Au quotidien n° 246 : concurrence du rail, faut-il s’en réjouir ?

Publié le 10 Sep 2021
Au quotidien n° 246 : concurrence du rail, faut-il s’en réjouir ? L'Homme Nouveau

Pour L’Opinion, qui se présente lui-même comme un « quotidien libéral », la cause est entendue. La réponse est claire, vive la concurrence. Pour mieux faire passer le message, il n’y a rien de mieux que de recourir au mauvais fonctionnement de la Sncf et au conservatisme syndical, en omettant systématiquement de présenter d’autres solutions ou une enquête sur le fonctionnement (et les prix) du transport ferroviaire dans d’autres pays…

Les bienfaits de l’ouverture à la concurrence, ce sont les dirigeants de la SNCF qui en parlent le mieux ! La simple perspective de voir des entreprises rivales pointer le bout de leurs locomotives sur les rails français pousse le groupe public à augmenter sa productivité, à faire des efforts de ponctualité, à serrer les prix, expliquent ils. (…)

Sans doute y a-t-il un peu de méthode Coué et de communication interne dans tout cela, pour rassurer les cheminots. Il n’empêche, les voyageurs de Paca ne se plaindront pas de passer bientôt de la théorie à la pratique : les TER Nice-Marseille, que la région a annoncé mercredi être sur le point de confier à Transdev à partir de 2025, circuleront deux fois plus souvent. L’offre augmentera de 75 % sur d’autres lignes locales, conservées par la SNCF mais après avoir été mise en compétition. Le tout pour un prix du billet équivalent et sans coûter plus cher au contribuable.

Sur le dos des employés ? Rien n’est moins sûr : Transdev leur demandera plus de polyvalence mais ne pourra trouver suffisamment de volontaires qu’avec des contreparties, sur les salaires par exemple. Pourtant, ces arguments ont jusqu’ici été écrasés par les slogans réflexes sur la « privatisation » et la « casse du service public », et par les menaces de grève. Face à la CGT cheminots ou à SUD rail, tous les présidents de région, y compris de droite, ne se sont pas précipités

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneChroniquesSociété

D’où vient l’autorité que l’on invoque aujourd’hui ?

C'est logique de François-marie Portes | Réagissant à une série de violences graves caractéristiques de la société française contemporaine, Gabriel Attal tentait récemment, sous l’œil des caméras, de démontrer son autorité devant des jeunes promis à un séjour en internat. Un exercice qui n’a pas enté couronné de succès. La notion claire de ce qu’est l’autorité permet de comprendre pourquoi. 

+

autorité auctoritas
Société

Les Maisons d’Alliance, des béguinages modernes

Initiative chrétienne | Au moment où le projet de loi sur la fin de vie promet de renvoyer les personnes âgées à leur poids financier sur la société, avec la possibilité de les euthanasier, des initiatives se développent pour leur permettre d’avancer sereinement vers la mort en restant autonomes aussi longtemps que possible, reliées aux autres et soutenues spirituellement. Entretien avec Frédéric Zack, directeur général de l’association « Maisons d'Alliance ».

+

maisons d'alliance
SociétéBioéthique

« La loi sur la fin de vie ne fait qu’aggraver le sentiment de culpabilité de certains handicapés. »

Entretien | La proposition de loi sur la fin de vie ayant été adoptée par les députés jeudi 16 mai, elle sera débattue au Sénat à partir du 26. Afin d'alerter sur les enjeux et conséquences de cette loi, l'Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH) a publié lundi 13 mai, un communiqué intitulé « Fin de vie : Et les plus fragiles dans tout ça ? » et signé par une quinzaine d'associations et d'organismes du domaine de la santé engagés pour la vie des plus fragiles. Emmanuel Belluteau, président de l'OCH, nous éclaire sur les raisons de cette tribune et les enjeux de la proposition de loi.

+

old patient suffering from parkinson projet de loi fin de vie
SociétéBioéthique

L’IA générative : rivale ou alliée de l’homme ?

Entretien | Devant les progrès fulgurants de l’intelligence artificielle (IA), la question qui vient d’abord à l’esprit est celle de sa capacité à remplacer l’être humain. Mais au-delà des performances de plus en plus sidérantes des machines, la question reste celle de leur utilisation vertueuse et surtout de la puissance unique de l’intelligence humaine, seule ordonnée à la vérité. Analyse du Doyen de l’IPC, Emmanuel Brochier.

+

IA intelligence artificielle