Au quotidien n°346 : la loi scoute victime collatérale du Rapport Sauvé ?

Publié le 22 Fév 2022
Au quotidien n°346 : la loi scoute victime collatérale du Rapport Sauvé ? L'Homme Nouveau

Des parents de membres de deux associations de scoutisme classique s’inquièteraient de certains articles de la loi scoute qui iraient contre le respect de la conscience et pourraient ouvrir la voie aux abus, y compris sexuels. La Croix (22 février 2022) s’en fait l’écho. Etrangement, cette inquiétude parentale ne va pas jusqu’à retirer leurs enfants des associations en question…

Louveteaux, louvettes ou jeannettes, scouts et guides, aînés, chefs ou cheftaines des Scouts unitaires de France (SUF) ou des Guides et Scouts d’Europe (AGSE), ils ont formé le vœu d’être fidèles à leur promesse et d’observer la loi scoute. Mais comment entendre aujourd’hui certains de ses articles – notamment, « le louveteau écoute le vieux loup, le louveteau ne s’écoute pas lui-même » et « le scout obéit sans réplique (…) » – après les révélations sur les abus sexuels commis, ces dernières décennies, dans l’Église catholique ?

S’ils demeurent très minoritaires, des parents d’enfants et d’adolescents inscrits au sein de ces mouvements veulent, aujourd’hui, dire leur malaise. Plusieurs épinglent la pertinence de principes qu’ils jugent contradictoires avec les recommandations du rapport de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église (Ciase), publié début octobre 2021. Au premier chef desquels figure la recommandation n° 6, qui exhorte à enseigner « en toute forme de catéchèse » – et en particulier auprès des « plus jeunes » – « l’exercice de la conscience critique en toutes circonstances ».

(…)

Ces interpellations ont-elles ouvert des chantiers de réflexion, en interne, au sein des deux organisations ? Aux échelons nationaux, les responsables AGSE et SUF assurent n’avoir pas eu de remontées directes de parents. Mais sans envisager une révision de la loi en vigueur depuis leur fondation, en 1958 et en 1971– et contrairement à la démarche déjà effectuée chez les Scouts et Guides de France –, ils réfléchissent aux moyens, « nécessaires », d’en réexpliquer le sens.

(…)

Quels garde-fous, dès lors, pour prévenir tout risque de dérives ? Au-delà de leurs dispositifs dédiés – commissions spécialisées, sensibilisation auprès des responsables… –, « l’autorité des chefs est bornée. Elle ne doit s’exercer que dans un cadre très précis, réexpliqué lors des formations. Nous sommes très vigilants sur cela », rappelle Luc de Coligny, non sans constater que « la génération des 18-25 ans, ouverte à la libération de la parole, est aussi bien plus intransigeante aujourd’hui sur la question des abus ».

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéPhilosophie

La tradition primordiale, de René Guénon à Julius Evola

L'Essentiel de Joël Hautebert | Les doctrines de René Guénon et Julius Evola, deux auteurs pourtant fondamentalement antichrétiens, bénéficient d’une image positive chez certains catholiques. À la faveur d’une confusion autour du mot "tradition", d’un refus commun de la modernité, de la séduction de l’ésotérisme ou d’une certaine vision de l’Histoire. 

+

tradition
A la uneSociété

Retour du loup : le défi des éleveurs français

Entretien | La réapparition du loup dans les forêts et montagnes françaises ces dernières années nécessite aujourd’hui une vigilance accrue des éleveurs, qui voient leurs troupeaux attaqués, leurs bêtes blessées, ou dévorées. À la fois éleveur de brebis et maire de sa commune, Olivier Maurin a publié un livre dans lequel il retrace l’histoire de la présence du loup en France. Il évoque aussi le décalage entre les écologistes et les ruraux qui, comme lui, en subissent aujourd’hui les conséquences. Entretien avec Olivier Maurin, auteur du Festin des loups.

+

loup
SociétéBioéthique

GPA et filiation (3/4) : La gestation pour autrui est-elle bien féministe ? 

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (3/4) | À un moment de l’histoire humaine où les frontières biologiques sont bousculées par de nouvelles technologies et où la « dignité » est instrumentalisée pour s’affranchir des barrières morales, un philosophe revient sur la GPA et sur la dégradation qu’elle représente pour la mère, l’enfant et les « parents d’intention ».

+

gpa féminisme
SociétéBioéthique

GPA et filiation (2/4) : L’humanité de la maternité

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (2/4) | On ne peut nier biologiquement le lien qui s’instaure entre la mère et le fœtus lors de la grossesse, point de départ indissociable de la maternité et de la vie d’un enfant. Dans le cadre d’un contrat de gestation pour autrui (GPA), la mère n’est plus que gestatrice, et l’enfant est brutalement soustrait à celle qu’il a appris à reconnaître durant les neuf mois.

+

gpa
SociétéFin de vie

L’euthanasie repoussée par la dissolution de l’Assemblée nationale  

Le 7 juin dernier, jour du Sacré-Cœur, l’Assemblé nationale a débattu sur le projet de loi de fin de vie. Cette proposition de loi est en arrêt temporaire dû à la dissolution de l’Assemblé nationale. Ce dimanche 9 juin, au soir du scrutin des élections européennes, Emmanuel Macron a annoncé la dissolution de l’Assemblé Nationale. Cette décision a entraîné l'arrêt immédiat de tous les travaux en cours au Palais Bourbon.  

+

euthanasie