Au quotidien n°325 : avec l’avortement, le Président Macron promeut un monde à l’envers

Publié le 24 Jan 2022
Au quotidien n°325 : avec l’avortement

Le directeur de « l‘Osservatorio Internazionale Cardinale Van Thuân sulla Dottrina Sociale della Chiesa », Stefano Fontana, a publié (traduction rapide par nos soins) une analyse de la demande faite par le Président Macron d’inscrire le droit à l’avortement dans la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne.

Le président Français Macron (…) a appelé à ce que le droit à l’avortement soit inclus dans la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne. Il a exigé, en d’autres termes, que le mal devienne juste. Il a appelé à un monde à l’envers. C’est le résultat de la conception moderne des droits. L’État, précisément parce qu’il est un défenseur des droits, finit par s’opposer au droit et à la justice, c’est-à-dire qu’il finit par promouvoir le mal et l’injustice. Le résultat est une injustice institutionnalisée.

Nous l’avons déjà vu – pour donner un autre exemple – pour la théorie du genre et l’homosexualité. Reconnaître le droit au « mariage » homosexuel implique que l’État assume sa défense et sa protection comme son devoir. À ce moment-là, il devient logique que l’État devienne également actif dans la promotion de ce nouveau droit : que dans ses écoles, il enseigne l’homosexualité en la plaçant sur un pied d’égalité avec d’autres visions de la sexualité humaine, que dans les émissions télévisées de la télévision d’État, il produise des fictions marquées par l’homosexualité, qu’il punisse en les accusant de discours de haine. des journalistes ou des citoyens qui se permettent de dire que l’hétérosexualité est bonne et que l’homosexualité n’est pas bonne, au point de mettre ce nouveau droit dans leur Charte constitutionnelle.

(…)

Les erreurs ont leur propre logique et les revendications contre nature, lorsqu’elles ne sont plus reconnues comme telles et deviennent même des droits, sont défendues mais aussi promues par l’État (…).

Le problème n’est donc pas d’être surpris par la demande de Macron, mais d’aller à la racine d’où elle vient logiquement. On dit, dans une séquence de plus en plus radicale : quel mal y a-t-il à parler de genre au lieu de sexe ? Quel mal y a-t-il à respecter la personne dans ses différentes orientations sexuelles? Quel mal y a-t-il à réglementer les couples hétérosexuels de fait par la loi? Quel mal y a-t-il à discipliner les couples homosexuels par la loi sans les assimiler au mariage ?

(…)

J’ai donné l’exemple du « mariage homosexuel » ainsi que de l’avortement pour mettre en évidence cette logique interne de l’erreur. Dont la constitutionnalisation dans un monde inversé – c’est la révolution en cours – est parfaitement cohérente avec les prémisses.
 

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneChroniquesSociété

D’où vient l’autorité que l’on invoque aujourd’hui ?

C'est logique de François-marie Portes | Réagissant à une série de violences graves caractéristiques de la société française contemporaine, Gabriel Attal tentait récemment, sous l’œil des caméras, de démontrer son autorité devant des jeunes promis à un séjour en internat. Un exercice qui n’a pas enté couronné de succès. La notion claire de ce qu’est l’autorité permet de comprendre pourquoi. 

+

autorité auctoritas
Société

Les Maisons d’Alliance, des béguinages modernes

Initiative chrétienne | Au moment où le projet de loi sur la fin de vie promet de renvoyer les personnes âgées à leur poids financier sur la société, avec la possibilité de les euthanasier, des initiatives se développent pour leur permettre d’avancer sereinement vers la mort en restant autonomes aussi longtemps que possible, reliées aux autres et soutenues spirituellement. Entretien avec Frédéric Zack, directeur général de l’association « Maisons d'Alliance ».

+

maisons d'alliance
SociétéBioéthique

« La loi sur la fin de vie ne fait qu’aggraver le sentiment de culpabilité de certains handicapés. »

Entretien | La proposition de loi sur la fin de vie ayant été adoptée par les députés jeudi 16 mai, elle sera débattue au Sénat à partir du 26. Afin d'alerter sur les enjeux et conséquences de cette loi, l'Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH) a publié lundi 13 mai, un communiqué intitulé « Fin de vie : Et les plus fragiles dans tout ça ? » et signé par une quinzaine d'associations et d'organismes du domaine de la santé engagés pour la vie des plus fragiles. Emmanuel Belluteau, président de l'OCH, nous éclaire sur les raisons de cette tribune et les enjeux de la proposition de loi.

+

old patient suffering from parkinson fin de vie
SociétéBioéthique

L’IA générative : rivale ou alliée de l’homme ?

Entretien | Devant les progrès fulgurants de l’intelligence artificielle (IA), la question qui vient d’abord à l’esprit est celle de sa capacité à remplacer l’être humain. Mais au-delà des performances de plus en plus sidérantes des machines, la question reste celle de leur utilisation vertueuse et surtout de la puissance unique de l’intelligence humaine, seule ordonnée à la vérité. Analyse du Doyen de l’IPC, Emmanuel Brochier.

+

IA intelligence artificielle
SociétéLectures

Faire grandir les enfants avec Honoré, l’écureuil et Marceline, l’hirondelle

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse pour ce mois de mai, avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire, et autres activités. Avec les albums Honoré, l’écureuil qui refusait d’aider et Marceline, l’hirondelle qui voulait faire confiance, les enfants retiendront une belle leçon de vie à la lumière de l’Évangile. Paru dans le n°1807.

+

enfant lecture