Brigitte la Grande

Publié le 16 Juin 2017
Brigitte la Grande L'Homme Nouveau

Parce que nous sommes cathos, se gausser de l’âge d’une femme n’est même pas envisageable. Nous savons depuis la Bible avec Sarah que ce n’est pas un sujet. Parce que nous sommes Français, railler une dame est simplement une faute de goût, d’éducation, d’élégance, de bienséance, un manque de tenue. Et parce qu’il y a dans ce noble pays, chez chaque homme bien né, un peu du guerrier cultivant joliment l’esprit cavalier, hussard ou chasseur, là non plus, les années ne sont pas un sujet.

Pas de ricaneries stupides

Comme le dit la chanson, « dans le lit de la marquise ils étaient 80 chasseurs et qui n’avaient pas peur »… ni de son âge ni de sa taille. Une dame est une Dame et comme le dit Jean Dutourd : « haut les cœurs, le reste suivra. » Qu’on évoque la France chrétienne, spirituelle, littéraire, gaillarde voire paillarde, on n’y trouve pas de ces ricaneries stupides, qu’on entend çà et là, parfois même chez nous. Alors, si nous sommes gênés de ces laisser-aller sémantiques, en revanche, nous trouvons grotesque qu’on nous fasse prendre des vessies, fussent-elles de vieille dame, pour des lanternes de maison close. Lire dans les colonnes du Figaro Madame que « le vrai courage c’est le sien » car « il faut de l’audace pour quitter un mari banquier par amour pour un élève et affronter la bonne société… », cela génère, pour le coup, le ricanement.

Réhabilitation des lâches

Car si le courage est de se laisser aller à ses inclinations, désirs, envies, sentiments, émotions, pulsions, alors il y a sur cette terre quantité de courageux. Voilà la réhabilitation de tous les bonshommes qui laissent, à 50 ans, femmes et enfants pour des jeunettes accortes. De lâches, voire de salauds, ils viennent d’obtenir d’un coup le statut d’audacieux et la médaille du mérite. Non, la première Dame aura notre respect, non pas pour ses choix de vie mais simplement pour ce qu’elle est et ce qu’elle co-représente : la France.

Ce contenu pourrait vous intéresser

ChroniquesSpiritualité

L’acédie, ou le dégoût du surnaturel

Commentaire audience du Pape | Ce 14 février, jour du mercredi des Cendres, le pape François évoquait l'acédie, cet état de tiédeur et de dégoût qui mène à la mort spirituelle. Cette audience faisait suite à sa catéchèse des vices et vertus, entamée en décembre dernier.

+

acédie
ChroniquesÉducation

L’enseignement catholique et la République : une impasse ?

L'Essentiel de Thibaud Collin | Les affaires médiatiques récentes ont le mérite de montrer comment l’État accule l’enseignement catholique sous contrat dans l’impasse des « valeurs de la République ». Mais nos évêques semblent ne pas avoir compris les forces à l’œuvre... Un abandon de la théologie politique aux conséquences terribles.

+

enseignement catholique loi debré
ChroniquesEgliseCarême

À travers le désert Dieu nous guide vers la liberté

Commentaire du Pape | Le pape François a adressé un message de Carême à tous les chrétiens le 1er février 2024, intitulé « À travers le désert Dieu nous guide vers la liberté ». L’exode de l’esclavage vers la liberté n’est ni abstrait, ni utopique. Il est concret et, pour que nous ayons un carême fructueux, il faut qu’il soit vrai et non hypocrite, réel et non idéaliste.

+

désert carême liberté
ChroniquesCarême

« Je veux voir Dieu ! » (1/3) : Le retour de la prédication sur les fins dernières

L’association Notre-Dame de Chrétienté, qui organise chaque année à la Pentecôte le pèlerinage de Chrétienté de Paris à Chartres, a choisi pour thème de sa 42e édition (les 18, 19 et 20 mai 2024) le sujet des fins dernières. En ce temps de carême, l’abbé Jean de Massia, aumônier général du pèlerinage, revient sur l’importance de la prédication des fins dernières, et les enjeux de cette doctrine catholique, dans une série de trois articles.

+

shutterstock 1034080006 fins dernières