déclaré : « Mon vieux, je suis un homme nouveau. J’ai tant souffert et tant prié, tu ne peux pas savoir. (…) J’ai fait un pèlerinage à Chartres, 144 kilomètres en trois jours... » Au XXe siècle, Péguy représente la réalisation de la parole évangélique : « Si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul, mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruits » (Jn, 12, 24). 

+

homme nouveau Chartres
ÉditorialEglise de France

Notre quinzaine : Catholiques, un point c’est tout !

Édito du Père Danziec | Ils viennent de partout mais ils ne vont pas nulle part. Ils marchent ensemble, dans la même direction. Leur rayonnement subjugue et l’organisation qui les entoure impressionne. Ils sont de tous les âges et de toutes les conditions. Ils s’agenouillent ensemble et partagent le même Credo. Ils sont pèlerins de Chartres, marcheurs de Dieu et témoins de chrétienté. Ils sont catholiques. Tout simplement catholiques. Non des catholiques à part mais des catholiques à part entière, aspirant bonnement à le devenir toujours plus intégralement, la grâce de Dieu aidant.

+

catholiques Chartres
ÉditorialChrétiens dans le monde

Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu (2/3) : Une réappropriation progressive du clergé vietnamien

Dossier « Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu » 2/3 | Comment les soubresauts de la décolonisation ont-ils affecté l’Église du Vietnam ? Désireuse de maintenir une distinction essentielle entre colonisation et mission et de faire émerger de véritables communautés catholiques locales, Rome avait en fait pris soin très tôt de former et d’émanciper un clergé indigène pour remplacer les missionnaires occidentaux.

+

vietnam clergé
Éditorial

Notre quinzaine : Vertu de piété ou nostalgie ? 

On a beaucoup reproché à nos compatriotes de se complaire dans la commémoration des défaites de la France. Dans le souvenir de Diên Biên Phu, il ne s’agit pas tant d’entretenir aujourd’hui la nostalgie d’une époque révolue que de se placer dans la perspective de la vertu de piété naturelle dont on rappellera ici en passant qu’elle est annexe à la vertu de justice et qu’elle nous permet de rendre imparfaitement ce que nous devons à nos parents et à notre pays. Le devoir de piété relève des premiers principes de la loi naturelle et trouve une expression synthétisée dans le quatrième commandement du Décalogue.

+

Diên Biên Phu piété naturelle
ÉditorialDoctrine socialeLettre Reconstruire

Subsidiarité et bien commun

Édito de la Lettre Reconstruire n°35 | Ce nouveau numéro de Reconstruire continue, à travers la rubrique « Questions de principe », à aborder l’enseignement pontifical à propos de la subsidiarité. Formulé scientifiquement par Pie XI, mais déjà présent chez Léon XIII, le principe de subsidiarité n’a cessé de prendre une place grandissante dans le corpus social catholique. Au point, comme nous le soulignons dans ce même numéro, d’être introduit indirectement dans le nouveau Code de droit canonique (1983) et donc dans la vie de l’Église elle-même.

+

subsidiarité bien commun