Convention citoyenne sur la fin de vie : un débat à haut-risque 

Publié le 15 Avr 2023
Convention citoyenne sur la fin de vie

La Convention citoyenne sur la fin de vie a rendu son rapport le 2 avril dernier. Le résultat en faveur de l’« aide active à mourir » n’a pas beaucoup étonné. Mise en garde et rappel de ce changement culturel insidieux par Tugdual Derville, porte-parole d’Alliance VITA et de Soulager mais pas tuer, et auteur de « Docteur, ai-je le droit de vivre encore un peu ? »   Malgré les nombreux avertissements lancés par les soignants ces derniers mois, la Convention citoyenne s’est prononcée en faveur d’une « aide active à mourir ». Comment l’expliquez-vous ?     En réalité, « aide active à mourir » est une formule du Comité consultatif national d’éthique qui dissimule un piège sémantique : elle intègre à la fois le suicide assisté et l’euthanasie. Le président de la République n’a pas caché qu’il n’aimait pas ces deux termes. Rediscuter un interdit aussi fondateur que l’interdit de tuer, c’est d’emblée prendre un énorme risque. Car cet interdit fonde la confiance entre soignants et soignés. Dans ce domaine, tout débat induit une menace d’effondrement. Et effectivement, les 185 personnes de la Convention, très majoritairement en bonne santé, ont fini par plébisciter aux trois quarts le suicide assisté, à une grave majorité l’euthanasie. À un moment, elles avaient même voté celle des enfants ! Les soignants les plus concernés par l’accompagnement de la fin de vie méritaient d’être plus écoutés : 800 000, via une douzaine d’organisations, ont proclamé que « Tuer n’est pas un soin ! »  Ce processus « participatif » aboutit à une dérive populiste ; on finit par faire dire aux gens bien portants : « Plutôt mourir qu’être dépendant, ou très malade ! » Or l’expérience montre que lorsque nous nous retrouvons dans ces situations pour lesquelles nous avions pu dire « plutôt mourir », nous trouvons des raisons de vivre. À condition d’être bien soulagés et entourés. Seul un accompagnement respectueux des personnes fragiles peut leur confirmer qu’elles ont toute leur place parmi nous. L’abandon ou la pitié non ajustée les poussent à l’auto-exclusion en leur faisant sentir qu’elles sont indignes de vivre, pesantes voire coûteuses.   Finalement, quand on considère que des vies ne valent plus la peine d’être vécues, une forme d’eugénisme de fin de vie s’impose.     Pouvait-on s’attendre à d’autres conclusions ou bien le débat était-il biaisé dès le départ ? Ce temps de débat a-t-il eu quelques retombées positives ?     Je ne vois…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Maitena Urbistondoy

Maitena Urbistondoy

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéSpiritualité

« Joëlettes chantantes » : des joies à partager au-delà du handicap

Entretien | Inspirée par les « routes chantantes » déjà expérimentées pour des personnes valides, une association nouvellement créée a décidé de faire profiter des personnes handicapées de ces séjours mêlant sport, spiritualité et activités musicales pour des jeunes. Une idée audacieuse dont les difficultés n’ont pas arrêté les réalisateurs, grâce entre autres à des véhicules adaptés, les joëlettes.

+

joëlette chantante
A la uneSociété

Un avenir politique voilé de dangereuses incertitudes

Décryptage | Le résultat des élections européennes et la dissolution surprise de l’Assemblée nationale par Emmanuel Macron ouvrent la perspective de scénarios politiques inquiétants dans un contexte déjà très tendu : élection présidentielle anticipée, chaos social, graves difficultés financières, promesse d’émeutes, pays ingouvernable ? Un tableau sombre auquel ne manque pas la possibilité de retournements imprévisibles.

+

politique émeutes