Centre Saint-Thomas : lancement avec Pierre Manent

Publié le 25 Nov 2022
centre saint-thomas

Paroisse saint-Thomas, place saint-Thomas, ce lieu semblait tout naturellement attendre… le centre saint-Thomas. Lancé à la rentrée 2022 par la jeune Eléonore de Noüel, doctorante en science politique à l’École Pratique des Hautes Études, ce centre (CST) propose de découvrir le docteur angélique à travers cours, séminaires, visites et conférences.

Une conférence de Pierre Manent

La première avait lieu ce jeudi 24 novembre dans la grande église parisienne saint-Thomas-d’Aquin. Le professeur Pierre Manent intervenait devant plus de 200 personnes pour répondre à la question : « L’ordre politique est-il rationnel ? ». Une conférence courte mais puissante. Le philosophe a répondu par une grande distinction : celle qui oppose le général, ou universel, au commun. Le diagnostic est pessimiste : aujourd’hui, le politique n’est plus fondé que sur le général : les droits de l’homme. L’ordre politique ne devient légitime que dans la mesure où il s’appuie sur les lois générales de l’humanité.

Nous assistons donc à une confusion entre le général et le rationnel. Plus la règle est générale, plus elle est rationnelle : l’Europe est plus légitime que la France, l’International l’est plus que l’Europe. Le problème est que le général a divorcé du commun : ce commun que représente une référence nationale n’est plus perçu que comme passionnel et dangereux. Il n’y a plus que d’une part, les droits de l’homme, et d’autre part, des sujets individuels qui n’ont pas d’autre définition que d’être des sujets séparés. La nature humaine n’existe plus…

La conséquence majeure : un sujet individuel peut revendiquer son droit sans faire valoir aucune raison, puisque ce droit est général et donc rationnel. La volonté a pris le dessus, sans rendre raison d’elle-même. Conclusion : notre monde est gagné par la paralysie.

conf manent centre saint-thomas

La soirée du Centre Saint-Thomas

En traversant la place saint-Thomas, les étudiants du CST comme le public plus large venu écouter Pierre Manent, semblaient éblouis par ce raisonnement, malgré son défaitisme. « Il fallait s’accrocher, mais c’était passionnant ! » La soirée s’est poursuivie dans une grande et belle salle de la paroisse saint-Thomas, pour un cocktail préparé entièrement par une des étudiantes. Entre petits-fours et vin rouge, on y retrouvait un harmonieux mélange entre le gratin des journalistes parisiens de diverses rédactions et la jeune génération des étudiants du CST.

Ces derniers faisaient le service avec un enthousiasme sincère. Ils se sont engagés pour l’année à suivre la formation continue du Centre Saint-Thomas : un cours bimensuel sur la pensée thomiste, dispensé par le père Joseph (FSVF), doctorant à l’EPHE. Ce soir-là, la première promotion du CST faisait la queue pour recevoir une dédicace de Pierre Manent, dont les livres[1] étaient vendus au stand de la librairie de l’Enfant-Jésus.

Une soirée complète et réussie, qui a su joindre l’utile à l’agréable ; la formation intellectuelle en vue de l’agir pratique, à l’image du CST qui n’a d’autre ambition que d’« ouvrir l’intelligence à la sagesse thomiste et répondre aux enjeux de notre époque ».

 

[1] Dernier ouvrage : Pierre Manent, Pascal et la proposition chrétienne, Grasset, 2022.

 

A lire également : Débat avec Pierre Manent : quelle place pour les catholiques dans notre société ? – L’Homme Nouveau

 

Crédit photos : Alix Gachigard

Marguerite Aubry

Marguerite Aubry

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneCultureEglise

Les mémoires du cardinal Consalvi

Carte Blanche d'Yves Chiron | Le cardinal Consalvi, secrétaire d'État du Saint-Siège à partir de 1806, a rédigé ses Mémoires. Celles-ci viennent d'être retraduites et rééditées par Bernard Ardura, le président du Conseil pontifical des Sciences historiques, aux éditions du Cerf, sous le titre Mémoires. Un diplomate dans la bourrasque.

+

Cardinal Consalvi
Culture

Figurer Jeanne d’Arc à Orléans

À l'occasion de la sortie de notre dernier hors-série Jeanne d'Arc, une jeune sainte pour notre temps (n°54-55), nous donnons la parole à Bénédicte Baranger, présidente du comité Jeanne d'Arc d'Orléans, et ancienne Jeanne 1975. Elle nous raconte le rôle de la Jeanne et l'importance de cette figuration pour le public et la jeune fille désignée. La Jeanne 2024 sera présentée le 12 février prochain.

+

jeanne d'arc
CultureSociété

Jeanne d’Arc et les jeux vidéos

À l'occasion de la sortie de notre dernier hors-série Jeanne d'Arc, une jeune sainte pour notre temps (n°54-55), voici une revue des divers jeux vidéos existants autour du personnage de Jeanne d'Arc. Dans la plupart de ces jeux, Jeanne est présentée plus comme chef de combat que comme sainte, et le contexte y est violent.

+

jeanne d'arc jeux vidéo