Au quotidien n°275 : autodafés : le wokisme est un islamisme

Publié le 22 Oct 2021
Au quotidien n°275 : autodafés : le wokisme est un islamisme L'Homme Nouveau

Dans son éditorial de Classica (octobre 2021), magazine consacré à la musique classique et au jazz, Jérémie Rousseau s’inquiète des autodafés sur fond de wokisme qui ont eu lieu au Canada. Vers l’interdiction de la grande musique car trop européenne ?

Ce sont des images qui font froid dans le dos. On ne parle pas de la nuit qui s’est abattue sur Kaboul, où, on ne le sait que trop, il n’est plus permis de fonder d’espoir pour les arts et la musique. Non, on pense à ces opérations menées au grand jour au Canada, qui ne sont pas vraiment la promesse de lendemains qui chantent : des autodafés. Oui, des autodafés. Dans l’Occident de 2021. Comme au temps de l’Inquisition, comme au temps des nazis, comme hier à Mossoul, ex-capitale de l’État islamique. Sauf qu’ici, cet acte obscurantiste émane du Conseil scolaire catholique Providence, un regroupement de trente écoles francophones emmenées par une certaine Suzy Kies, autoproclamée « gardienne du savoir » et coprésidente de la Commission des peuples autochtones du Parti libéral du Canada. Bien sûr, c’est dans « un but éducatif » que ces livres ont été brûlés ; des essais, des romans historiques, et même des albums de Tintin, Astérix et Lucky Luke, qui seraient dommageables « pour les jeunes autochtones, mais aussi pour les relations entre les autochtones et les allochtones, précise Mme Kies. (…)

Dans le monde du « wokisme » et de la « cancel culture », nouveaux visages d’une Amérique qu’on ne reconnaît plus, tout, sous prétexte de réconciliation, mène aux oukases, aux répudiations, à l’exclusion et à la violence. « La culture “woke” me fait penser à l’essor de l’islamisme dans le monde arabe », observe Lama Abu-Odeh, Américaine d’origine palestinienne et professeur à la faculté de droit de l’université de Georgetown. C’est à se demander quel sort sera réservé à la musique classique, déjà jugée insuffisamment inclusive et « intrinsèquement raciste » par certains médias américains.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéBioéthique

« La loi sur la fin de vie ne fait qu’aggraver le sentiment de culpabilité de certains handicapés. »

Entretien | La proposition de loi sur la fin de vie ayant été adoptée par les députés jeudi 16 mai, elle sera débattue au Sénat à partir du 26. Afin d'alerter sur les enjeux et conséquences de cette loi, l'Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH) a publié lundi 13 mai, un communiqué intitulé « Fin de vie : Et les plus fragiles dans tout ça ? » et signé par une quinzaine d'associations et d'organismes du domaine de la santé engagés pour la vie des plus fragiles. Emmanuel Belluteau, président de l'OCH, nous éclaire sur les raisons de cette tribune et les enjeux de la proposition de loi.

+

old patient suffering from parkinson fin de vie
SociétéBioéthique

L’IA générative : rivale ou alliée de l’homme ?

Entretien | Devant les progrès fulgurants de l’intelligence artificielle (IA), la question qui vient d’abord à l’esprit est celle de sa capacité à remplacer l’être humain. Mais au-delà des performances de plus en plus sidérantes des machines, la question reste celle de leur utilisation vertueuse et surtout de la puissance unique de l’intelligence humaine, seule ordonnée à la vérité. Analyse du Doyen de l’IPC, Emmanuel Brochier.

+

IA intelligence artificielle
SociétéLectures

Faire grandir les enfants avec Honoré, l’écureuil et Marceline, l’hirondelle

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse pour ce mois de mai, avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire, et autres activités. Avec les albums Honoré, l’écureuil qui refusait d’aider et Marceline, l’hirondelle qui voulait faire confiance, les enfants retiendront une belle leçon de vie à la lumière de l’Évangile. Paru dans le n°1807.

+

enfant lecture
SociétéBioéthiqueDoctrine sociale

La dimension « politique » de la défense de la loi naturelle

L’avalanche de lois « sociétales » en France depuis plus d’un demi-siècle, toutes étant des atteintes directes à la loi naturelle, a provoqué dans une partie du monde catholique une délégitimation diffuse ou expresse des institutions politiques les ayant édictées, cela au sein du déferlement individualiste de l’après-68 et de cette sorte d’explosion en plein vol de l’Église en état de Concile. Le « mariage » homosexuel et la constitutionnalisation de l’avortement ont porté chez ces mêmes catholiques le climat à l’incandescence. D’où la question : que faire ?

+

loi naturelle