Au quotidien n°323 : mutation politique au sein du catholicisme

Publié le 20 Jan 2022
Au quotidien n°323 : mutation politique au sein du catholicisme L'Homme Nouveau

Politiste, observateur attentif des milieux conservateurs au sein du catholicisme, auteur d’un remarqué Une contre-révolution catholique. Aux origines de la Manif pour tous, Yann Raison du Cleuziou livre dans Le Monde (20 janvier 2022) son analyse de la mutation politique au sein du catholicisme français.

Sans doute ne faut-il pas perdre de vue que le catholicisme est un univers clivé et que les conservateurs n’en représentent qu’une sensibilité minoritaire. Mais, dans un contexte de déclin de la pratique religieuse, leur influence au sein de l’Eglise est croissante en raison de leurs familles nombreuses, au sein desquelles, tendanciellement, la foi se transmet avec plus de succès que dans l’aile gauche.

(…)

Au XXI siècle, la hantise des flux migratoires et le soupçon sur l’usage exorbitant de la compassion chrétienne débordent hors de la droite réactionnaire. Ils se retrouvent parmi les libéraux qui, lecteurs de Tocqueville, pensent les destins du catholicisme et de la démocratie comme étroitement liés, les dérives de l’un ne pouvant qu’entraîner le déclin de l’autre. En 2006, dans La Raison des nations [le philosophe], Pierre Manent met en garde contre les effets pervers que peut entraîner la dynamique de l’égalité qui porte les démocraties : « Il ne s’agit plus seulement de respecter l’humanité en tout homme, nous

sommes requis de voir l’autre comme le même. Et si nous ne pouvons nous empêcher d’apercevoir ce

qui en lui est différent, nous nous le reprochons comme un péché. »

Dans [la revue] Commentaire, [l’historien] Alain Besançon dénonce la dérive du catholicisme : « C’est comme un article de foi : nul n’est un ennemi. Les seuls ennemis qui subsistent sont ceux qui ont encore des ennemis et qui considèrent que la métamorphose imaginaire des ennemis en amis est une entorse à la réalité des choses. » Comme Maurras avant eux, Manent et Besançon y voient une pathologie du commandement d’amour du prochain. Pierre Manent critiquera d’ailleurs l’interprétation de la parabole du bon Samaritain faite par le pape François dans l’encyclique Fratelli tutti.

Les positions du pape argentin déplaisent d’autant plus que les catholiques français sont pris en tenaille entre deux figures obsédantes de leur déclin : l’effondrement de la pratique religieuse hebdomadaire, qui est désormais en deçà des 2 % parmi les 18 ans et plus, et le sentiment que l’islam gagne en visibilité et en influence dans la société française. Cette double angoisse gagne en intensité chez les plus jeunes pour des raisons qui s’objectivent aisément. Dans l’« Enquête sur les valeurs des Européens » (EVS) de 2018, parmi les 18-29 ans, les catholiques déclarés ne représentent plus que 15 % et les musulmans les talonnent à 13 %. Au regard des tendances, on peut imaginer que les courbes de ferveur se croisent dans quelque temps parmi les jeunes générations. Que l’islam puisse supplanter le catholicisme, certes à une échelle minoritaire et non comme religion majoritaire, est un cataclysme symbolique dont l’anticipation fonde l’adhésion à l’idée d’un « grand remplacement » menaçant.

Les catholiques conservateurs partagent déjà le sentiment que le ramadan est devenu un fait de société plus important que le carême. (…) D’après les entretiens que je fais dans cet univers conservateur, la question démographique est très secondaire derrière la décadence morale comme matrice du « grand remplacement ». C’est « l’humanitarisme » de l’Eglise tout autant que les « valeurs » de la République qui sont associés dans une même dénonciation du désarmement moral de la nation.

(…)

Pour ces catholiques, un destin comparable aux chrétiens d’Orient est désormais imaginable et leur survie est en jeu. Cette angoisse est d’autant plus facilement mise en sens par la droite réactionnaire que les enjeux du déclin du catholicisme, pourtant un fait social majeur, restent peu réfléchis à l’échelle collective. L’indifférence et l’ennui causent le détachement religieux tout en le rendant invisible.

Ce contenu pourrait vous intéresser

SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
A la uneSociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement
SociétéLectures

Faire durer son mariage, un état d’esprit

Entretien | Ancien officier devenu psychologue clinicien, Marc d’Anselme milite pour l’amour durable, titre de son livre. Sa perspective originale consiste à voir le mariage comme une mise à l’épreuve des conjoints pour une restauration de leur personnalité, à travers quatre processus psychiques. Un chemin qui fait écho à la vision chrétienne du mariage comme voie de sainteté.

+

mariage