Au quotidien n°202 : le conformisme idéologique

Publié le 05 Mai 2021
Au quotidien n°202 : le conformisme idéologique L'Homme Nouveau

Jane Fonda a été de tous les combats de la bien-pensance. Ou, presque. Paris Match (29 avril 2021) la ressort pour une dernière fois à travers plusieurs pages de photos (beaucoup) et de textes (peu) ainsi qu’un entretien. L’étalement du conformisme idéologique.

Son divorce d’avec Ted Turner en 2001 – après dix ans d’union avec cet incorrigible infidèle – l’a mise à l’abri du besoin : elle aurait empoché 70 millions de dollars. Mais, la divine l’a déjà prouvé, elle peut vivre de peu. Enfin, selon les critères hollywoodiens : elle est passée en 2017 d’une maison à 13 millions de dollars à une plus « modeste » estimée à 5 millions. Dans un sobre décor immaculé et de très bon goût, son assistante peut continuer à travailler au rez-de-chaussée tandis que « Madame » s’isole à l’étage, entre ses livres, ses conversations par Zoom, ses séries télé et son petit chien. Rien de plus excitant que d’aller militer avec les vraies gens, enroulée dans son manteau acheté en solde. Libérée de ses peines, Jane publie un livre de 350 pages sur ce come-back activiste, « Que faire ? Du désespoir à l’action, sauvons la planète ! ». Ce pourrait être rébarbatif, c’est incroyablement vivant, instructif, plein d’anecdotes, de souvenirs. (…)

Avez-vous découvert tardivement ce racisme américain ?

Non, j’ai travaillé pour les Black Panthers dans les années 1970, mais je ne comprenais pas en profondeur l’histoire du racisme. Il a fallu l’élection de Trump pour que je me mette à lire tous les ouvrages sur le sujet. Pour en saisir les racines. J’ai passé ces quatre dernières années à cela. Ma conclusion : sans racisme, il n’y aurait pas de crise du climat. Notre arrogance, notre obsession productiviste nous conduisent à exploiter l’Afrique, l’Amazonie… à raser leurs forêts, voler leurs ressources, les réduire à la misère. Notre mépris pour ces peuples a engendré le bouleversement des écosystèmes, l’acidification des océans, le réchauffement climatique.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéBioéthique

« La loi sur la fin de vie ne fait qu’aggraver le sentiment de culpabilité de certains handicapés. »

Entretien | La proposition de loi sur la fin de vie ayant été adoptée par les députés jeudi 16 mai, elle sera débattue au Sénat à partir du 26. Afin d'alerter sur les enjeux et conséquences de cette loi, l'Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH) a publié lundi 13 mai, un communiqué intitulé « Fin de vie : Et les plus fragiles dans tout ça ? » et signé par une quinzaine d'associations et d'organismes du domaine de la santé engagés pour la vie des plus fragiles. Emmanuel Belluteau, président de l'OCH, nous éclaire sur les raisons de cette tribune et les enjeux de la proposition de loi.

+

old patient suffering from parkinson fin de vie
SociétéBioéthique

L’IA générative : rivale ou alliée de l’homme ?

Entretien | Devant les progrès fulgurants de l’intelligence artificielle (IA), la question qui vient d’abord à l’esprit est celle de sa capacité à remplacer l’être humain. Mais au-delà des performances de plus en plus sidérantes des machines, la question reste celle de leur utilisation vertueuse et surtout de la puissance unique de l’intelligence humaine, seule ordonnée à la vérité. Analyse du Doyen de l’IPC, Emmanuel Brochier.

+

IA intelligence artificielle
SociétéLectures

Faire grandir les enfants avec Honoré, l’écureuil et Marceline, l’hirondelle

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse pour ce mois de mai, avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire, et autres activités. Avec les albums Honoré, l’écureuil qui refusait d’aider et Marceline, l’hirondelle qui voulait faire confiance, les enfants retiendront une belle leçon de vie à la lumière de l’Évangile. Paru dans le n°1807.

+

enfant lecture
SociétéBioéthiqueDoctrine sociale

La dimension « politique » de la défense de la loi naturelle

L’avalanche de lois « sociétales » en France depuis plus d’un demi-siècle, toutes étant des atteintes directes à la loi naturelle, a provoqué dans une partie du monde catholique une délégitimation diffuse ou expresse des institutions politiques les ayant édictées, cela au sein du déferlement individualiste de l’après-68 et de cette sorte d’explosion en plein vol de l’Église en état de Concile. Le « mariage » homosexuel et la constitutionnalisation de l’avortement ont porté chez ces mêmes catholiques le climat à l’incandescence. D’où la question : que faire ?

+

loi naturelle