Au quotidien n°101 : le télétravail ou l’accélération du changement de société

Publié le 30 Nov 2020
Au quotidien n°101 : le télétravail ou l’accélération du changement de société L'Homme Nouveau

Mis en place à grande échelle en ce temps de Covid-19, mode de travail encouragé de manière persuasive par le pouvoir, le télétravail veut être imposé comme une nouvelle norme. Une décision d’autant plus facile à faire passer que ce mode de travail n’est pas, a priori, sans attraits. Mais à long terme il renforce la construction d’une société fondée sur l’individu et où le travail n’est plus qu’une affaire de production au-delà de tout renforcement du lien social, contrairement à ce que faisait ressortir Antoine de Saint-Exupéry dans Terre des hommes :

« La grandeur d’un métier est peut être avant tout d’unir les hommes, mais il n’y a qu’un luxe véritable et c’est celui des relations humaines. »

Mais nos gouvernants ont-ils lu Saint-Exupéry ? Pas sûr à découvrir cet article sur le télétravail paru dans La Croix (30 novembre) :

« Le télétravail restera la règle et devra être le plus massif possible », a rappelé jeudi Jean Castex. Le lundi précédent, le premier ministre avait demandé, à Matignon, aux partenaires sociaux de réfléchir à une deuxième phase « qui ne soit pas le 100 % télétravail comme aujourd’hui, mais ne soit pas non plus le retour au stade précédent ».(…)

Concrètement, l’accord national interprofessionnel (ANI) acquis jeudi dernier au terme de trois semaines d’intenses négociations pourrait apporter des pistes très utiles. Certes, et selon le vœu de départ des entreprises, ce texte accepté par toutes les organisations patronales et tous les syndicats (sauf la CGT) ne se veut « ni normatif ni prescriptif ». Mais volontairement très « opérationnel », il répète utilement la réglementation en vigueur que ce soit le code du travail ou le précédent accord de 2005 – le télétravail n’était encore qu’à ses balbutiements – qu’il vient compléter et préciser. Car, au-delà de la crise sanitaire qu’il n’aborde qu’incidemment, cet accord veut aboutir à une « mise en œuvre réussie du télétravail » – c’est son titre – dans des entreprises françaises dont la culture, relève un récent rapport de la fondation Terra Nova, reste marquée par le « présentéisme et les pesanteurs de pratiques managériales, encore fortement imprégnées ».

« Cette culture est encore aujourd’hui en France le frein principal à l’extension du télétravail », regrette la fondation pour qui « les chefs d’entreprise, nés et élevés dans le présentiel, doivent apprendre à apprivoiser le distanciel, pour eux-mêmes et pour leurs collaborateurs ».

Après le premier confinement, le télétravail a d’ailleurs fortement reculé au point que, selon The Economist, les salariés français sont ceux qui sont le plus retournés physiquement au bureau en Europe. D’après le ministère du travail, la France comptait en mars 5 millions de télétravailleurs contre seulement 1,8 million en octobre, sur un total d’au moins 8 millions de postes télétravaillables.

Pour réussir ce changement culturel, le récent accord national interprofessionnel incite donc très fortement à la discussion dans les entreprises. C’est d’ailleurs ce point qui a été le nœud le plus complexe des négociations.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéLectures

L’inégalité, un outil de civilisation ?

Entretien | Juriste et historien, Jean-Louis Harouel s’attaque dans un livre récemment paru au mythe de l’égalité. Il postule que cette « passion laide » contemporaine, destructrice de la famille, entre autres, ne sert en rien les intérêts d’une population, en montrant que seule l’inégalité, créatrice de richesses, encourage la production et par là-même augmente le niveau de vie et conditionne le progrès moral et scientifique. Entretien avec Jean-Louis Harouel sur son livre Les Mensonges de l’égalité. Ce mal qui ronge la France et l’Occident.

+

égalité mythe
SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
SociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement