Au quotidien n°315 : une situation économique qui ne dit pas son nom

Publié le 10 Jan 2022
Au quotidien n°315 : une situation économique qui ne dit pas son nom L'Homme Nouveau

Professeur à l’École d’économie de Paris, Patrick Artus a répondu aux questions de Ouest-France (10 janvier 2022) sur l’état de l’économie française. Il note l’abîme qui existe entre les discours officiels et la réalité.

Est-ce que cette crise a changé votre rapport à l’économie ?

Je crois d’abord que cette crise nous a rendus modestes. Ce qui avait été annoncé au début de la crise sanitaire ne s’est pas du tout réalisé. Rappelez-vous les discussions que nous avons eues en 2020. On nous annonçait un changement complet de modèle économique. On allait relocaliser, devenir beaucoup plus frugal. Nous ne sommes pas devenus plus frugaux et nous délocalisons plus rapidement que ça ne s’est jamais produit. Les échanges internationaux n’ont jamais autant augmenté, en particulier avec la Chine. Et, contrairement à tout ce qu’on entend en France, on n’a pas du tout réindustrialisé. Notre industrie continue à maigrir et notre balance commerciale continue à se dégrader très rapidement.

En 2019, on observait pourtant un timide redémarrage des créations d’emplois dans l’industrie…

Il faut d’abord faire très attention à la propagande. C’est vrai que les enquêtes internationales disent que l’attractivité de la France pour l’industrie s’est améliorée. On cite aussi les chiffres d’implantations industrielles de groupes étrangers. Mais les créations d’emplois sont très modestes. La production industrielle continue de chuter et est plus basse qu’avant la crise du Covid. Sans compter que le déficit de la balance commerciale devrait être de 80 milliards d’euros cette année. Certains signaux micro-économiques sont bons, mais ce n’est pas suffisant. Car les vrais chiffres de l’industrie sont catastrophiques. La tendance mesurée de l’industrie reste à la contraction. Les mesures prises sont bonnes mais on n’en verra les effets que dans plusieurs années.

Qu’est-ce qui vous frappe également au terme de ces deux années ?

Les deux phénomènes majeurs sont l’accélération de la transition écologique qui est un enfant de cette crise et la numérisation de l’économie. Il y a enfin, ce qui est peut-être le plus nouveau, un autre regard sur les politiques économiques. Le déficit public financé par la création monétaire, c’était normalement radicalement interdit et ça devient relativement banal. On n’en a peut-être pas tiré toutes les conséquences. On se permet des choses avec les politiques économiques qui étaient explicitement interdites en Europe. C’est une rupture complète.

C’est la mondialisation qui est la cause de nos faiblesses actuelles ?

Je vais répondre comme un économiste. Le commerce extérieur de la France est un bon indicateur des faiblesses d’un pays. Il était à peu près semblable à celui de l’Allemagne en 2003. Aujourd’hui, l’écart est monstrueux. Cette dégradation ne s’est pas faite par rapport aux pays émergents.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneChroniquesSociété

D’où vient l’autorité que l’on invoque aujourd’hui ?

C'est logique de François-marie Portes | Réagissant à une série de violences graves caractéristiques de la société française contemporaine, Gabriel Attal tentait récemment, sous l’œil des caméras, de démontrer son autorité devant des jeunes promis à un séjour en internat. Un exercice qui n’a pas enté couronné de succès. La notion claire de ce qu’est l’autorité permet de comprendre pourquoi. 

+

autorité auctoritas
Société

Les Maisons d’Alliance, des béguinages modernes

Initiative chrétienne | Au moment où le projet de loi sur la fin de vie promet de renvoyer les personnes âgées à leur poids financier sur la société, avec la possibilité de les euthanasier, des initiatives se développent pour leur permettre d’avancer sereinement vers la mort en restant autonomes aussi longtemps que possible, reliées aux autres et soutenues spirituellement. Entretien avec Frédéric Zack, directeur général de l’association « Maisons d'Alliance ».

+

maisons d'alliance
SociétéBioéthique

« La loi sur la fin de vie ne fait qu’aggraver le sentiment de culpabilité de certains handicapés. »

Entretien | La proposition de loi sur la fin de vie ayant été adoptée par les députés jeudi 16 mai, elle sera débattue au Sénat à partir du 26. Afin d'alerter sur les enjeux et conséquences de cette loi, l'Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH) a publié lundi 13 mai, un communiqué intitulé « Fin de vie : Et les plus fragiles dans tout ça ? » et signé par une quinzaine d'associations et d'organismes du domaine de la santé engagés pour la vie des plus fragiles. Emmanuel Belluteau, président de l'OCH, nous éclaire sur les raisons de cette tribune et les enjeux de la proposition de loi.

+

old patient suffering from parkinson fin de vie
SociétéBioéthique

L’IA générative : rivale ou alliée de l’homme ?

Entretien | Devant les progrès fulgurants de l’intelligence artificielle (IA), la question qui vient d’abord à l’esprit est celle de sa capacité à remplacer l’être humain. Mais au-delà des performances de plus en plus sidérantes des machines, la question reste celle de leur utilisation vertueuse et surtout de la puissance unique de l’intelligence humaine, seule ordonnée à la vérité. Analyse du Doyen de l’IPC, Emmanuel Brochier.

+

IA intelligence artificielle
SociétéLectures

Faire grandir les enfants avec Honoré, l’écureuil et Marceline, l’hirondelle

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse pour ce mois de mai, avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire, et autres activités. Avec les albums Honoré, l’écureuil qui refusait d’aider et Marceline, l’hirondelle qui voulait faire confiance, les enfants retiendront une belle leçon de vie à la lumière de l’Évangile. Paru dans le n°1807.

+

enfant lecture