Au quotidien n° 194 : a-t-on encore le droit de rire ?

Publié le 23 Avr 2021
Au quotidien n° 194 : a-t-on encore le droit de rire ? L'Homme Nouveau

C’est la question que pose François-Guillaume Lorrain dans Le Point (22 avril 2021) face au déferlement du politiquement correct et de la dite culture « woke ». Bergson revient, ils sont devenus fous.

Le rire est du mécanique plaqué sur du vivant . » Dans la célèbre définition de Bergson, qui donna ses lettres de philosophie au rire, on s’est surtout intéressé au premier terme, le « mécanique », peu au second. Ce « vivant », c’est celui de la société, la nôtre, qui, tel un boa constricteur, étouffe peu à peu ce rire ayant pourtant longtemps servi à la réguler. Peut-on rire encore de quelque chose ? Ou même, s’interroge Cédric Passard, qui dirige l’essai collectif De quoi se moque-t-on ? (CNRS Éditions), « ne peut-on plus rire de rien » ?

Certains, à Canal+, chaîne historique des parodies d’Antoine de Caunes et de José Garcia, ont leur avis sur la question. La caricature a-t-elle encore droit de cité ? Non, a répondu le New York Times depuis le printemps 2019 en la supprimant de ses pages. La blague sera-t-elle un jour cantonnée à une semaine de l’Humour comme il y a dans 1984 d’Orwell une semaine de la Haine ? (…)

Si le rire est le « lien commun de la société » , comme le rappelle Cédric Passard, c’est un lien qui subit les fluctuations et les fracturations de cette dernière. Le rire à l’unisson n’est plus de mise. Or peut-on rire encore quand on est sous tension ? Revenons à Bergson, pour qui le rire est toujours celui d’un groupe. « Les propos compréhensibles jusque-là pour telle ou telle communauté restaient naguère dans ses limites , commente Passard. Or les réseaux sociaux ont fait voler en éclats toute étanchéité. »

Or, dans une société normative reconstruite autour des théories du care , de la reconnaissance, du respect – et vouant aux gémonies son inverse, le mépris -, le rire, qui ne fait pas grand cas de ces normes, a mauvaise presse. Il hérisse, il ulcère, il fait tache. Car il est soupçonné désormais de s’attaquer aux faibles et non plus aux puissants. Dans un chapitre remarquable de De quoi se moque-t-on ?, Marc Angenot analyse le grand bouleversement d’une censure du rire qui s’est privatisée. « Big Brother n’occupe plus les hauteurs de l’État. Il est votre voisin, votre collègue, votre étudiant. » Cette « religion civique » de la dénonciation s’expliquerait par un effet de balancier entre le recul des autorités traditionnelles et une nostalgie de contrôle sociétal qui entend « remoraliser » le public comme le privé et l’intime. Une « police des cerveaux » , pour reprendre l’expression d’Alain-Gérard Slama dans L’Angélisme exterminateur (1993) . Angenot esquisse une brève histoire des courants convergents qui émergent à partir de 1990 : le politiquement correct ( Culture of Complaint , de Robert Hughes, paru en 1993), la paranoïa idéologique, la diabolisation, la micro-agression, l’appropriation culturelle et l’esprit de censure qui se traduisent par l’intimidation, la pression et le harcèlement. « Il y a un effet pervers, comme on dit en sociologie, ou ce que Tocqueville appelle à propos de la démocratie un “fait providentiel ” : tout le monde, adversaires et partisans, est d’accord pour ne pas résister à l’esprit de censure. » Censure qui engendre par force l’autocensure, cimetière de la liberté d’esprit : un récent sondage indique que le pourcentage d’Américains ne se sentant pas libres d’exprimer leur opinion en public a été multiplié par trois depuis 1954, apogée pourtant du maccarthysme. Qu’en serait-il en France ?

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneChroniquesSociété

D’où vient l’autorité que l’on invoque aujourd’hui ?

C'est logique de François-marie Portes | Réagissant à une série de violences graves caractéristiques de la société française contemporaine, Gabriel Attal tentait récemment, sous l’œil des caméras, de démontrer son autorité devant des jeunes promis à un séjour en internat. Un exercice qui n’a pas enté couronné de succès. La notion claire de ce qu’est l’autorité permet de comprendre pourquoi. 

+

autorité auctoritas
Société

Les Maisons d’Alliance, des béguinages modernes

Initiative chrétienne | Au moment où le projet de loi sur la fin de vie promet de renvoyer les personnes âgées à leur poids financier sur la société, avec la possibilité de les euthanasier, des initiatives se développent pour leur permettre d’avancer sereinement vers la mort en restant autonomes aussi longtemps que possible, reliées aux autres et soutenues spirituellement. Entretien avec Frédéric Zack, directeur général de l’association « Maisons d'Alliance ».

+

maisons d'alliance
SociétéBioéthique

« La loi sur la fin de vie ne fait qu’aggraver le sentiment de culpabilité de certains handicapés. »

Entretien | La proposition de loi sur la fin de vie ayant été adoptée par les députés jeudi 16 mai, elle sera débattue au Sénat à partir du 26. Afin d'alerter sur les enjeux et conséquences de cette loi, l'Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH) a publié lundi 13 mai, un communiqué intitulé « Fin de vie : Et les plus fragiles dans tout ça ? » et signé par une quinzaine d'associations et d'organismes du domaine de la santé engagés pour la vie des plus fragiles. Emmanuel Belluteau, président de l'OCH, nous éclaire sur les raisons de cette tribune et les enjeux de la proposition de loi.

+

old patient suffering from parkinson fin de vie
SociétéBioéthique

L’IA générative : rivale ou alliée de l’homme ?

Entretien | Devant les progrès fulgurants de l’intelligence artificielle (IA), la question qui vient d’abord à l’esprit est celle de sa capacité à remplacer l’être humain. Mais au-delà des performances de plus en plus sidérantes des machines, la question reste celle de leur utilisation vertueuse et surtout de la puissance unique de l’intelligence humaine, seule ordonnée à la vérité. Analyse du Doyen de l’IPC, Emmanuel Brochier.

+

IA intelligence artificielle
SociétéLectures

Faire grandir les enfants avec Honoré, l’écureuil et Marceline, l’hirondelle

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse pour ce mois de mai, avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire, et autres activités. Avec les albums Honoré, l’écureuil qui refusait d’aider et Marceline, l’hirondelle qui voulait faire confiance, les enfants retiendront une belle leçon de vie à la lumière de l’Évangile. Paru dans le n°1807.

+

enfant lecture