Ce qu’attend un couple de ses parents et beaux-parents

Publié le 11 Mar 2023
beaux-parents

Shutterstock

Les différences entre familles et le fossé générationnel prennent tout leur relief quand il s’agit de la relation entre des beaux-parents et des gendres ou belles-filles. Que faut-il faire pour bien accueillir celui ou celle que son enfant a choisi comme conjoint et maintenir des rapports harmonieux ?   La nouvelle vient d’être annoncée : notre fils va nous présenter l’élue de son cœur. Outre les détails matériels, nous devons nous aussi nous préparer. « C’est tout de même celui qui m’a pris ma fille aînée », disait une belle-mère à la mère du garçon en question ! Avec de telles dispositions, les choses ne vont probablement pas être faciles. Ce qu’attend notre enfant, c’est que le conjoint qu’il a choisi soit accueilli, que son choix soit accepté sans jugement. Tout comme il espère être accueilli par sa propre belle-famille. « Apprivoise-moi », disait le Renard au Petit Prince (1). Il faudra du temps certainement pour que la « valeur rajoutée » (terme que nous préférons à « pièce rapportée ») se sente tout à fait à l’aise dans sa belle-famille et se sente aimée (2). S’il y a déjà des enfants mariés, les parents doivent évidemment ne pas marquer de préférence entre les conjoints de ceux-ci et favoriser une bonne entente en ne les critiquant jamais en privé, en famille, en public… Le respect entre les personnes d’une même famille est la base de bonnes relations. Il est primordial d’apprendre à se connaître pour se respecter ; et connaître la famille du nouvel arrivant permet de mieux le comprendre. Les habitudes familiales ne se perdent pas en un instant ! Même les habitudes dont on a souffert sont reproduites inconsciemment. Patience et maîtrise de soi doivent être travaillées ! Tout cela constitue la base de la vie en famille. Qu’est-on en droit d’attendre de sa belle-famille ? Le plus prudent serait assurément de ne rien attendre si ce n’est respect, courtoisie, puis si possible cordialité. Les déceptions viennent toujours du fait que l’on attend trop, que l’on espère des choses qui ne peuvent pas être offertes. Certes, il est habituel d’exprimer des souhaits, de faire des demandes à ses parents ou à ses beaux-parents mais il doit être convenu qu’ils auront toujours la possibilité de dire « non, nous ne pouvons pas », sans justification. Accepter les limites de chacun se révèle indispensable. On ne peut solliciter une grand-mère très active pour garder ses petits-enfants tous les mercredis après-midi. Lui confier ses petits-enfants une fois…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Marc et Maryvonne Pierre

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéPhilosophie

Le chaos organisé

L'Essentiel de Joël Hautebert | Si la France se trouve dans une désastreuse situation de désordre institutionnel et social, c'est bien par une volonté dont témoignent d'ailleurs les propos du chef de l'État. Mais il ne s'agit pas seulement d'une basse manœuvre politicienne pour rester au pouvoir. Se dessine là la vraie nature de la postmodernité, qu'il s'agit avant tout de bien comprendre pour y opposer une action structurée tendue vers le bien de la Cité.

+

chaos
Société

La prévention comme moyen prioritaire de la lutte contre le trafic de drogues

Parole du Pape | À l’occasion de la Journée internationale contre l’abus et le trafic de la drogue, le 26 juin dernier, lors de sa dernière audience générale, le Pape a interrompu son cycle de catéchèses sur l’Esprit et l’Épouse, pour se pencher sur ce fléau de plus en plus répandu, propagé pour des intérêts qui ne tiennent aucun compte des tragédies qu’elle crée chez tant de personnes sans expérience et dans tant de familles.

+

Pape François drogue