Au quotidien n°311 : le grand silence

Publié le 16 Déc 2021
Au quotidien n°311 : le grand silence L'Homme Nouveau

Dans Valeurs actuelles (2 décembre 2021) une tribune libre de Guilhem Golfin qui s’interroge, à propos des discours des candidats aux élections présidentielles, sur le silence partagé entre tous sur les évolutions sociétales et la mise en place, à l’imitation des Chinois, du « crédit social ».

Parmi les paradoxes qui émaillent l’actualité, le moindre n’est pas le silence qui entoure dans une large mesure les évolutions sociales et politiques en cours et leurs causes, et ce, alors même qu’elles ont une traduction immédiate et des plus concrètes dans la vie des gens, du fait de l’instauration du laissez-passer “sanitaire” notamment, qui en est comme le symbole. Si une part de la population s’insurge contre, les détenteurs d’une autorité politique ou médiatique sont étonnamment discrets sur le problème, même quand ils fustigent par ailleurs le pouvoir en place.

Ainsi, tel, qui fait preuve de la plus grande perspicacité quant au danger que représentent l’islam conquérant et la faiblesse géopolitique de l’Europe, succombe à la fascination pour la gestion chinoise de la crise. Ce qui revient à cautionner, peut-être involontairement, le système du “crédit social” dont nous avons un avant-goût aujourd’hui et qui redessine singulièrement notre vie commune. Mais la défense de la liberté européenne peut-elle se satisfaire d’un abandon de la liberté sociale ? Tel autre, qui dénonce à raison, et avec grande verve et ténacité, le nouvel avatar américain du gauchisme qui entend, à son tour, faire table rase du passé, se tait sur la « grande réinitialisation » chère aux dirigeants du Forum économique mondial, comme s’il n’y avait pas là une convergence objective. Ou encore, tel dirigeant, qui affronte avec le plus grand courage le diktat de l’Europe et des mondialistes en matière d’immigration afin de défendre la culture et l’identité chrétiennes de son pays, applique par ailleurs la même politique sanitaire que ses adversaires. Celle-ci n’aurait-elle donc pas de place au sein d’une logique d’ensemble ?

Ce que les dirigeants du Forum économique mondial appellent pompeusement la « grande réinitialisation » , par vanité en même temps que pour impressionner les esprits, dessine pourtant, en effet, un programme de refonte radicale des sociétés que les puissances oligarchiques entendent mener à bien, et qu’elles mènent à bien depuis plusieurs décennies déjà, à travers le jeu des structures supraétatiques et des ONG, auxquelles se sont ajoutées les multinationales de la communication. Entre à l’évidence dans ce programme la gestion de flux migratoires intenses en direction de l’Occident, ainsi que les promeut le pacte de Marrakech. Mais également la défense des minorités, et la culture du mépris vis-à-vis du passé des patries qui inévitablement l’accompagne. Le but est la promotion d’un individu sans visage, délié de tout, et ainsi prêt à se soumettre aux nouvelles formes de contrôle social que rendraient nécessaires les périls du moment, et possibles l’Internet des objets et des corps. À ce titre, la crise épidémique que nous avons traversée a constitué une “fenêtre d’opportunité” tout à fait bienvenue pour promouvoir et accentuer le programme en question. Celui-ci ne peut plus désormais être ignoré.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéPhilosophie

La tradition primordiale, de René Guénon à Julius Evola

L'Essentiel de Joël Hautebert | Les doctrines de René Guénon et Julius Evola, deux auteurs pourtant fondamentalement antichrétiens, bénéficient d’une image positive chez certains catholiques. À la faveur d’une confusion autour du mot "tradition", d’un refus commun de la modernité, de la séduction de l’ésotérisme ou d’une certaine vision de l’Histoire. 

+

tradition
A la uneSociété

Retour du loup : le défi des éleveurs français

Entretien | La réapparition du loup dans les forêts et montagnes françaises ces dernières années nécessite aujourd’hui une vigilance accrue des éleveurs, qui voient leurs troupeaux attaqués, leurs bêtes blessées, ou dévorées. À la fois éleveur de brebis et maire de sa commune, Olivier Maurin a publié un livre dans lequel il retrace l’histoire de la présence du loup en France. Il évoque aussi le décalage entre les écologistes et les ruraux qui, comme lui, en subissent aujourd’hui les conséquences. Entretien avec Olivier Maurin, auteur du Festin des loups.

+

loup
SociétéBioéthique

GPA et filiation (3/4) : La gestation pour autrui est-elle bien féministe ? 

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (3/4) | À un moment de l’histoire humaine où les frontières biologiques sont bousculées par de nouvelles technologies et où la « dignité » est instrumentalisée pour s’affranchir des barrières morales, un philosophe revient sur la GPA et sur la dégradation qu’elle représente pour la mère, l’enfant et les « parents d’intention ».

+

gpa féminisme
SociétéBioéthique

GPA et filiation (2/4) : L’humanité de la maternité

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (2/4) | On ne peut nier biologiquement le lien qui s’instaure entre la mère et le fœtus lors de la grossesse, point de départ indissociable de la maternité et de la vie d’un enfant. Dans le cadre d’un contrat de gestation pour autrui (GPA), la mère n’est plus que gestatrice, et l’enfant est brutalement soustrait à celle qu’il a appris à reconnaître durant les neuf mois.

+

gpa
SociétéFin de vie

L’euthanasie repoussée par la dissolution de l’Assemblée nationale  

Le 7 juin dernier, jour du Sacré-Cœur, l’Assemblé nationale a débattu sur le projet de loi de fin de vie. Cette proposition de loi est en arrêt temporaire dû à la dissolution de l’Assemblé nationale. Ce dimanche 9 juin, au soir du scrutin des élections européennes, Emmanuel Macron a annoncé la dissolution de l’Assemblé Nationale. Cette décision a entraîné l'arrêt immédiat de tous les travaux en cours au Palais Bourbon.  

+

euthanasie