Brigitte la Grande

Publié le 16 Juin 2017
Brigitte la Grande L'Homme Nouveau

Parce que nous sommes cathos, se gausser de l’âge d’une femme n’est même pas envisageable. Nous savons depuis la Bible avec Sarah que ce n’est pas un sujet. Parce que nous sommes Français, railler une dame est simplement une faute de goût, d’éducation, d’élégance, de bienséance, un manque de tenue. Et parce qu’il y a dans ce noble pays, chez chaque homme bien né, un peu du guerrier cultivant joliment l’esprit cavalier, hussard ou chasseur, là non plus, les années ne sont pas un sujet.

Pas de ricaneries stupides

Comme le dit la chanson, « dans le lit de la marquise ils étaient 80 chasseurs et qui n’avaient pas peur »… ni de son âge ni de sa taille. Une dame est une Dame et comme le dit Jean Dutourd : « haut les cœurs, le reste suivra. » Qu’on évoque la France chrétienne, spirituelle, littéraire, gaillarde voire paillarde, on n’y trouve pas de ces ricaneries stupides, qu’on entend çà et là, parfois même chez nous. Alors, si nous sommes gênés de ces laisser-aller sémantiques, en revanche, nous trouvons grotesque qu’on nous fasse prendre des vessies, fussent-elles de vieille dame, pour des lanternes de maison close. Lire dans les colonnes du Figaro Madame que « le vrai courage c’est le sien » car « il faut de l’audace pour quitter un mari banquier par amour pour un élève et affronter la bonne société… », cela génère, pour le coup, le ricanement.

Réhabilitation des lâches

Car si le courage est de se laisser aller à ses inclinations, désirs, envies, sentiments, émotions, pulsions, alors il y a sur cette terre quantité de courageux. Voilà la réhabilitation de tous les bonshommes qui laissent, à 50 ans, femmes et enfants pour des jeunettes accortes. De lâches, voire de salauds, ils viennent d’obtenir d’un coup le statut d’audacieux et la médaille du mérite. Non, la première Dame aura notre respect, non pas pour ses choix de vie mais simplement pour ce qu’elle est et ce qu’elle co-représente : la France.

Ce contenu pourrait vous intéresser

Société

Un avenir politique voilé de dangereuses incertitudes

Décryptage | Le résultat des élections européennes et la dissolution surprise de l’Assemblée nationale par Emmanuel Macron ouvrent la perspective de scénarios politiques inquiétants dans un contexte déjà très tendu : élection présidentielle anticipée, chaos social, graves difficultés financières, promesse d’émeutes, pays ingouvernable ? Un tableau sombre auquel ne manque pas la possibilité de retournements imprévisibles.

+

politique émeutes
ChroniquesPhilosophie

Nietzsche : Généalogie historique ou continuités illusoires ?

IDÉES | Philosophie nietzschéenne 4 | L’une des thèses principales du philosophe allemand prétend établir des filiations historiques et morales entre Rome, la Renaissance et Napoléon, la Judée, la Réforme et la Révolution française. Interprétation simplistes, ces continuités ne résistent pas à l’examen. Quatrième volet de notre présentation de la philosophie nietzschéenne.

+

Friederich Nietzsche
EgliseLiturgie

La pause liturgique : Communion « Unus militum » (Sacré-Cœur)

La fête du Sacré-Cœur se devait de mentionner et mettre en musique ce texte si fondamental. Et le choix s’est porté de façon très heureuse sur le chant de communion. Une seule phrase musicale compose ce chant très simple emprunté au 7e mode, mode enthousiaste mais ici modéré par le côté mystérieux du geste commémoré.

+

communion alleluia
ChroniquesPhilosophie

L’antichristianisme de Nietzsche : haine, mystifications et confusion (2)

IDÉES | Philosophie nietzschéenne 3 | Dans un curieux retournement de ses aspirations de jeunesse, le philosophe Friedrich Nietzsche déclare la guerre au christianisme, l’accusant d’inviter à la fuite du monde réel, de promouvoir une compassion débilitante, de déviriliser les hommes. Accusations non étayées et particulièrement injustes qu’il faut démonter. Deuxième volet de notre présentation de la philosophie nietzschéenne.Faisant un mauvais procès au christianisme, Nietzsche l’accuse d’être une religion de failles, accusation démontée par la vie même du Christ, celle de saint Paul et celle que mènent les moines. Troisième volet de notre présentation de la philosophie nitzschéenne (article 1 et article 2 à retrouver sur notre site).

+

Friederich Nietzsche
EgliseMagistèreThéologie

Les Sacrements : Karl Rahner, le poids d’un théologien sur l’enseignement de l’Église (3/4)

Dossier « Faisons-nous bon usage des sacrements ? » 3/4 | La pastorale autour des sacrements a été influencée ces dernières décennies par la vision de Karl Rahner. Ce théologien et philosophe développa une nouvelle vision du pluralisme religieux moderne, persuadé que le christianisme devait se resituer dans l’histoire du Salut à l’aune de la modernité. Une thèse aux conséquences très lourdes pour l’Église contemporaine.

+

Karl Rahner
EgliseLiturgie

Pastorale des sacrements : une expérience paroissiale (1/4)

Dossier « Faisons-nous bon usage des sacrements ? » 1/4 | L'abbé Antoine Michel a participé à l'ouvrage Les sacrements en question, en y présentant une initiative originale. Inspiré par un prêtre américain et troublé par le manque de fécondité des sacrements, il a mis en place dans sa paroisse une nouvelle manière d’offrir le baptême et le mariage, en particulier, qui favorise une vraie démarche de foi et de conversion. Entretien.

+

sacrement