Fatima : Bienheureux François, consolateur de Jésus

Publié le 02 Août 2023
Fatima : Bienheureux François, consolateur de Jésus

C’est à 8 ans que François verra l’Ange gardien du Portugal puis, à plusieurs reprises, Notre Dame. Il prend très au sérieux les demandes de Marie immaculée qui lui sont rapportées et n’a plus qu’une ambition : consoler les saints Cœurs de Jésus et Marie, se sacrifier pour le salut des âmes et gagner le Ciel au plus vite. Il sera exaucé.   François Marto naît le 11 juin 1908, dans un hameau d’une dizaine de maisons appelé Aljustrel, à deux kilomètres de Fatima. Notre François est un petit paysan de la montagne portugaise, au visage bruni par le soleil. Sa physionomie et toute sa tenue ont quelque chose de calme, de posé, et comme une apparence de rêverie. La qualité qui marque principalement son caractère est la bonté de cœur. Au printemps 1916, François, qui a 9 ans, devient berger du troupeau familial. La surveillance des brebis ne l’empêche pas de jouer, de chanter ou de cueillir des fruits sauvages. Ce que François fait le plus volontiers, c’est de s’asseoir sur un rocher élevé et d’y jouer du fifre ou de chanter. Et il aime rester là, occupé par sa musique et par ses chants.  

Bouleversé par le Ciel

Mais voilà ! L’existence tranquille de François va être bouleversée. Trois fois cette année-là, François jouira de l’apparition de l’Ange gardien du Portugal. L’année suivante, du mois de mai au mois d’octobre 1917, Notre Dame apparaîtra six fois communiquant à son petit berger de telles grâces que son âme va en être toute transformée. La chose qui impressionne vivement François ce sont les paroles de l’Ange : « Consolez votre Dieu ! ». François veut être le consolateur de Jésus. Ainsi, quand Lucie lui demande : « François, qu’est-ce que tu aimes le mieux : consoler Notre Seigneur ou convertir les pécheurs pour que moins d’âmes tombent en enfer ? – J’aime mieux consoler Notre Seigneur. N’as-tu pas remarqué combien Notre Dame est devenue triste quand le mois dernier elle nous a dit qu’il ne fallait plus offenser Notre Seigneur, car Il est déjà trop offensé ? Je voudrais consoler Notre Seigneur et aussi convertir les pécheurs pour qu’ils ne l’offensent plus. » Et dans ce but, souvent, il passe toute la journée en prières et souvent sans manger. Sa prière principale est le chapelet, promesse oblige. En effet quand Lucie avait demandé à Notre Dame si François irait au Ciel, la Sainte…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Père Ange-Marie +, Responsable de l’« Association des Enfants de Fatima ».

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEgliseSpiritualité

Lourdes : se plonger dans l’eau vivifiante

Les piscines de Lourdes, dont l'accès avait été interdit au temps du COVID, vont enfin ré-ouvrir, après que les autorités du sanctuaire en ont profité pour en rénover l'accès et l'utilisation. Voilà qui offre l'occasion d'inviter les pèlerins à entrer dans une riche symbolique qui s'inscrit dans la révélation biblique et le quotidien de la vie chrétienne.

+

lourdes eau
ChroniquesEgliseLiturgie

Célébrations pascales

L'esprit de la liturgie | Au commencement de ce temps pascal, l’Église célèbre la Résurrection de son Seigneur huit jours durant : c’est l’octave de Pâques. Les jours consacrés à la commémoration de la Résurrection sont remplis de coutumes et de célébrations, passées et actuelles, évoquant la blancheur des âmes des baptisé, le lait et le miel de la Terre promise, la foi de Thomas et, depuis l’an 2000, la miséricorde du Seigneur envers les pécheurs.

+

célébrations pascales thomas
EgliseEglise de France

Notre-Dame de Boulogne, bientôt basilique ?

Une église qui va devenir une basilique ! Le 22 mars dernier, la conférence des évêques de France a changé l’histoire fabuleuse de Notre-Dame de Boulogne-Billancourt, en donnant son accord à Mgr Rougé pour engager les démarches auprès du Dicastère pour le culte divin et la discipline des sacrements afin de conférer le titre de basilique mineure à l’église Notre-Dame-de-Boulogne.

+

Boulogne