Brigitte la Grande

Brigitte la Grande L'Homme Nouveau

Parce que nous sommes cathos, se gausser de l’âge d’une femme n’est même pas envisageable. Nous savons depuis la Bible avec Sarah que ce n’est pas un sujet. Parce que nous sommes Français, railler une dame est simplement une faute de goût, d’éducation, d’élégance, de bienséance, un manque de tenue. Et parce qu’il y a dans ce noble pays, chez chaque homme bien né, un peu du guerrier cultivant joliment l’esprit cavalier, hussard ou chasseur, là non plus, les années ne sont pas un sujet.

Pas de ricaneries stupides

Comme le dit la chanson, « dans le lit de la marquise ils étaient 80 chasseurs et qui n’avaient pas peur »… ni de son âge ni de sa taille. Une dame est une Dame et comme le dit Jean Dutourd : « haut les cœurs, le reste suivra. » Qu’on évoque la France chrétienne, spirituelle, littéraire, gaillarde voire paillarde, on n’y trouve pas de ces ricaneries stupides, qu’on entend çà et là, parfois même chez nous. Alors, si nous sommes gênés de ces laisser-aller sémantiques, en revanche, nous trouvons grotesque qu’on nous fasse prendre des vessies, fussent-elles de vieille dame, pour des lanternes de maison close. Lire dans les colonnes du Figaro Madame que « le vrai courage c’est le sien » car « il faut de l’audace pour quitter un mari banquier par amour pour un élève et affronter la bonne société… », cela génère, pour le coup, le ricanement.

Réhabilitation des lâches

Car si le courage est de se laisser aller à ses inclinations, désirs, envies, sentiments, émotions, pulsions, alors il y a sur cette terre quantité de courageux. Voilà la réhabilitation de tous les bonshommes qui laissent, à 50 ans, femmes et enfants pour des jeunettes accortes. De lâches, voire de salauds, ils viennent d’obtenir d’un coup le statut d’audacieux et la médaille du mérite. Non, la première Dame aura notre respect, non pas pour ses choix de vie mais simplement pour ce qu’elle est et ce qu’elle co-représente : la France.

Ce contenu pourrait vous intéresser

Chroniques

Jean Breton n’en pense pas moins | L’essentiel, c’est l’affichage

En deux minutes devant la machine à café de l’entreprise, j’ai compté quarante-deux affichettes sur le palier où je déambulais. Près de trois mètres carrés occupés par des avis en tout genre, obligations, interdictions, sensibilisations et autres annonces syndicales. Autant le papier peint nécessite un rafraichissement, autant ce patchwork informatif en camaï...

+

Jean Breton n'en pense pas moins | L’essentiel
Chroniques

Jean Breton n’en pense pas moins | Refuser les règles

On ne peut plus rien dire à la télé. La réalité est islamophobe, les statistiques sont patriarcales, les faits divers une incitation à la haine. Depuis un demi-siècle, c’est acté : tout constat public hors progressisme officiel doit être précautionneusement entouré d’une couche de vaseline oratoire, saupoudrée de paratonnerres à amalgame. On fait gaffe à ce qu’on dit, on évite...

+

Jean Breton n'en pense pas moins | Refuser les règles L'Homme Nouveau