Au quotidien n°157 : décidément, le pacifique professeur Lejeune les dérange vraiment

Publié le 26 Fév 2021
Au quotidien n°157 : décidément, le pacifique professeur Lejeune les dérange vraiment L'Homme Nouveau

Présent (25 février 2021) relève la haine anti-catholique de Charlie Hebdo devant l’élévation du professeur Jerôme Lejeune au rang de vénérable. 

Jusqu’à présent Charlie Hebdo était un hebdomadaire vulgaire, gauchiste, pédophile, scatologique et pornographique. C’est un choix. Ses dessins obscènes, répugnants le plus souvent, se sont retournés contre lui, on s’en souvient, et ont coûté la vie à plusieurs de ses collaborateurs, ainsi qu’à trois innocents (innocents de ces turpitudes : Frédéric Boisseau, qui s’occupait de la maintenance de l’immeuble, et les deux policiers Franck Brinsolaro et Ahmed Merabet ; pour nous, les principales victimes de Charlie Hebdo, celles auxquelles nous pensons immédiatement quand est évoqué le massacre du 7 janvier 2015, ce sont ces trois-là).

Mais voici que Charlie se découvre à la fois spécialiste de la génétique et de l’Eglise pour attaquer le professeur Lejeune, décédé il y aura 26 ans le 3 avril prochain. Ce faisant, il se transforme de plus en plus en un hebdomadaire rasoir et militant, rasoir parce que militant. Une sorte d’Humanité Dimanche de l’ultragauche. Cette semaine, sa tête de turc, c’est le célèbre généticien. Pourquoi ces crachats de Charlie Hebdo sur la tombe du professeur Lejeune ? Parce qu’il vient d’être déclaré vénérable. (…) Pourtant Charlie Hebdo s’estime compétent pour distinguer, au sein de l’Eglise, le bon grain (à savoir les rares rescapés du progressisme pur et dur, celui du temps où les écrits de Témoignage chrétien étaient accueillis comme parole d’Evangile) de l’ivraie (Jean-Paul II, les intégristes, Benoît XVI, France catholique, et donc le professeur Lejeune). (…) A la vérité, Charlie Hebdo se fiche comme d’une guigne de la trisomie 21, ou de l’évolution eugénique de nos sociétés occidentales. Ce qui l’intéresse, c’est de lâcher un peu de fiel contre un savant réputé « de droite » et « catho ».

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
A la uneSociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement
SociétéLectures

Faire durer son mariage, un état d’esprit

Entretien | Ancien officier devenu psychologue clinicien, Marc d’Anselme milite pour l’amour durable, titre de son livre. Sa perspective originale consiste à voir le mariage comme une mise à l’épreuve des conjoints pour une restauration de leur personnalité, à travers quatre processus psychiques. Un chemin qui fait écho à la vision chrétienne du mariage comme voie de sainteté.

+

mariage