Au quotidien n°225 : un jambon-beurre qui aurait pu être couteux…

Publié le 10 Juin 2021
Au quotidien n°225 :  un jambon-beurre qui aurait pu être couteux… L'Homme Nouveau

A l’occasion de l’autorisation étatique de reprendre en partie le travail au sein des entreprises, L’Opinion (9 juin 2021) souligne que certains salariés pouvaient être jusqu’ici en infraction avec le droit du travail…

Beaucoup de salariés ne le savaient pas, mais jusqu’au 14 février dernier, ils étaient hors la loi. Un corpus législatif que nul n’est censé ignorer en dépit des 89 185 articles qui le composent, y compris l’article R4228-19 du Code du travail qui stipule qu’« il est interdit de laisser les travailleurs prendre leur repas dans les locaux affectés au travail ». Et pourtant, combien sont-ils à avoir avalé une salade ou un jambon beurre devant l’ordinateur à l’heure du déjeuner ? « Compliqué de faire autrement quand les cantines et restaurants d’entreprises sont fermées », relève le vice-président délégué de l’Association nationale des directeurs des ressources humaines (ANDRH), Benoît Serre. Après consultation des organisations syndicales, le cabinet de la ministre du Travail, Elisabeth Borne, a donc publié le jour de la Saint-Valentin un décret suspendant « provisoirement » cette interdiction. Mais pour combien de temps encore ? Tout anecdotique qu’il soit, « cet exemple montre bien qu’il est urgent de relire notre Code du travail », estime Benoît Serre.

Des entorses au cadre juridique, il y en a eu des tas durant la crise : élargissement de l’activité partielle aux forfaits jours, négociation syndicale en ligne ou bien encore réduction des délais de consultation des instances représentatives du personnel (IRP)… Survivront-elles au déconfinement ? « C’est le grand mystère ! », répond ce dernier.

Retour à la normale. On peut en douter. « En temps normal, c’est le Code du travail qui prévaut », rappelle une proche de la ministre du Travail. Le Conseil d’Etat n’est pas plus allant pour bousculer le droit : fin mai, il a condamné de manière rétroactive le rétrécissement des délais de consultation des IRP, passés en mai 2020 de 30 à 8 jours pour faire face à l’urgence de la crise. […]

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéLectures

L’inégalité, un outil de civilisation ?

Entretien | Juriste et historien, Jean-Louis Harouel s’attaque dans un livre récemment paru au mythe de l’égalité. Il postule que cette « passion laide » contemporaine, destructrice de la famille, entre autres, ne sert en rien les intérêts d’une population, en montrant que seule l’inégalité, créatrice de richesses, encourage la production et par là-même augmente le niveau de vie et conditionne le progrès moral et scientifique. Entretien avec Jean-Louis Harouel sur son livre Les Mensonges de l’égalité. Ce mal qui ronge la France et l’Occident.

+

égalité mythe
SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
SociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
SociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement