La Croix, trône du Roi souffrant

Publié le 30 Nov 2022

En mourant sur la Croix, Jésus a acquis son titre de Sauveur du monde.

Pour la fête du Christ Roi (nouveau calendrier), le 20 novembre 2022, le Pape s’est rendu à Asti, la ville de ses origines familiales. Il entendait ainsi revenir aux racines mêmes de sa foi. Le Piémont fut pendant plus de vingt siècles une terre de foi et une terre de saints. Rien qu’à Turin, la capitale, plus d’une dizaine d’hommes et de femmes contemporains de don Bosco sont sur les autels. Le Pape est venu aussi prier pour que le Maître de la moisson envoie de jeunes ouvriers et dans l’action de grâces le Pape a prié pour que Dieu continue à bénir la terre de ses ancêtres.

Comme de nombreuses régions d’Europe, le Piémont est parsemé de calvaires. La Croix rappelle à tous que Jésus est devenu le Sauveur du monde en mourant. Nous savons que Pilate après le jugement a fait inscrire sur le Titulus au dessus de la Croix l’inscription : « Jésus Roi des Juifs ». Il a même, sans doute par ironie et malgré la pression des juifs, refusé d’en changer l’inscription. Un roi crucifié, quel paradoxe ! Le titre même de roi nous fait penser immédiatement à la puissance et à la force, non à l’humilité et à la pauvreté. La Croix est loin d’être un trône idéal. Et pourtant dom Delatte l’appelle à juste titre le « char de triomphe du Christ » qui est Dieu. C’est en effet par elle que Dieu renversa les puissants de leur trône. Identifié au péché, sans n’avoir pourtant jamais connu le péché, Jésus, par sa mort et sa résurrection, par ses souffrance physiques et surtout morales, a payé surabondamment la dette contractée par Adam et Ève. Ayant pris le rang de serviteur et même d’esclave, le Roi des Juifs et même de tous l’univers, orné de clous et d’épines, dépouillé de tout, peut maintenant attirer, comme il l’avait annoncé, toute l’humanité en lui ouvrant ses bras étendus. Jésus, comme le dit St Charles de Foucauld, « a tellement pris la dernière place qu’elle ne lui sera plus jamais ôtée ». Ce paradoxe d’une humiliation extrême nous permet de comprendre l’amour de Dieu pour nous qu’il fait fils dans le Fils. Dieu a tout embrassé : la mort, nos souffrances, nos fatigues, etc. Il a vraiment payé notre filiation par sa servitude. Il est entré dans les trous noirs de la haine et de la déréliction (tout en conservant toujours la vision béatifique), pour éclairer notre vie et embrasser notre réalité humaine.

Fixons souvent notre regard sur Jésus crucifié. Du haut de sa Croix il nous apprend tout : à bien vivre comme à bien mourir. Il a les bras ouverts pour nous dire en silence que rien de nous ne lui est étranger. Il veut nous sauver. Nos misères et nos péchés ne l’effraient pas. Il veut seulement notre repentir et notre collaboration pour qu’il puisse nous sortir de l’ornière dans laquelle nous a plongé le péché originel. Il nous fait comprendre combien il nous aime. Surtout il nous pardonne. Laissons nous aimer par lui. Regardons souvent le crucifix et ces bras grand ouverts qui nous attendent en paradis, comme ce fut le cas pour le Bon Larron. Alors que son compagnon et la foule partagent le refrain de haine : « Sauve-toi toi-même et nous avec », le Bon Larron sait reconnaître le Christ, sans pour autant avoir jamais ouvert et lu les Écritures. On sait la réponse du Bon Larron à saint Augustin : « Non, je n’ai jamais lu les Écritures, mais il m’a regardé et dans son regard, j’ai tout compris ». On notera que le Bon Larron, en toute simplicité, s’adresse à Jésus par son prénom, ce qui est très rare dans l’Évangile. La réponse de Jésus à sa demande est sans équivoque possible : « aujourd’hui » ! Il est devenu ainsi le symbole de l’espérance chrétienne, par le pardon du Seigneur qu’il aura imploré sans doute de Marie.

Un moine de Triors

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociété

Les Maisons d’Alliance, des béguinages modernes

Initiative chrétienne | Au moment où le projet de loi sur la fin de vie promet de renvoyer les personnes âgées à leur poids financier sur la société, avec la possibilité de les euthanasier, des initiatives se développent pour leur permettre d’avancer sereinement vers la mort en restant autonomes aussi longtemps que possible, reliées aux autres et soutenues spirituellement. Entretien avec Frédéric Zack, directeur général de l’association « Maisons d'Alliance ».

+

maisons d'alliance
SociétéBioéthique

« La loi sur la fin de vie ne fait qu’aggraver le sentiment de culpabilité de certains handicapés. »

Entretien | La proposition de loi sur la fin de vie ayant été adoptée par les députés jeudi 16 mai, elle sera débattue au Sénat à partir du 26. Afin d'alerter sur les enjeux et conséquences de cette loi, l'Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH) a publié lundi 13 mai, un communiqué intitulé « Fin de vie : Et les plus fragiles dans tout ça ? » et signé par une quinzaine d'associations et d'organismes du domaine de la santé engagés pour la vie des plus fragiles. Emmanuel Belluteau, président de l'OCH, nous éclaire sur les raisons de cette tribune et les enjeux de la proposition de loi.

+

old patient suffering from parkinson fin de vie
SociétéBioéthique

L’IA générative : rivale ou alliée de l’homme ?

Entretien | Devant les progrès fulgurants de l’intelligence artificielle (IA), la question qui vient d’abord à l’esprit est celle de sa capacité à remplacer l’être humain. Mais au-delà des performances de plus en plus sidérantes des machines, la question reste celle de leur utilisation vertueuse et surtout de la puissance unique de l’intelligence humaine, seule ordonnée à la vérité. Analyse du Doyen de l’IPC, Emmanuel Brochier.

+

IA intelligence artificielle
SociétéLectures

Faire grandir les enfants avec Honoré, l’écureuil et Marceline, l’hirondelle

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse pour ce mois de mai, avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire, et autres activités. Avec les albums Honoré, l’écureuil qui refusait d’aider et Marceline, l’hirondelle qui voulait faire confiance, les enfants retiendront une belle leçon de vie à la lumière de l’Évangile. Paru dans le n°1807.

+

enfant lecture
SociétéBioéthiqueDoctrine sociale

La dimension « politique » de la défense de la loi naturelle

L’avalanche de lois « sociétales » en France depuis plus d’un demi-siècle, toutes étant des atteintes directes à la loi naturelle, a provoqué dans une partie du monde catholique une délégitimation diffuse ou expresse des institutions politiques les ayant édictées, cela au sein du déferlement individualiste de l’après-68 et de cette sorte d’explosion en plein vol de l’Église en état de Concile. Le « mariage » homosexuel et la constitutionnalisation de l’avortement ont porté chez ces mêmes catholiques le climat à l’incandescence. D’où la question : que faire ?

+

loi naturelle