Davos 2024 : tentative de défragmentation ?

Publié le 10 Fév 2024
davos IA 2024

Emmanuel Macron a emmené à Davos plusieurs dirigeants de start-up.

Les chefs d’État, concentrés sur les diverses crises internationales en cours, ne se sont pas pressés au Forum économique international de 2024. En revanche, l’intelligence artificielle (IA) y a tenu le rôle de vedette, comme technologie à la source de toutes les évolutions possibles et de beaucoup de questions pour l’avenir.

  Le millésime 2024 du Forum de Davos ne restera pas dans les annales. Disons que le débat sur la crédibilité des rapports ESG (1), bien que justifié, ne fait pas vraiment écho. Le contexte est encore entaché de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, le combat des banques centrales contre l’inflation fait rage et l’escalade du conflit économique entre les États-Unis et la Chine semble incontrôlable. La course aux subventions pour rapatrier des usines bat son plein. La mondialisation est en crise. Les chefs d’État ne s’y sont d’ailleurs pas trompés, préférant largement y envoyer leurs émissaires plutôt que de quitter leur siège dans le bureau de crise.  

Une source d’inquiétude à Davos

Le thème de l’édition 2024 récemment clôturée a d’ailleurs annoncé la couleur : « Rétablir la confiance ». Pour autant, le sujet qui a monopolisé la bande passante est potentiellement source d’incertitudes. L’intelligence artificielle générative a été la véritable star de la 54e édition du Forum économique mondial. Les 1 600 dirigeants ayant répondu présent ont fait état de leur optimisme quant aux progrès fulgurants de l’IA générative (telle que ChatGPT) dont la dernière version sera bientôt disponible. La présence de Sam Altman (directeur général d’Open AI) n’y est pas pour rien. Un patron français l’a confirmé : le terme « GenAI » (pour « intelligence artificielle générative » en anglais) a fait son apparition dans toutes les sessions, quel que soit le sujet abordé. S’il y a consensus sur le fait que l’avènement de l’IA rappelle l’excitation de la démocratisation d’Internet dans les années 1990, il n’en demeure pas moins qu’elle amène son lot de doutes et d’incertitudes. Sam Altman admet lui-même qu’il est impossible d’anticiper les chamboulements que va provoquer la démocratisation de l’intelligence artificielle. Le modèle économique de sa plateforme est aussi encore à définir, selon ses propos, mais c’est un autre sujet.  

L’émergence de l’intelligence artificielle

Selon un sondage du cabinet de conseil PwC auprès de 5 000 PDG d’entreprise, pas loin de 25 % des patrons s’attendent à couper dans les effectifs à court terme, du fait des gains de productivité que…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Éric Doutrebente

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociété

Les Maisons d’Alliance, des béguinages modernes

Initiative chrétienne | Au moment où le projet de loi sur la fin de vie promet de renvoyer les personnes âgées à leur poids financier sur la société, avec la possibilité de les euthanasier, des initiatives se développent pour leur permettre d’avancer sereinement vers la mort en restant autonomes aussi longtemps que possible, reliées aux autres et soutenues spirituellement. Entretien avec Frédéric Zack, directeur général de l’association « Maisons d'Alliance ».

+

maisons d'alliance
SociétéBioéthique

« La loi sur la fin de vie ne fait qu’aggraver le sentiment de culpabilité de certains handicapés. »

Entretien | La proposition de loi sur la fin de vie ayant été adoptée par les députés jeudi 16 mai, elle sera débattue au Sénat à partir du 26. Afin d'alerter sur les enjeux et conséquences de cette loi, l'Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH) a publié lundi 13 mai, un communiqué intitulé « Fin de vie : Et les plus fragiles dans tout ça ? » et signé par une quinzaine d'associations et d'organismes du domaine de la santé engagés pour la vie des plus fragiles. Emmanuel Belluteau, président de l'OCH, nous éclaire sur les raisons de cette tribune et les enjeux de la proposition de loi.

+

old patient suffering from parkinson fin de vie
SociétéBioéthique

L’IA générative : rivale ou alliée de l’homme ?

Entretien | Devant les progrès fulgurants de l’intelligence artificielle (IA), la question qui vient d’abord à l’esprit est celle de sa capacité à remplacer l’être humain. Mais au-delà des performances de plus en plus sidérantes des machines, la question reste celle de leur utilisation vertueuse et surtout de la puissance unique de l’intelligence humaine, seule ordonnée à la vérité. Analyse du Doyen de l’IPC, Emmanuel Brochier.

+

IA intelligence artificielle
SociétéLectures

Faire grandir les enfants avec Honoré, l’écureuil et Marceline, l’hirondelle

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse pour ce mois de mai, avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire, et autres activités. Avec les albums Honoré, l’écureuil qui refusait d’aider et Marceline, l’hirondelle qui voulait faire confiance, les enfants retiendront une belle leçon de vie à la lumière de l’Évangile. Paru dans le n°1807.

+

enfant lecture
SociétéBioéthiqueDoctrine sociale

La dimension « politique » de la défense de la loi naturelle

L’avalanche de lois « sociétales » en France depuis plus d’un demi-siècle, toutes étant des atteintes directes à la loi naturelle, a provoqué dans une partie du monde catholique une délégitimation diffuse ou expresse des institutions politiques les ayant édictées, cela au sein du déferlement individualiste de l’après-68 et de cette sorte d’explosion en plein vol de l’Église en état de Concile. Le « mariage » homosexuel et la constitutionnalisation de l’avortement ont porté chez ces mêmes catholiques le climat à l’incandescence. D’où la question : que faire ?

+

loi naturelle