Au quotidien n°211 : l’école de l’idéologie

Publié le 20 Mai 2021
Au quotidien n°211 : l’école de l’idéologie L'Homme Nouveau

Quels sont les cours qui sont donnés à « Sciences Po » Paris ? Selon le quotidien Présent (19 mai 2021), la célèbre école se remarque par sa volonté d’être au goût du jour en matière d’idéologie

Officiellement, l’Institut d’Etudes Politiques de Paris (IEP), « Sciences Po Paris », dans le langage communément admis, est aux écoles de sciences politiques françaises ce qu’un quotidien du soir serait à la presse : une référence. En réalité, tout comme le quotidien du soir Le Monde, Sciences Po Paris est surtout une référence en matière de formatage des consciences. Si l’idéologie dominante se lit dans Le Monde, elle s’enseigne à Sciences Po. (…)

Qu’apprennent ces excellents lycéens destinés à ensuite faire carrière dans les médias, les écoles de sciences politiques ou économiques, les entreprises, le monde de la culture ? La théorie du genre, d’abord. Sciences Po propose ainsi une « Certification avancée en études de Genre », au travers d’un « programme de recherche et d’enseignement des savoirs sur le genre » (PRESAGE). Il s’agit de permettre aux diplômés de Sciences Po « attestant de solides connaissances en études de genre de les valoriser dans le monde professionnel ». Clairement : d’être aptes à diffuser de la propagande. Le programme PRESAGE a été mis en place par Najat Vallaud-Belkacem. Les cours ? Par exemple, « Histoire de l’homosexualité masculine et féminine dans le monde occidental », « La science politique au défi du Genre », « Le droit et le Genre », le « Queer »… Ce sont des exemples de 2019-2020. Pour accéder au contenu des enseignements 2021, il faudrait obtenir une autorisation de l’administration de l’Institut. Une collection des Presses de Sciences Po est consacrée aux études de genre dont l’IEP « rappelle » que ce n’est pas une « théorie » mais un « concept » portant sur le « réel ».

Concernant le décolonialisme ? Sciences Po Paris propose un « séminaire sur les approches postcoloniales. Il a été créé suite à un prétendu constat : « Les approches postcoloniales (anti-coloniales, études subalternes, postcoloniales, décoloniales) occupent une place mineure dans l’enseignement et la recherche en sciences sociales en France, alors qu’elles y occupent une place significative dans l’espace international (…) Pourtant, de nombreux doctorant.e.s et chercheur.se.s travaillent les questions postcoloniales. » Cette façon d’écrire figure dans la présentation du cursus alors que les ministères de la recherche et de l’Education nationale, leurs ministres en tout cas, ont déclaré à plusieurs reprises ne pas vouloir d’écriture inclusive dans l’enseignement en France. Les cours ? Des axes visant à « montrer » que la France refuserait de s’intéresser à la période coloniale, que le colonialisme perdurerait en France même, aujourd’hui, que « l’approche universaliste des sciences sociales » est à mettre en question. Pire ? L’un des axes propose de définir « la construction des rapports entre activité scientifique et militante ».

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéBioéthique

GPA et filiation (3/4) : La gestation pour autrui est-elle bien féministe ? 

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (3/4) | À un moment de l’histoire humaine où les frontières biologiques sont bousculées par de nouvelles technologies et où la « dignité » est instrumentalisée pour s’affranchir des barrières morales, un philosophe revient sur la GPA et sur la dégradation qu’elle représente pour la mère, l’enfant et les « parents d’intention ».

+

gpa féminisme
A la uneSociétéBioéthique

GPA et filiation (2/4) : L’humanité de la maternité

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (2/4) | On ne peut nier biologiquement le lien qui s’instaure entre la mère et le fœtus lors de la grossesse, point de départ indissociable de la maternité et de la vie d’un enfant. Dans le cadre d’un contrat de gestation pour autrui (GPA), la mère n’est plus que gestatrice, et l’enfant est brutalement soustrait à celle qu’il a appris à reconnaître durant les neuf mois.

+

gpa
A la uneSociétéFin de vie

L’euthanasie repoussée par la dissolution de l’Assemblée nationale  

Le 7 juin dernier, jour du Sacré-Cœur, l’Assemblé nationale a débattu sur le projet de loi de fin de vie. Cette proposition de loi est en arrêt temporaire dû à la dissolution de l’Assemblé nationale. Ce dimanche 9 juin, au soir du scrutin des élections européennes, Emmanuel Macron a annoncé la dissolution de l’Assemblé Nationale. Cette décision a entraîné l'arrêt immédiat de tous les travaux en cours au Palais Bourbon.  

+

euthanasie
SociétéBioéthique

GPA et filiation (1/4) : La logique marchande, au cœur de la gestation pour autrui 

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (1/4) | À l’approche des élections européennes, la question de la gestation pour autrui (GPA) refait surface. Si le droit français a permis jusqu’à maintenant de protéger la femme et l’enfant, une GPA soi-disant « éthique » est pourtant de plus en plus mises en avant par des personnalités et des entreprises étrangères.

+

gpa
Société

Transition de genre des mineurs : les procédures médicales enfin encadrées ?

Décryptage | Alarmé par le développement des traitements hormonaux et chirurgicaux de la transition de genre des enfants et leur impact négatif, le Sénat vient de voter une proposition de loi encadrant ces procédures, à la suite des dispositions prises dans un nombre grandissant de pays. Un pas dans la direction de la protection de la santé et du futur des mineurs concernés.

+

transition de genre mineur
SociétéFin de vie

La mort, honteuse et confisquée

L'Essentiel de Thibaud Collin | De mensonges en manipulations, l’euthanasie s’imposera bientôt par la loi à la société française. À l’origine de cette transgression finale, une vision déformée de la vie et la disparition de l’au-delà qui fondent cette ultime et illusoire tentative de contrôle, souvent en confisquant au mourant la conscience de sa fin.

+

mort fin de vie