Corée du Sud : aperçu du pays qui recevra les JMJ en 2027

Publié le 07 Sep 2023
En Corée du Sud, parents et jeunes retrouvent le réconfort dans leur foi autour du père Blot.

Parents et jeunes coréens autour du père Blot.

Envoyé des Missions étrangères de Paris en Corée du Sud, le père Philippe Blot a fondé dans les environs de Séoul plusieurs foyers de jeunes. Il a également participé à l’aide apportée aux Nord-Coréens échappés de l’enfer communiste. Alors que le pays a été choisi pour accueillir les Journées mondiales de la jeunesse en 2027, il décrit un ministère varié dans un pays ensemencé par les martyrs et où le catholicisme se développe de manière fulgurante. 

  Les prochaines Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) se tiendront en 2027 à Séoul, en Corée du Sud, a annoncé le pape François, à l’issue de la messe de clôture des JMJ de Lisbonne : une grande joie pour l’Église coréenne en plein renouveau ces dernières années, à tel point qu’elle est parfois surnommée le « tigre asiatique de l’Église » ! Il est vrai qu’en Corée du Sud, sur une population de près de 49 millions d’habitants, le nombre de chrétiens (34 %) dépasse désormais celui des bouddhistes (25 %). Les catholiques sont près de 6 millions, soit environ 11 % de la population totale du pays. Notons que, en dix ans, le nombre de fidèles catholiques a augmenté d’un million et que 100 000 baptêmes sont célébrés chaque année, dont une majorité de baptêmes d’adultes…

La piété des catholiques coréens est frappante. Ils prient intensément, jeunes et personnes âgées ensemble, avec une grande ferveur.
Une ville chrétienne de Corée du Sud

À propos de la visibilité du christianisme, la première impression du voyageur arrivant à Séoul est qu’il s’agit d’une ville chrétienne ; de fait, en plus des églises et des différents temples protestants, de multiples immeubles sont couverts de petits clochers surmontés par des croix, parfois même lumineuses. En effet, dès que quelques familles protestantes habitent un même immeuble, il arrive très souvent qu’elles manifestent leur présence de cette manière. La piété des catholiques coréens est frappante. Ils prient intensément, jeunes et personnes âgées ensemble, avec une grande ferveur. Les femmes portent la mantille blanche, celle de leur baptême ; on s’agenouille toujours pour la consécration, l’action de grâces… Leurs cantiques sont très beaux, et le respect des fidèles envers le saint sacrement est impressionnant. Leur piété est édifiante car, pour eux, la messe ne suffit pas : ils réclament l’heure sainte, le chemin de la Croix, le chapelet… Et ils se…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Père Philippe BLOT (MEP), Missionnaire en Corée du Sud 

Ce contenu pourrait vous intéresser

ChroniquesEgliseLiturgie

La Pause liturgique : Sanctus 5, Messe Magnæ Deus potentiæ (Mémoires des Saints)

Ce Sanctus du 4e mode a quelque chose de mystique et de majestueux, dans sa simplicité. Il alterne heureusement les formules neumatiques et les passages syllabiques, les progressions par degrés conjoints et les intervalles de tierce, de quarte ou même de quinte, les élans vers l’aigu et les détentes vers le grave. Ce Sanctus a la particularité de n’être représenté que par une seule source manuscrite, allemande, datée de la toute fin du XIIe siècle.

+

sanctus
A la uneEgliseLiturgie

Confirmation : La chrismation chez les Orientaux (3/3)

Dossier : « Quelle place faut-il donner à la confirmation ? » 3/3 | Le sacrement de confirmation est conféré d’une façon bien différente dans les rites orientaux où il est n’est pas séparé du baptême. La cérémonie, proche de ce qui se faisait en Occident aux premiers siècles, revêt donc une forme spécifique et est accompagnée de prières faisant abondamment référence au baptême du Christ.

+

chrismation confirmation
A la uneEgliseMagistère

Valeur et âge de la confirmation, des pratiques à mettre en question (1/3)

Dossier « Quelle place faut-il donner à la confirmation ? » 1/3 | Auteur de "La Confirmation à sa juste place" (Artège), l’abbé François Dedieu estime qu’il est nécessaire de revenir à la pratique ancienne de conférer ce sacrement avant la première communion. Il détaille ici les raisons et les objectifs de cette pratique, déjà mise en œuvre dans sa paroisse. Entretien avec l’abbé François Dedieu, curé de la paroisse Saint-Urbain-Sainte-Marie (La Garenne-Colombes). 

+

La confirmation à sa juste place