Confession du bourgeois !

Confession du bourgeois ! L'Homme Nouveau

Mon Père, pardonnez-moi parce que j’ai péché … gravement… J’ai incité des jeunes à la séduction, à la débauche, à l’ivrognerie, à la fébrilité sexuelle, à l’exclusion sociale. J’ai organisé ces parties chez moi et j’ai envoyé mes propres enfants chez les autres. Mon Père, j’ai vraiment péché… J’ai inscrit mes enfants en rallye. Souvent, nous parents de « bonne famille » avons organisé la débauche de nos enfants. En vrais couards, collabos des pulsions, nous avons contribué à transformer les saintes nitouches en saintes qu’on touche, les vierges effarouchées en vierges tripotées, en madones vautrées, les oies blanches en poules, en sac à picole, puant parfois même, en fin de soirée, la bile et le vomi. Mais toujours accrochées au sac de marque, visiblement seule vraie valeur.

Oui, mon Père, j’ai péché par orgueil. Je me sentais puissant quand j’ai entendu mon fils parler de ses conquêtes à ses copains, quand j’ai constaté son succès de petit coq post-pubère. Je n’ai rien dit quand je l’ai vu, la première fois, rentrer éméché. Et, quand il se vantait de bien tenir l’alcool, j’ai souri. Oui, j’ai péché par orgueil quand j’ai vu ma fille s’apprêter pour sa soirée et apparaître en séductrice de 16 ans. J’étais fier, et elle l’a vu, qu’elle soit « fun » et sexy ce qui, en français, veut dire légère, drôle et… sexuellement appétible. On ne distinguait même plus si ce qu’elle portait était une jupe ou juste une ceinture. Je l’ai laissé sortir tout attirail quasi dehors, à portée de main et du reste. Je n’ai rien dit quand elle a demandé à son frère de penser à « la tise », rien aux premières cigarettes, rien non plus quand les clopes se sont mises à sentir bien autre chose que le tabac. Ils voulaient s’éclater, j’ai laissé imploser leur âme. Mon Père, je m’accuse d’avoir transformé ma famille, ma maison, mes amis et mon milieu social en structures de péchés et d’avoir, avec mes amis, feint durablement de ne pas le voir…

C’est ma faute, ma très grande faute.

Ce contenu pourrait vous intéresser

Chroniques

Jean Breton n’en pense pas moins | L’essentiel, c’est l’affichage

En deux minutes devant la machine à café de l’entreprise, j’ai compté quarante-deux affichettes sur le palier où je déambulais. Près de trois mètres carrés occupés par des avis en tout genre, obligations, interdictions, sensibilisations et autres annonces syndicales. Autant le papier peint nécessite un rafraichissement, autant ce patchwork informatif en camaï...

+

Jean Breton n'en pense pas moins | L’essentiel
Chroniques

Jean Breton n’en pense pas moins | Refuser les règles

On ne peut plus rien dire à la télé. La réalité est islamophobe, les statistiques sont patriarcales, les faits divers une incitation à la haine. Depuis un demi-siècle, c’est acté : tout constat public hors progressisme officiel doit être précautionneusement entouré d’une couche de vaseline oratoire, saupoudrée de paratonnerres à amalgame. On fait gaffe à ce qu’on dit, on évite...

+

Jean Breton n'en pense pas moins | Refuser les règles L'Homme Nouveau