Au quotidien n°313 : sous le règne des algorithmes

Publié le 03 Jan 2022
Au quotidien n°313 : sous le règne des algorithmes L'Homme Nouveau

« Au quotidien » revient pour une nouvelle année, en commençant par cet extrait d’un entretien avec Marie David, Ingénieure diplômée de l’École polytechnique, spécialiste de l’intelligence artificielle et auteur de « Intelligence artificielle. La nouvelle barbarie » (éditions du Rocher), publié dans Marianne (23 décembre 2021).

l’utilisation croissante de l’IA et des algorithmes s’inscrit dans un mouvement de dépossession du monde par un système technicien désormais hors de contrôle. Vous êtes aujourd’hui contraint d’avoir non seulement un accès à Internet, mais également un smartphone pour une part importante de la vie en société. La plupart de nos interactions avec le monde extérieur sont médiatisées par des algorithmes : c’est trop difficile de rencontrer quelqu’un, alors on s’en remet à l’algorithme de Tinder. On ne sait pas quoi faire le soir, alors on laisse l’algorithme Netflix choisir un film pour nous. Et c’est celui de Facebook qui décide des actualités qu’on va lire…

La tyrannie de l’IA est-elle la conséquence de celle des chiffres ?

Vivre dans un monde où tout se mesure, où ce qui n’est pas chiffrable n’a pas d’existence (en témoigne le fait qu’on n’empêche pas l’extinction de masse du vivant – car il est impossible de lui attribuer une valeur marchande) conduit à une recherche permanente d’une optimisation, au détriment d’un rapport plus entier au monde.

Dans les grandes villes, on voit fleurir des publicités pour des applications qui permettent de se faire livrer ses courses en dix minutes. C’est l’exemple même d’un faux besoin – qui cache, en outre, des emplois précaires et dangereux… Notons que le prétendu temps gagné par la personne qui fait ses courses avec une application sera sans doute employé à parcourir un fil Instagram ou TikTok. La boucle est bouclée…

« On peut discuter de tout, sauf des chiffres », entend-on souvent. Les chiffres suffisent-ils à la prise de décision ?

Pendant la crise du Covid, on a aussi observé que les chiffres, finalement, ne signifiaient plus rien, ni ne permettaient de trancher. On observe donc cet effet paradoxal : on communique de plus en plus de chiffres, tout argument se ramène à « une étude montre que », mais alors qu’on attend des chiffres qu’ils donnent un sens au monde, en réalité, ils ne mènent qu’à la confusion et à l’aporie. En témoignent les nombreux débats sur l’efficacité des vaccins, la pertinence de telle ou telle mesure sanitaire : les mêmes chiffres sont utilisés par les partis opposés, sans qu’ils créent le moindre consensus. Cette confusion vient du fait que les chiffres en eux-mêmes ne disent rien, puisque les décisions fondamentales, celles qui touchent à la morale, par exemple, ne peuvent se chiffrer, ni résulter d’une optimisation. Les débats sur l’éthique des algorithmes ne prennent pas en compte ce fait fondamental. Or il faudrait retirer aux algorithmes toute capacité de prendre des décisions morales.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéBioéthique

GPA et filiation (3/4) : La gestation pour autrui est-elle bien féministe ? 

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (3/4) | À un moment de l’histoire humaine où les frontières biologiques sont bousculées par de nouvelles technologies et où la « dignité » est instrumentalisée pour s’affranchir des barrières morales, un philosophe revient sur la GPA et sur la dégradation qu’elle représente pour la mère, l’enfant et les « parents d’intention ».

+

gpa féminisme
A la uneSociétéBioéthique

GPA et filiation (2/4) : L’humanité de la maternité

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (2/4) | On ne peut nier biologiquement le lien qui s’instaure entre la mère et le fœtus lors de la grossesse, point de départ indissociable de la maternité et de la vie d’un enfant. Dans le cadre d’un contrat de gestation pour autrui (GPA), la mère n’est plus que gestatrice, et l’enfant est brutalement soustrait à celle qu’il a appris à reconnaître durant les neuf mois.

+

gpa
A la uneSociétéFin de vie

L’euthanasie repoussée par la dissolution de l’Assemblée nationale  

Le 7 juin dernier, jour du Sacré-Cœur, l’Assemblé nationale a débattu sur le projet de loi de fin de vie. Cette proposition de loi est en arrêt temporaire dû à la dissolution de l’Assemblé nationale. Ce dimanche 9 juin, au soir du scrutin des élections européennes, Emmanuel Macron a annoncé la dissolution de l’Assemblé Nationale. Cette décision a entraîné l'arrêt immédiat de tous les travaux en cours au Palais Bourbon.  

+

euthanasie
SociétéBioéthique

GPA et filiation (1/4) : La logique marchande, au cœur de la gestation pour autrui 

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (1/4) | À l’approche des élections européennes, la question de la gestation pour autrui (GPA) refait surface. Si le droit français a permis jusqu’à maintenant de protéger la femme et l’enfant, une GPA soi-disant « éthique » est pourtant de plus en plus mises en avant par des personnalités et des entreprises étrangères.

+

gpa
Société

Transition de genre des mineurs : les procédures médicales enfin encadrées ?

Décryptage | Alarmé par le développement des traitements hormonaux et chirurgicaux de la transition de genre des enfants et leur impact négatif, le Sénat vient de voter une proposition de loi encadrant ces procédures, à la suite des dispositions prises dans un nombre grandissant de pays. Un pas dans la direction de la protection de la santé et du futur des mineurs concernés.

+

transition de genre mineur
SociétéFin de vie

La mort, honteuse et confisquée

L'Essentiel de Thibaud Collin | De mensonges en manipulations, l’euthanasie s’imposera bientôt par la loi à la société française. À l’origine de cette transgression finale, une vision déformée de la vie et la disparition de l’au-delà qui fondent cette ultime et illusoire tentative de contrôle, souvent en confisquant au mourant la conscience de sa fin.

+

mort fin de vie