Avortement : quand l’homme se veut créateur de lui-même

Publié le 20 Mar 2024
avortement créateur

La création d'Adam : créer c’est faire passer du non-être à l’existence.

Les débats sur la constitutionnalisation de l’avortement n’ont pas manqué se s’appuyer sur des sophismes, erreurs de raisonnement, généralisations et autres manipulations du langage. Le discours mensonger est indispensable pour déguiser un crime en un droit inaliénable… Aussi faut-il préalablement débusquer les vices de cette logique. 

  Le 24 janvier dernier, la liberté d’accès à l’avortement dans la Constitution a été adoptée par les députés français. On comprend bien que le but est de faire du « délit d’entrave » un crime contre la Constitution. Ainsi, les opposants à la pratique des avortements tombent dans un délit d’opinion dès lors qu’ils l’expriment à quelqu’un voulant ou ayant pratiqué un avortement. Pour le logicien, cette législation est d’une bêtise sans nom.  Tiens, « sans nom »   

Tu n’a pas de nom…

Si nos lecteurs ont suivi les différentes interventions de nos députés, ils ne sont sans doute pas passés à côté de celle de Sandrine Rousseau. Cette dernière a entrecoupé son propos de morceaux de la chanson « Non, non, tu n’as pas de nom » d’Anne Sylvestre (1974). Cette mélodie entonnée fébrilement par la députée donnait sa pensée philosophique sous-jacente. Pour le coup, nous avons bondi. Rationnellement rien ne va. Décomposons un peu. Sandrine Rousseau a commencé par reprendre ces paroles : « Non, tu n’as pas d’existence… » « Avoir une existence ». Cette formulation est profondément vide. On parle souvent, plutôt à gauche de notre échiquier politique notamment, de ne pas confondre « l’être » et « l’avoir ». Exister est de l’ordre de l’être. « Avoir l’existence » n’est qu’une périphrase absurde pour dire « exister ». La preuve, personne ne peut strictement nous « voler » – autrement dit devenir le possesseur – du fait que nous « soyons ». Au plus grave on peut nous aliéner, nous rendre esclave, nous faire cesser d’être, mais pas nous voler notre existence car elle n’est pas un « avoir ». « L’avoir » est un accident extrinsèque, extérieur à la substance qui possède. Autrement dit, on ne peut posséder que ce qui n’est pas substantiellement nous, comme des habits, une voiture etc. En toute rigueur, on ne peut même pas dire « mon corps ». Une preuve de cela est que lorsque « mon » corps souffre, c’est bien « moi » qui éprouve la douleur. Ainsi, nier l’existence d’une chose en disant qu’elle ne la possède pas (tout en s’adressant à elle) est soit une violence métaphysique très grande soit, et c’est notre avis, la preuve d’un manque cruel d’intelligence. Par ailleurs,…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

François-Marie Portes

Ce contenu pourrait vous intéresser

SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
ChroniquesLiturgie

La Pause liturgique : Communion Mitte manum tuam (2ème dimanche de Pâques)

« Mets ta main et reconnais l'emplacement des clous, alléluia ! Et ne sois pas incrédule mais fidèle, alléluia, alléluia ! » (Jean, 20, 27). Cette communion nous présente le reproche d'incrédulité fait par le Seigneur à l'apôtre Thomas. La foi de Thomas voit un homme aux mains transpercées, et il croit en Dieu, caché sous cette humanité. Cette petite communion du 6ème mode donne un caractère aimable au reproche du Seigneur. L'atmosphère pascale de joie, de paix, de simplicité, est bien rendue par la mélodie

+

communion
ChroniquesEgliseLiturgie

Célébrations pascales

L'esprit de la liturgie | Au commencement de ce temps pascal, l’Église célèbre la Résurrection de son Seigneur huit jours durant : c’est l’octave de Pâques. Les jours consacrés à la commémoration de la Résurrection sont remplis de coutumes et de célébrations, passées et actuelles, évoquant la blancheur des âmes des baptisé, le lait et le miel de la Terre promise, la foi de Thomas et, depuis l’an 2000, la miséricorde du Seigneur envers les pécheurs.

+

célébrations pascales thomas
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie