Au quotidien n°253 : la tentation de revenir en arrière ».

Publié le 22 Sep 2021
Au quotidien n°253 : la tentation de revenir en arrière ». L'Homme Nouveau

A en croire le quotidien La Croix, le pape François a dénoncé lors de son voyage en Slovaquie « la tentation de revenir en arrière ». Des propos qu’il aurait tenu devant les jésuites présents dans ce pays et par lesquels ils visaient la célébration de la messe de saint Pie V (ex-forme extraordinaire) mais aussi le refus de la pastorale développée selon Amoris laetitia à propos des divorcés-remariés ou la non acceptation des couples homosexuels. Les propos du pape François ont été publiés très officiellement dans La Civilta Cattolica du mardi 21 septembre.

« C’est une idéologie qui colonise les esprits, affirme François. Il s’agit d’une forme de colonisation idéologique. Ce n’est pas vraiment un problème universel, mais plutôt spécifique aux églises de certains pays. » Le pape estime notamment que cette volonté de « revenir en arrière » s’explique par une « peur » de la liberté. « Dans un monde tellement conditionné par les addictions et la virtualité, nous avons peur d’être libres. (…) C’est pourquoi aujourd’hui des gens se tournent vers le passé : pour chercher la sécurité. » En développant sa réflexion, François fait explicitement référence à la célébration de la messe en forme préconciliaire. Une pratique qu’il a très fortement restreinte en juillet, à travers le motu proprio Traditionis Custodes. « Nous avons peur de célébrer devant le peuple de Dieu qui nous regarde en face et nous dit la vérité. » « Désormais, ceux qui veulent célébrer avec le vetus ordo doivent demander la permission à Rome, comme cela se fait pour le biritualisme », poursuit François. Au fil de cet entretien, le pape se montre particulièrement inquiet du fait que des jeunes prêtres puissent « un mois après l’ordination » aller voir leur évêque pour célébrer dans l’ancien rite. « C’est un phénomène qui indique que nous sommes en train de régresser », affirme le pape. (…)

Mais cette peur de la liberté se traduit aussi, pour François, dans le domaine familial. « Cela nous effraie de nous lancer dans des expériences pastorales, explique le pape. Je pense au travail qui a été fait – le père Spadaro était présent – au Synode sur la famille pour faire comprendre que les couples en seconde union ne sont pas déjà condamnés à l’enfer. Cela nous effraie d’accompagner des personnes qui ont une diversité sexuelle. » Le pape considère ainsi que « le mal de cette époque » est de « chercher la voie dans la rigidité et le cléricalisme ». « Deux perversions », assène le pape. (…) e pape juge également que « l’idéologie du genre (…) est certainement dangereuse ». Mais qu’elle est toutefois « sans rapport avec la question de l’homosexualité ». « S’il y a un couple homosexuel, nous pouvons effectuer un travail pastoral avec eux, avancer dans la rencontre avec le Christ. »

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneChroniquesSociété

D’où vient l’autorité que l’on invoque aujourd’hui ?

C'est logique de François-marie Portes | Réagissant à une série de violences graves caractéristiques de la société française contemporaine, Gabriel Attal tentait récemment, sous l’œil des caméras, de démontrer son autorité devant des jeunes promis à un séjour en internat. Un exercice qui n’a pas enté couronné de succès. La notion claire de ce qu’est l’autorité permet de comprendre pourquoi. 

+

autorité auctoritas
Société

Les Maisons d’Alliance, des béguinages modernes

Initiative chrétienne | Au moment où le projet de loi sur la fin de vie promet de renvoyer les personnes âgées à leur poids financier sur la société, avec la possibilité de les euthanasier, des initiatives se développent pour leur permettre d’avancer sereinement vers la mort en restant autonomes aussi longtemps que possible, reliées aux autres et soutenues spirituellement. Entretien avec Frédéric Zack, directeur général de l’association « Maisons d'Alliance ».

+

maisons d'alliance
SociétéBioéthique

« La loi sur la fin de vie ne fait qu’aggraver le sentiment de culpabilité de certains handicapés. »

Entretien | La proposition de loi sur la fin de vie ayant été adoptée par les députés jeudi 16 mai, elle sera débattue au Sénat à partir du 26. Afin d'alerter sur les enjeux et conséquences de cette loi, l'Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH) a publié lundi 13 mai, un communiqué intitulé « Fin de vie : Et les plus fragiles dans tout ça ? » et signé par une quinzaine d'associations et d'organismes du domaine de la santé engagés pour la vie des plus fragiles. Emmanuel Belluteau, président de l'OCH, nous éclaire sur les raisons de cette tribune et les enjeux de la proposition de loi.

+

old patient suffering from parkinson fin de vie
SociétéBioéthique

L’IA générative : rivale ou alliée de l’homme ?

Entretien | Devant les progrès fulgurants de l’intelligence artificielle (IA), la question qui vient d’abord à l’esprit est celle de sa capacité à remplacer l’être humain. Mais au-delà des performances de plus en plus sidérantes des machines, la question reste celle de leur utilisation vertueuse et surtout de la puissance unique de l’intelligence humaine, seule ordonnée à la vérité. Analyse du Doyen de l’IPC, Emmanuel Brochier.

+

IA intelligence artificielle
SociétéLectures

Faire grandir les enfants avec Honoré, l’écureuil et Marceline, l’hirondelle

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse pour ce mois de mai, avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire, et autres activités. Avec les albums Honoré, l’écureuil qui refusait d’aider et Marceline, l’hirondelle qui voulait faire confiance, les enfants retiendront une belle leçon de vie à la lumière de l’Évangile. Paru dans le n°1807.

+

enfant lecture