Au quotidien n°287 : chasse et lessivage du passé

Publié le 10 Nov 2021
Au quotidien n°287 : chasse et lessivage du passé L'Homme Nouveau

Un ancien député socialiste, Gilles Savary, prend, dans les colonnes de L’Opinion, quotidien se définissant comme libéral (10 novembre 2021), la défense de… la chasse. Derrière l’activité défendue, l’auteur met surtout en cause le lessivage du passé dont l’Internationale (chant socialiste) nous invite pourtant à faire table rase.

Les accidents de chasse ne datent pas d’aujourd’hui. Ils n’en sont pas moins malheureux, déplorables et inacceptables. Ce qui est nouveau, c’est qu’ils tendent à occuper le prime time médiatique et à nourrir des commentaires de plus en plus hostiles à une pratique jugée barbare et archaïque. Ce symptôme médiatique a tout lieu d’alarmer ce qu’il reste de chasseurs dans notre pays. Ce sont les médias qui fondent l’ordre moral. L’époque, à la recherche de l’homme nouveau, est au lessivage du passé. Paradoxalement, c’est la chasse la plus meurtrière pour les humains, celle du gros gibier à balles, qui est la plus difficile à interdire à une époque où sangliers et gros gibiers s’aventurent dans les zones habitées. Morale. On a même vu des néoruraux intenter des procès à des sociétés de chasse pour insuffisance d’éradication du gros gibier en zone résidentielle. L’encadrement de ce type de chasse est perfectible et doit être renforcé sans attendre, que ce soit en matière de formation ou de contrôle des chasseurs et des battues. Mais « la chasse » est une représentation trop générique pour traduire la diversité des pratiques et cultures cynégétiques existantes dans un vieux pays rural comme le nôtre.

Pourtant, de beaux esprits qui véhiculent une conception plus morale que naturaliste de la chasse veulent en finir avec ce vestige barbare du passé. Ils agglomèrent confusément des aspirations irréprochables au respect de la vie animale, à la protection de la biodiversité et de la nature, au végétarisme alimentaire. Des valeurs supérieures, uniformisantes, hautement civilisées, catégoriques et sans appel. « La cause est entendue : les chasseurs sont des rustres qu’il est scandaleux de laisser perdurer dans une société civilisée et angélique ». Il n’est pourtant pas si sûr qu’ils soient les pires barbares de notre époque, y compris quand on sait que la mort naturelle d’un animal sauvage n’est pas la plus douce et la moins cruelle qui soit.

(…)

Cet exorcisme moraliste du passé, dont la chasse n’est que l’une des cibles, n’est pas la moindre source de la réaction populiste.

En raison du 11 novembre, « Au quotidien » reviendra le vendredi 12 novembre.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéBioéthique

« La loi sur la fin de vie ne fait qu’aggraver le sentiment de culpabilité de certains handicapés. »

Entretien | La proposition de loi sur la fin de vie ayant été adoptée par les députés jeudi 16 mai, elle sera débattue au Sénat à partir du 26. Afin d'alerter sur les enjeux et conséquences de cette loi, l'Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH) a publié lundi 13 mai, un communiqué intitulé « Fin de vie : Et les plus fragiles dans tout ça ? » et signé par une quinzaine d'associations et d'organismes du domaine de la santé engagés pour la vie des plus fragiles. Emmanuel Belluteau, président de l'OCH, nous éclaire sur les raisons de cette tribune et les enjeux de la proposition de loi.

+

old patient suffering from parkinson fin de vie
SociétéBioéthique

L’IA générative : rivale ou alliée de l’homme ?

Entretien | Devant les progrès fulgurants de l’intelligence artificielle (IA), la question qui vient d’abord à l’esprit est celle de sa capacité à remplacer l’être humain. Mais au-delà des performances de plus en plus sidérantes des machines, la question reste celle de leur utilisation vertueuse et surtout de la puissance unique de l’intelligence humaine, seule ordonnée à la vérité. Analyse du Doyen de l’IPC, Emmanuel Brochier.

+

IA intelligence artificielle
SociétéLectures

Faire grandir les enfants avec Honoré, l’écureuil et Marceline, l’hirondelle

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse pour ce mois de mai, avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire, et autres activités. Avec les albums Honoré, l’écureuil qui refusait d’aider et Marceline, l’hirondelle qui voulait faire confiance, les enfants retiendront une belle leçon de vie à la lumière de l’Évangile. Paru dans le n°1807.

+

enfant lecture
SociétéBioéthiqueDoctrine sociale

La dimension « politique » de la défense de la loi naturelle

L’avalanche de lois « sociétales » en France depuis plus d’un demi-siècle, toutes étant des atteintes directes à la loi naturelle, a provoqué dans une partie du monde catholique une délégitimation diffuse ou expresse des institutions politiques les ayant édictées, cela au sein du déferlement individualiste de l’après-68 et de cette sorte d’explosion en plein vol de l’Église en état de Concile. Le « mariage » homosexuel et la constitutionnalisation de l’avortement ont porté chez ces mêmes catholiques le climat à l’incandescence. D’où la question : que faire ?

+

loi naturelle